jeudi 25 avril 2024

Transferts : l’OM, meilleure option, mais… Quel avenir pour Seko Fofana (Lens) ?

À lire

En juin prochain au pus tard, Seko Fofana devra prendre un choix important pour sa carrière. Rejoindre un top club européen, signer dans un club intermédiaire ou rester à Lens ?

Après avoir été une des révélations de la saison dernière à Lens (même s’il n’était pas un total inconnu), Seko Fofana est en train de confirmer. Mieux : depuis le début de l’année  2022, le capitaine du RC Lens crève l’écran.

Symbole d’une équipe nordiste renversante, qui a gagné ses trois matchs (deux en Ligue 1 et un en Coupe de France) dans les dernières minutes, le n°8 lensois est l’objet de toutes les rumeurs en matière de transfert. Certains le voient même quitter Lens avant la fin du mercato.

Sauf grosse surprise, Seko Fofana reste à Lens au moins jusqu’à la fin de la saison

Une tendance que Seko Fofana a démenti hier, après son but exceptionnel contre les Verts dans les arrêts de jeu. « Je suis concentré sur le terrain et ça ne me perturbe pas », a expliqué le joueur au micro de Prime Vidéo, mettant les choses au point sur son avenir. « Mon souhait, c’est de continuer l’aventure et qu’on aille le plus loin possible. J’ai toujours dit que je me sentais très bien ici. On verra bien comment les choses vont se passer ».

Une chose est sûre : en juin prochain, le milieu de terrain de 27 ans (il les aura au mois de mai) sera au cœur du marché des transferts. Sous contrat jusqu’en 2024, il vaut déjà plus de deux fois le prix payé à l’Udinese en 2020 (acheté 8,5 millions d’euros, il est estimé 18 millions d’euros aujourd’hui par le site spécialisé Transfermarkt) et Lens ne fermera pas la porte à un départ, surtout si le club ne parvient pas à se qualifier pour une coupe d’Europe.

Plusieurs options pourraient s’offrir à lui dans six mois : rejoindre un top club européen, avec un transfert vécu comme un aboutissement, signer dans un club intermédiaire, pour passer un palier, ou tout simplement rester à Lens ?

Rejoindre un top club européen : accepter de jouer moins

Malgré les qualités affichées depuis un an et demi à Lens, Seko Fofana n’a pas la carrure suffisante pour être titulaire dans des clubs comme Chelsea, City, Liverpool, le Bayern, ou même le PSG qui lui fait les yeux doux. Techniquement comme tactiquement, il a encore des progrès à faire pour s’imposer au milieu de joueurs, tous internationaux et avec une grande expérience du plus haut niveau.  

Mais cela ne veut pad dire qu’il ne peut pas intégrer les effectifs de ces clubs. Il faudra toutefois qu’il accepte de jouer moins, en faisant partie de la rotation (sur deux ou trois postes maximum), mise en place par ces géants du foot européen.

Rejoindre un club intermédiaire : l’OM, destination idéale

C’est la solution qui paraît la plus envisagée pour le Lensois. A condition que ces clubs aient les moyens de mettre une vingtaine de millions sur la table. Peut-être même plus, si les enchères font monter le prix.

Le nom de ces clubs ? Séville (ou Villarreal, Valence…) en Espagne ; Sassuolo, l’Atalanta Bergame, voir même Naples en Italie ; West Ham, Aston Villa ou Wolverhampton en Angleterre ; mais aussi des clubs comme l’OM, Lyon ou Monaco en Ligue 1…

L’OM où l’équipe de Sampaoli lui conviendrait merveilleusement bien. Tout comme le jeu prôné par Peter Bosz à l’OL où la philosophie de Philippe Clément à l’ASM.

Seko Fofana est d’ailleurs sur la short-list de l’OM, mais le montage financier risque d’être très compliqué. A moins de rentrées d’argent importantes, grâce à la vente de Caleta-Car ou Milik en fin de saison (Kamara est en fin de contrat).

Rester à Lens une saison de plus : pour jouer la Ligue Europa

Dernière option : rester à Lens une saison supplémentaire. Une solution qui peut prendre du poids, à condition que les Sang et Or se qualifient pour une Coupe d’Europe. Ce qui va rester très compliqué, mais pas impossible. L’équipe de Franck Haise peut y croire, pas la voie du championnat où les Lensois sont largement dans le coup, mais doivent faire face à une rude concurrence (Nice, l’OM, Monaco, Rennes, voir Montpellier et  Lyon…), ou par la voie de la Coupe de France, à condition de commencer par éliminer Monaco en huitièmes de finale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi