samedi 20 juillet 2024

Trophée des Champions : le Collectif Ultras Paris dénonce la mascarade

À lire

Pascal Auchet
Pascal Auchet
Journaliste

C’est un nouveau camouflet pour la Ligue de Football professionnel. Alors que le Trophée des Champions (qui voit le vainqueur de la Coupe de France défier le vainqueur du championnat) devait, comme c’est le cas depuis plusieurs saisons, se dérouler à l’étranger, au nom de la promotion de la Ligue 1 dans le monde, il va donc se dérouler au Parc des Princes.

La Ligue, qui veut vendre ses droits TV pour près d’un milliard, n’a donc même pas réussi à vendre un match à l’étranger ! Pour rappel, à l’origine, le Trophée des Champions devait se dérouler au mois d’août, avant la reprise du championnat (comme de coutume), en Thaïlande (Bangkok), mais l’organisateur thaïlandais, le groupe Fresh Air Festival, avait finalement renoncé à cause de l’état de santé de la fille du roi, Rama X.

Les instances du football français incapables de trouver, ne serait-ce qu’un terrain neutre !

En plus de six mois, les instances du football français n’ont pas réussi à trouver un autre pays près à payer pour accueillir l’événement, pas même un stade neutre en France (Bordeaux, Lyon, Nantes…). Finalement, le match entre le PSG et Toulouse a donc été casé dans un petit trou du calendrier, le mercredi 3 janvier, au Parc des Princes !

Alors que les joueurs étrangers ont l’habitude d’avoir un peu de rab dans leurs congés pour passer les fêtes en famille, les Toulousains comme les Parisiens n’auront que quelques jours pour préparer ce match, programmé deux jours après le jour de l’an, en semaine, juste après la trêve hivernale.

Une mascarade que le Collectif Ultras Paris a décidé de boycotter, comme il vient de l’annoncer par un communiqué.  « Nous n’avons pas envie d’être les figurants de cette mascarade qui se veut être la vitrine du football français », peut-on lire. Voir ci-dessous le communiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi