mardi 25 juin 2024

À l’OL, bougez-vous ou cassez-vous, le nouveau refrain

À lire

L’OL reçoit Angers cet après-midi. Scotché à la 10ème place du classement, les Gones n’ont qu’un seul choix, la victoire. Sous peine de se retrouver dans une situation intenable au Groupama Stadium. d’ailleurs, les ultras lyonnais ont annoncé le boycott de la la première période.

Ça sent le match de la dernière chance pour les joueurs de Peter Bosz. À quatre jours du match aller contre West-Ham à Londres, Lyon n’a plus de calcul à faire. À 9 points du podium, l’OL a encore une infime chance de finir sur le podium.

Mais les Gones ne le méritent pas. Y compris auprès des supporteurs, désabusés par une saison une nouvelle fois hors des clous. Depuis 10 ans, Lyon cherche à remporter un nouveau trophée. Mais cet exercice 2021-2022 semble la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Les Bad Gones ne digèrent pas le départ de Juninho, l’affaiblissement de la formation lyonnaise, le manque de communication en interne du club. Trop c’est trop pour les Bad Gones. Même si Jean-Michel Aulas demandé le soutien des groupes ultras lyonnais, le divorce semble proche.

Dans un contexte particulier, l’Olympique Lyonnais se présente avec une infirmerie presque vide. Mais l’absence de Maxence Caqueret pèse pour la rencontre de ce soir.

Le Lyonnais rayonne depuis l’arrivée de Peter Bosz. Une absence remarquée et compensée par la titularisation d’Houssem Aouar.

Le match piège pour l’OL contre Baticle

Pour Peter Bosz, ce match ne sera pas facile. Dans une équipe en plein doute, incapable de gagner contre des moins bien classés. À l’image du dernier match contre Reims, les maux de tête sont nombreux. Il en faudra beaucoup plus contre une équipe angevine dans une mauvaise passe.

Même si lors du match aller, les Lyonnais ont reçu une leçon de football. Il en faudrait pas que cela se reproduise à la maison.

Lyon joue sa dernière chance d’accrocher les places européennes. Ce sera vital pour les finances du club. Dans un contexte de retrait des principaux actionnaires, l’OL est un vire qui tangue.

Justement, après Bruno Genesio, Gérald Baticle pourrait planter un deuxième couteau dans le dos à Jean-Michel Aulas. Ce qui renforcerait la méfiance des supporters contre les joueurs déjà présente.

Lyon n’a guère le choix que de montrer son vrai visage. Celui que l’on a vu contre Nice, Paris ou encore Lens. Les Gones ont une seule option possible, les Trois points et rien d’autre. Sinon, L’OL n’aurait plus aucun argument que de remporter la Ligue Europa pour contenir la colère.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi