dimanche 21 avril 2024

Transferts : l’OM a un plan pour Jesse Lingard

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Parmi les pistes suivies par l’OM pour le mois de janvier, on trouve en bonne place l’ailier de Manchester United, Jesse Lingard.

Revenu de son prêt réussi à West Ham lors de la deuxième partie de saison dernière (9 buts en 16 matchs), l’international anglais de 29 ans (il les fêtera la 15 décembre), n’a disputé que des tous petits bouts de matchs avec United depuis le débuts de saison (87 minutes en 8 apparitions comme remplaçant) et pourrait quitter le club en janvier, six mois avant la fin de son contrat.

Barré par la présence de nombreux attaquants (Ronaldo, Sancho, Greenwood, Rashford ou encore Cavani), Jesse Lingard sait que son avenir est ailleurs.

Selon nos information, Pablo Longoria s’est rapproché du club anglais pour un possible transfert dès le mercato hivernal. La solution d’un prêt payant (un peu moins de deux millions d’euros) pour les cinq derniers mois de la saison, a même été envisagé.

Le salaire de Lingard reste un obstacle

Le principal obstacle reste le salaire du joueur (environ 375 000 euros par mois), qui le met hors de portée de l’OM. United pourrait toutefois en payer une partie jusqu’à la fin de son contrat, mais le problème se présentera de nouveau l’été prochain.

Restera alors à Longoria de le convaincre de faire des sacrifices, ce que Jesse Lingard pourrait accepter, en cas de qualification pour la Ligue des Champions.

Un dossier très chaud, mais le président de l’OM sait qu’il a besoin de ce type de joueur pour espérer briller enfin sur la scène européenne et, pourquoi pas, concurrencer le PSG.

A l’heure, il y a un autre obstacle de taille : Newcastle. Racheté par d’ambitieux saoudiens, le club de Premier League est en très mauvaise posture en championnat et a placé Jesse Lingard sur sa liste des priorités pour le mois de janvier…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi