jeudi 29 septembre 2022

Un supporter niçois : « Depuis le départ de Vieira, les joueurs ont régressé »

Monaco - Nice (21h)

À lire

Qui est responsable de la faillite de l’OGC Nice cette saison ? Une partie des supporters reproche au tandem Rivère-Fournier l’éviction de Patrick Vieira début décembre…

En déplacement à Monaco ce soir pour le compte du 100ème derby entre les deux équipes, l’OGC Nice rêve d’un exploit pour relancer une saison en train de virer au cauchemar. 13ème à seize points de leur adversaire du jour, les Aiglons payent le prix d’une gestion catastrophique du tandem Rivère-Fournier.

Mais sur la toile (et ses mystères…) le tandem à qui le groupe INEOS a confié les clefs du club conserve les faveurs d’une certaine partie supporters qui pointent Patrick Vieira comme l’unique responsable des maux du club, deux mois pratiquement jour pour jour après son éviction du poste d’entraîneur. « Il n’a fait progresser aucun joueur » estiment les uns, « on lui doit l’ambiance dans le vestiaire, le style de jeu, c’est déjà bien de l’avoir gardé aussi longtemps », écrivent les autres dès que l’on commence à vouloir remettre en question son éviction. « Il a ruiné le travaille de Puel et Favre » peut-on lire sur twitter… A tel point que deux mois après le club continue à en payer les frais ? Soyons réaliste : c’est tout simplement impossible, à moins d’avoir fait le recrutement à lui tout seul…

Fabrice : « Je n’ai pas reconnu le tandem Rivère-Fournier »

Mais attention, dire que tous les maux de l’OGC Nice ne sont pas à mettre sur le dos de Patrick Vieira ne veut pas dire non plus qu’il est le meilleur entraîneur qui soit passé par le GYM.

Début décembre déjà, nous étions les premiers à tirer le signal d’alarme sur la gouvernance du tandem Rivère – Fournier qui ne nous semblait pas aller dans le sens du club. Notamment la mise à l’écart en pleine saison de l’entraîneur pour mettre à sa place un technicien sans expérience et qui n’avait rien montré d’autre que son sens du devoir en tant qu’adjoint ainsi que son entente avec les joueurs. Une nomination venue de loin (l’été dernier Rivère était allé chercher Ursea, ancien adjoint de Favre à Nice, en Suisse pour le rapatrier).

« Dans cette histoire, je n’ai pas reconnu le tandem Rivère-Fournier » nous explique Fabrice Renzini, supporter du GYM depuis plus de 25 ans. « En dehors de Roy je crois, ils avaient plutôt eu tendance à laisser les entraîneurs aller au bout de leur contrat… Si tu veux te débarrasser de Vieira, s’il est si nuisible que cela au club, tu le fais en fin de saison dernière et tu as largement le temps de voir venir pour bien préparer sa succession ». Pour notre témoin, les débuts poussifs étaient logiques. « Pour moi, le projet INEOS a vraiment commencé cet été. La saison dernière, le recrutement a été fait dans l’urgence, cet été l’effectif a été renouvelé à 80% et il est logique que les premiers mois aient été compliqués ».

« On était à 4 ou 5 points de l’Europe, maintenant on est à 4 ou 5 points de la relégation ».

On l’a compris, Fabrice est plutôt un « pro Vieira », mais cela ne l’empêche pas de porter un regard objectif sur la situation de son club de cœur. « Que voit-on depuis le changement d’entraîneur ? On a l’impression que les joueurs ont régressé… Lotomba, Kamara ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, Gouiri ne marque plus… Physiquement on a l’impression qu’ils sont encore plus à la ramasse ».

Pour ce supporter passionné par son club, la mise à l’écart de Patrick Vieira a mis un frein au projet INEOS. « La stratégie qui est d’écarter un entraîneur pour prendre un coach sans expérience et pour seulement quelques mois, j’ai du mal à la comprendre ».

Le PSG par exemple, à qui l’on peut aussi reprocher de s’être débarrassé de Thomas Tuchel en cours de saison, a au moins le mérite de miser sur un autre projet, guidé par Mauricio Pochettino. Ce n’est pas pour ça qu’on est forcément d’accord, mais au moins, cela semble cohérent. « Avoir viré Vieira est une grosse erreur », insiste Fabrice qui en veut à Jean-Pierre Rivère et Julien Fournier. « Début décembre, on était à 4 ou 5 points de l’Europe, maintenant on est à 4 ou 5 points (ndlr : 8 points du 18ème avant le derby)  de la relégation ».

Combien de temps Patrick Vieira va-t-il encore servir de paratonnerre à la direction du club ? Les supporters commencent peu à peu à se réveiller et comprendre la supercherie. Le reproche à la direction n’étant pas spécialement d’avoir viré le champion du monde 98 mais de ne pas avoir su gérer sa succession, faute de ne pas avoir attendu la fin de la saison. En foot, ne dit-on pas que lorsque l’on ne peut pas gagner, il faut d’abord savoir ne pas perdre ?  

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi