samedi 20 juillet 2024

Valentin et Aurélien Paret-Peintre : AG2R voit double !

À lire

AG2R-Citroën n’aura pas dans ses rangs un, mais deux Paret-Peintre la saison prochaine. Valentin, 20 ans, rejoint son grand frère Aurélien, 25 ans, au sein de l’équipe professionnelle.

Quel genre de relation fraternelle entretenezvous ?

Aurélien Paret-Peintre : « On fait le même métier, on a la même passion pour le vélo depuis tout petit et on se ressemble pas mal. On est méticuleux tous les deux. »

Valentin Paret-Peintre : « On a toujours été proches. On a des traits de caractère communs, on est méticuleux, carrés dans ce qu’on fait. En revanche, il est plus réservé, introverti que moi. »

Qui est le meilleur sur le vélo ? A.P-P. : « C’est une bonne question. Si on se teste
en montagne, je dirais lui, il est plus grimpeur que moi. »

V.P-P. : « Pour l’instant, c’est lui. Je suis un peu plus typé grimpeurcourses par étapes, lui est meilleur en contre-la-montre donc je dirais qu’on
est assez complémentaires. »

Avez-vous toujours voulu être cycliste ?

A.P-P. : « On a toujours baigné dans une ambiance de vélo avec un père qui pratiquait ce sport, une famille très cycliste. On pouvait difficilement y échapper (rires). »

V.P-P. : « Tout le monde faisait du vélo à la maison, mais j’aimais le sport en général. Je suis la F1 avec Lewis Hamilton, le basket, le ski, l’hiver je fais du ski de fond. Je suis supporteur aussi de l’Olympique Lyonnais, j’adorais Juninho. »

« Mon profil est plus grimpeur – courses par étapes, lui est meilleur en contre-la-montre, on est assez complémentaires » (Valentin)

Aurélien, quels sont les conseils que vous donnerez à Valentin juste avant qu’il passe professionnel ?

« Il est rare que deux frères se retrouvent dans la même équipe, ça fait drôle. Il a la chance que j’ai commencé un peu avant lui. Je lui dirais d’ouvrir grand les yeux, d’être attentif à la moindre chose car c’est un gros changement, niveau rythme ça n’a rien à voir.

Il n’affrontera que des grands coureurs. Comme moi, il aura la chance de commencer dans une structure qu’il connait bien car on passe par le Chambéry CF avant et on retrouve en professionnel des coureurs que l’on a connus au Chambéry CF. Il faudra qu’il soit le moins possible avec moi, qu’il découvre les choses par lui-même. »

V.P-P. : « Il m’a déjà parlé des courses, il m’a expliqué comment il courrait. Tout est plus difficile j’imagine. »

Jusqu’où peut aller votre frère ?

A.P-P. : « C’est difficile à dire. Il a obtenu de très bons résultats en catégories de jeunes. Il va falloir franchir le cap maintenant. Je lui souhaite de gagner de grandes courses, le potentiel est là. »
V.P-P. : « En professionnel, il confirme les espoirs placés en lui. J’espère qu’il gagnera de belles courses. »

Quel coureur vous a inspiré quand vous étiez jeunes ?

A.P-P. : « J’adorais Tom Boonen. Il était lecoureur typique et fait pour les Classiques. C’était un bonheur de le voir courir tactiquement et même quand il était sous pression. Il ne lâchait rien. »

V.P-P. : « J’aime beaucoup des coureurs comme Alberto Contador, Philippe Gilbert, Frank et Andy Schleck car c’est l’histoire aussi de deux frères qui atteignent ensemble le haut niveau. »

Quelle course rêvez-vous de remporter ? A.P-P. : « J’ai un petit faible pour Liège-Bastogne-Liège. »

V.P-P. : « Je rêve de participer au Tour de France. »

La famille Paret-Peintre sur le Tour de France

Comment avez-vous vécu le dernier Tour de France qui marquait la première participation d’Aurélien ?

A.P-P. : « C’est vraiment une course à part. On a beau tout imaginer quand on est dedans, on s’aperçoit qu’on était loin de la réalité. L’exposition médiatique, l’engouement des spectateurs, tout est multiplié. Je ne m’attendais pas à ça. J’ai été content de ma course, j’ai vécu trois belles semaines. »

V.P-P. : « En famille, au bord de la route pour soutenir Aurélien. On est allé au col de la Colombière, l’ambiance était déjà impressionnante en étant spectateur donc j’imagine ce que les coureurs devaient ressentir. »

Lequel était le meilleur à l’école ?

A.P-P. : « J’étais un peu meilleur. J’étais plus assidu à mon DUT. »
V.P-P. : « Il a fait un bac un peu meilleur, mais finalement j’ai un DUT meilleur (rires). Je suis en dernière année du Bachelor, option développement clientèle. »

Quelle qualité lui enviez-vous ?

A.P-P. : « Il est plus pressé que moi, il n’a pas peur de foncer non plus, ce qui lui permet d’avoir des opportunités. »

V.P-P. : « Sa qualité de rouleur. J’aimerais être aussi rapide. »

Et lequel de ses défauts êtesvous content de ne pas avoir ?

A.P-P. : « Il est un peu trop sûr de lui. »
V.P-P. : « Il est un peu trop introverti. »

Les Paret-Peintre coéquipiers pendant trois ans

Si un jour vous êtes adversaires et qu’il est échappé, allez-vous courir derrière lui ?

A.P-P. : « Je ne sais pas du tout comment je réagirais. La question ne se posera pas pour les trois prochaines saisons puisqu’on sera coéquipiers ! »

V.P-P. : « Moi j’irais le chercher. Sur le vélo, il n’y a plus d’amis, plus de frères (rires). »

Pour terminer, avez-vous une anecdote sur votre frère ?

A.P-P. : « Il en est à son 3ème échec au permis de conduire. Il est meilleur sur un vélo qu’avec une voiture ! »

V.P-P. : « J’ai peut-être échoué à trois reprises, mais toi tu l’as eu à 21 ans donc j’ai encore de la marge. Si ça se  trouve, je l’aurai avant toi ! »

Cyclisme magazine 14

Ne manquez-pas, Cyclisme Magazine en vente sur notre site internet ou chez vos marchands de journaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi