vendredi 1 mars 2024

UAE Team : une équipe de rêve autour de Pogacar

À lire

Les arrivées d’Ackermann, Almeida, Bennett et Soler font de la formation des Emirats Arabes Unis une des mieux outillées du peloton. Avec Pogacar, Hirschi, Majka, Trentin et McNulty, elles lui confèrent une force de frappe assez impressionnante.

Se retrouver rapidement esseulé aux avantpostes, en montagne surtout, n’a jusqu’à présent pas empêché Pogacar de gagner deux Tours de France.

Mais, pour ne pas prendre le risque de revivre trop souvent le même scénario toujours un peu difficile à vivre pour un leader, aussi fort soit-il, sa formation lui a concocté un Mercato aux petits oignons.

Aidé par les 620 000 euros de gains accumulés lors du dernier Tour de France (3 étapes, maillot jaune, meilleur jeune, meilleur grimpeur), Mauro Gianetti, le directeur sportif, a eu les coudées franches pour faire son marché et se servir dans tous les rayons, chez les grimpeurs et les rouleurs surtout.

Un mercato 3 étoiles pour le team de Pogacar

En montagne, le phénomène slovène pourra désormais compter sur George Bennett, transfuge de chez Jumbo-Visma. Deuxième du Tour de Lombardie et vainqueur du Tour de Californie en 2020, le champion de Nouvelle-Zélande en titre a le potentiel pour accompagner son leader très longtemps sur les pentes les plus raides, une sorte de coéquipier de luxe qui retrouvera, cerise sur le gâteau pour lui, un ami d’enfance, originaire du même village, Finn Fisher-Black.

A 19 ans, le Néo-Zélandais est un des plus sûrs espoirs du cyclisme mondial qui s’inscrit dans la lignée d’une politique de développement des jeunes à l’instar de Pogacar, Bjerg, McNulty, Hirschi ou Ayuso. La complémentarité des deux Néo-Zed servira également à une autre recrue de premier plan, l’Espagnol Marc Soler.

L’ancien vainqueur de Paris-Nice arrive de Movistar pour se relancer, après sa terrible chute dans la 1ère étape du dernier Tour de France, et renforcer le socle de valeurs sûres, en montagne surtout, au sein d’une équipe qui pourra aussi compter sur le talent de rouleur de João Almeida.

A défaut d’avoir pu attirer Aleksandr Vlasov, qui a préféré Bora-Hansgrohe, c’est le 6ème du dernier Giro, le Portugais de 23 ans qui arrive de chez Deceuninck Quick-Step pour signer jusqu’en 2026.

« Un recrutement pour être présent partout et tout le temps »

Pour remplacer le Norvégien Kristoff, parti en Belgique chez Intermarché-Wanty, le choix s’est porté sur le sprinteur allemand Pascal Ackermann. Déjà vainqueur de deux étapes du Giro et de deux étapes de la Vuelta, il laisse sa place à Sam Bennett chez Bora-Hansgrohe où il était depuis cinq ans. Un virage pour lui, à 27 ans, et la possibilité de marquer aussi son temps sur le Tour de France dès 2022.

Lui aussi transfuge de chez Deceuninck, le sprinteur colombien de 25 ans, Alvaro Hodeg, qui est toujours en quête de confirmation après un début de carrière prometteur, aura beaucoup à apprendre au contact de trois des meilleurs finisseurs du peloton, Trentin et Gaviria étant déjà dans la place.

Il faut dire qu’après une saison riche de 34 victoires (dont Tirreno Adriatico, Liège-BastogneLiège, le Tour de France, le Tour de Slovénie, l’UAE Tour, le Trophée Matteoti, le Trofeo Calvia, la Semaine italienne et le Tour de Lombardie), remportées par 11 coureurs différents (Pogacar, Dombrowski, Gaviria, Molano, Ulissi, Gibbons, Kristoff, Trentin, Majka, Mirza AlHammadi et Hirschi), la barre est haute pour maintenir le standing d’une équipe plus ambitieuse que jamais autour d’un leader qui a prolongé jusqu’en 2027.

Haute, mais avec une belle marge de progression qui ne doit plus dépendre d’un seul homme, fut-il exceptionnel.

L’équipe est plus complète avec des profils qui accompagnent les leaders

La nature du recrutement ne laisse aucun doute sur la volonté des Emiratis d’offrir à leur champion et à leur équipe les moyens d’aller chercher, dès 2022, ces victoires qui leur ont échappé en 2021, d’exister dans les trois grands Tours, ce qui ne fut pas le cas dans la Vuelta (1 victoire d’étape, Majka, De La Cruz, 7ème) ou sur le Giro (1 victoire d’étape, Dombrowski, Formolo, 15ème).

Loin sur le Critérium du Dauphiné (Dombrowski, 27ème), absent de la Flèche Wallonne et inexistant dans Paris-Nice (Bystrom, 43ème), ni Trentin (12ème de l’Amstel Gold Race et de Milan San Remo, et 3ème de Gand Wevelgem), ni Kristoff (18ème au Tour des Flandres, 14ème de Paris-Roubaix) n’ont par ailleurs été assez costauds pour compenser les limites d’un train encore très perfectible, mais qui s’est enrichi de suffisamment de wagons pour espérer aller encore un peu plus vite sur tous les terrains.

« Ils ont fait un sacré recrutement, se réjouit l’un des nouveaux arrivants, transfuge de chez Groupama-FDJ, Alexys Brunel. Il manquait quelques coureurs pour accompagner Pogacar en montagne, avec Almeida et Bennett, ça va soulager tout le monde.

Comme ils ont aussi pris deux nouveaux sprinteurs, UAE Emirates aura les moyens d’être présent partout et tout le temps. Ça va être quelque chose d’extraordinaire à vivre. » Moins pour ses adversaires…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi