mardi 5 mars 2024

Yoann Sporttouch : « C’est le moment de réinventer le Parc ! »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Le fondateur (et supporteur du PSG) de l’agence parisienne LDV Studio Urbain, qui réunit urbanistes, architectes et communicants, a une idée bien précise de ce qu’il faudrait faire du Parc des Princes. Entretien pour Le Foot Paris et Le Quotidien du Sport.

Comment imagineriez-vous le Parc du futur ?

Les contraintes architecturales et administratives rendent complexe son agrandissement et semblent imposer une modification de son emprise au sol pour pouvoir gagner de l’espace sur la hauteur. Mais savoir à quoi il va ressembler, sur quelle nouvelle architecture sa rénovation va reposer ne me semble pas être le plus important dans la réflexion à mener.

Les dirigeants qataris envisagent plutôt de le rentabiliser en exploitant des commerces, des restaurants, des hôtels, etc. !

Oui, bien sûr, mais la vie d’une ville ne se limite pas aux espaces marchands, il existe aussi d’autres activités qui permettraient au stade d’entrer en connexion avec son environnement, de s’intégrer complètement à la vie des habitants, apprécié, aimé, utile, et pas rejeté comme il peut l’être parfois par les riverains qui se plaignent du bruit, des embouteillages et des mouvements de foule qu’il génère. C’est peut-être le moment de faire une place aux acteurs locaux.

Un stade, monument de Paris

Pour le supporteur, parisien et urbaniste que vous êtes, que représente le Parc des Princes ?

Un monument à part entière qui fait partie de l’histoire de Paris. Avec ses tribunes Auteuil et Boulogne, autant qu’avec la dénomination du club, Paris Saint Germain, il est aussi le symbole des communes qui l’entourent.

A ce titre, il reflète assez bien l’identité historique de la ville, à l’inverse d’un Stade de France qui ne représente pas la même chose. Il est aussi l’un des symboles de l’architecture brutaliste des années 70. C’est clairement un bel objet qui, pour le coup, est assez singulier, particulier.

Le Parc est contraint par son environnement

A l’heure où on évoque son agrandissement,  où se situe la priorité alors ?

Dans la manière avec laquelle le stade du futur fera interaction avec son quartier en dehors des jours de matches. Cette philosophie n’est évidemment pas valable que pour le Parc, mais sa situation au coeur de la ville rend la réflexion encore plus stratégique et essentielle pour qu’il soit intégré au paysage bien au-delà de son aspect visuel.

Il faudrait par exem-ple faire en sorte que les associations du quartier y trouvent matière à se réunir, à disposer de locaux. Il peut aussi servir de parkings, être un pôle de regroupements pour les artisans ou artistes locaux dans le but de créer des productions parisiennes qui ne feraient que renforcer son identité.

N’est-ce pas aussi à la municipalité, propriétaire du stade, d’imposer un cahier des charges qui va dans ce sens ?

Oui, évidemment. Les dirigeants qataris aiment ce stade sinon ils seraient déjà partis ailleurs. Ils cherchent à garder son adn. Donc plutôt que de se servir de cet agrandissement uniquement pour aller chercher d’autres recettes, qu’ils utilisent cette opportunité pour réinventer le Parc, le rendre accessible et utile à tous ceux qui sont autour. C’est un beau défi à relever.

Ne manquez-pas, Le Foot Paris, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi