jeudi 23 septembre 2021

Victor Lafay victorieux sur le Giro : « Je ne réalise pas encore »

À lire

Jean-Marc Azzola
Journaliste

A 25 ans, le Lyonnais Victor Lafay a décroché la première victoire de sa carrière et en plus sur le Giro. Que du bonheur !

A quoi avez-vous pensé en passant la ligne d’arrivée de cette 8ème étape du Giro entre Foggia et Guardia Sanframondi ?

Je n’y ai pas cru. Je me suis dit : « C’est bizarre ». Comme si c’était trop facile. Il y a eu plein d’émotions. Une joie immense et du soulagement aussi car l’effort était enfin terminé. C’était assez violent. Avec le recul, je ne réalise pas encore vraiment.

J’ai souvent tendance à banaliser ce que je fais. Je me disais récemment encore que ce n’était pas si énorme que cela. Mais, quand j’y pense vraiment, ça l’est ! Car c’est ce que je considérais quand, plus jeune, je regardais ces gars remporter une étape sur le Tour, le Giro ou la Vuelta. Je suis privilégié de l’avoir accompli surtout pour une première !

Victor Lafay a la confiance de son équipe

Voyez-vous votre leader Guillaume Martin gagner un jour le Tour de France ?

C’est tout à fait possible. Mais il faudrait un concours de circonstances énorme. Imaginons que quand il a été 2ème au classement, il ait pu tenir son rang et que, dans le même temps, Pogacar ait eu un souci, le scénario serait différent. Guillaume est super fort, mais un Pogacar ou un Bernal ne sont pas imprenables, mais presque.

Pensez-vous avoir changé de statut en gagnant cette étape du Giro ?

Un peu. L’équipe me fait davantage confiance. Je vais devoir démontrer aussi que cette victoire dans le Giro n’a pas été qu’un coup d’éclat. Il va falloir faire preuve de constance en ayant un gros niveau tout au long de la saison. Je l’ai néanmoins montré cette saison sur le Tour de Valence, le Giro ou aux derniers championnats de France (6ème).

Comment allez-vous être utilisé désormais sur les grands Tours ?

Cela dépend. Si je fais un Tour de France avec Guillaume, l’idée sera sans doute de m’utiliser pour l’aider dans la perspective du classement général. On a quand même vu dans le Tour des coureurs de l’équipe cette année prendre des échappées tout en aidant Guillaume pour le classement. C’est bien joué. Si je faisais le Tour de France l’an prochain, j’aimerais pouvoir chasser des étapes. C’est ce que je fais de mieux et ce que je préfère.

« Démontrer que cette victoire dans le Giro n’a pas été qu’un coup d’éclat »

Vous avez pourtant des aptitudes en montagne.

Oui, mais je suis encore loin du niveau de Guillaume dans ce domaine. Quand on voit ce que Aurélien Paret-Peintre a réalisé en finissant 15ème, je ne suis pas certain d’être assez régulier sur toutes les étapes de montagne pour arriver à en faire de même. J’ai déjà du mal à avoir de la régularité sur des courses de quatre ou cinq jours. Chasser une étape serait donc mieux.

Comment voyez-vous la suite de votre carrière ?

Mon objectif ultime serait d’être champion du monde. Mon prochain serait déjà d’être sur le Tour l’an prochain et d’être en mesure de gagner une étape. Mais je prends les choses quand elles arrivent. J’ai appris ma sélection au Giro même pas un mois avant. J’ai juste regardé le profil des étapes trois, quatre jours avant ! C’est la méthode qui me réussit car je ne me mets pas trop la pression. Je sais ce que je veux et j’essaie de le réussir.

Retrouvez l’interview de Victor Lafay (version longue) dans Cyclisme magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Actu

À lire aussi

spot_img