dimanche 29 janvier 2023

12 ans à la tête de la FFF pour Noël Le Graët : ce qui se cache derrière les résultats des Bleus

À lire

Quel est le bilan de Le Graet à la tête de la FFF. Entre les programmes fédéraux, le football féminin, les résultats des Bleus et les polémiques, quel bilan tirer de l’homme de 81 ans ?

Coincé et en plein milieu de la tempête, Noël Le Graet est plus que jamais fragilisé à la tête de la Fédération Française de Football. En effet, les dernières déclarations du Président de la FFF sur Zinédine Zidane ont déclenché une condamnation unanime de la planète football. En s’attaquant à la star du mondial 98, Le Graet a t-il signé son arrêt de mort à son poste ? C’est toute la question. En tout cas, depuis bientôt douze ans, il assure la présidence de la FFF mais pour quel bilan ? Décryptage.

Il arrive à la tête de la FFF après l’intérim de Duchaussoy. Pour autant, Noël Le Graet n’est pas un inconnu dans les instances du football tricolore. Vice-Président à partir de 2005, il atteint l’objectif ultime d’un homme qui a fait toute sa carrière dans le football ou presque.

Le Graët installe Deschamps et son système à la tête de la Fédération

En prenant la tête de la 3F après le scandale Knysna, Le Graet a une mission, remettre la 3F à l’endroit. Ça débute avec un changement de sélectionneur. En effet, Laurent Blanc laissera sa place après l’Euro 2012 à un certain Didier Deschamps. Les coulisses de cette passation entre les deux hommes suscitent encore aujourd’hui quelques interrogations. En effet, Deschamps auraient fait des pieds et des mains pour prendre la suite de Blanc.

Nous sommes en 2012, Le Graet arrive à la tête de la FFF et la reconstruit pour tourner la page de Knysna. Après les bons résultats de Laurent Blanc à l’EURO 2012, Le nouveau président de la Fédération installe Deschamps pour construire un groupe au niveau et capable de gagner. L’actuel sélectionneur des Bleus arrive après trois années excellentes et compliquées à l’OM. L’ère Deschamps est ouverte.

Des partenaires de retour, le football féminin en pleine évolution

Nike a succédé à Adidas après la Coupe du Monde en Afrique du Sud. À la clé, un contrat record de 42,6 millions d’euros sur la période 2011-2018. Lors d’une nouvelle négociation avec la marque à la virgule, Le Graet obtient une rallonge de la marque américaine. En effet, les résultats des Bleu.es aident la 3F à être plus exigeante avec son plus grand partenaire.

La nouvelle période de 2018 à 2026 permet à la FFF d’encaisser 50 millions d’euros par an. Soit une somme inédite pour le football Français. Sur un budget de plus de 270 millions d’euros, c’est une aubaine.

Face à cette embellie des résultats, KFC, Orange ou encore la marque de voiture allemande Volkswagen rejoignent les Bleus. La marque allemande deviendra un acteur incontournable, notamment pour le développement des projets de minibus, dans le cadre du FAFA, pour soutenir les clubs amateurs.

Chez les filles, Corinne Diacre suit la même longévité que DD. Mais sans les résultats. Sous l’impulsion de Jean-Michel Aulas (Président de l’OL) le foot féminin se structure bien au-delà du niveau international. Le boss de l’OL dispose des coudées franches pour développer le foot féminin qui trouve un écho favorable dans les clubs amateurs.

Le football féminin grâce à la Coupe du Monde 2019 en France est à un tournant. Dans le sillage de l’OL, il ne lui manque plus qu’un résultat probant dans une grande compétition internationale pour lancer une nouvelle partie de la fusée.

FAFA, PEF, des programmes fédéraux pour aider les clubs amateurs perfectibles

Sous ses mandats, Noël Le Graet a vu plusieurs programmes fédéraux se développer. D’abord, le FAFA (Fond d’Aide pour le Football Amateur). En réalité ce sont des aides qui existaient déjà mais qui ont subi des réformes pour plus de visibilité. Surtout, avec le développement des revenus et les résultats des Bleus, la FFF se devait d’aider encore davantage le football amateur.

Le FAFA propose différentes aides pour les infrastructures des clubs, les transports, les aménagements et les projets à forte valeur sociale, écologique et responsable. Ces programmes ont permis le développement des terrains synthétiques dans l’Hexagone.

Le PEF (Plan Éducatif Fédéral) vise à structurer l’action des clubs de football notamment avec les Labels FFF qui s’orientent sur plusieurs critères. À cela s’ajoute aussi différentes subventions en fonction de l’affiliation à des programmes fédéraux.

Par ailleurs, la formation des éducateurs a progressé, avec une politique de diplômes fédéraux réformée. Cependant, cette « élitisation » du football a creusé l’écart entre le football populaire et le football d’élite. Encore aujourd’hui, trop d’éducateurs n’ont pas accès, faute de moyen, de temps et des problèmes de calendrier d’accès à la formation.

Un budget fédéral immense, mais où est l’argent ?

Chaque année la FFF cumule des revenus immenses. En effet, en moyenne depuis plus de 10 ans, la FFF cumule 250 millions d’euros de revenus. Principalement grâce à ses partenaires, les droits TV, la billetterie de l’Équipe de France et les revenus sur les licences de club. Avec plus de 2 millions de licenciés, la FFF dort tranquille.

Le problème, c’est la gestion financière de la 3F qui pose question. Entre des salaires mirobolant à commencer par la directrice générale Florence Hardouin, dont les émoluments sont estimés à 30 000 euros par mois. Un salaire astronomique pour un poste stratégique. Les politiques de la FFF ne font pas l’unanimité et la gestion financière laisse à désirer pour accompagner le développement du football sur le territoire.

Alors, avec les performances des Bleus, notamment lors du mondial 2018 et 2022 ont rapporté plus de 100 millions sur les deux éditions cumulées, où est l’argent des Bleus ?

Dans un contexte de crise du bénévolat et de la violence sur les stades de football, la FFF se montre étrangement absente, laissant les Ligues et les Districts agir seuls.

Noël Le Graet, le Papy de la 3F fait de la résistance jusqu’au bout de son mandat ?

Ces dernières déclarations sur Zinédine Zidane ont achevé le personnage qu’il est devenu. Le Président de la 3F est complètement à l’ouest de sa fonction comme l’a rapporté un témoin anonyme, présent à l’AG fédérale, qui a décrit sur France Info, un Le Graët ailleurs et déconnecté de l’instant, pendant que Didier Deschamps annonçait sa prolongation… Symbole d’un homme qui a perdu la main depuis les enquêtes So Foot sorties à l’été 2022 et les révélations du journalistes d’investigation, Romain Molina.

La 3F vit dans un climat de tension inédit notamment avec le PSE décidé par deux acteurs sous le feu des critiques : Hardouin-Le Graët. Le coup de trop pour des salariés de la FFF excédés. De plus, le Président de l’instance est visé par un audit (sur la gestion de la FFF) et des soupçons de harcèlement sexuel. de quoi donner encore un peu de piment là la fin de mandat de Noël Le Graët.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi