jeudi 13 juin 2024

« Affaire Galtier » : des vraies questions à se poser avant de condamner l’entraîneur du PSG

À lire

Sans témoignages de joueurs victimes de discrimination, ce que l’on appelle « l’affaire Galtier » pourrait se refroidir très rapidement. Il convient en tout cas d’être très prudent.

Christophe Galtier doit-il être lynché sur la place publique ? C’est la question que le monde du foot se pose. A l’image des supporters du PSG, qui ont été très clairs sur leur position : si les faits scandaleux reprochés à l’entraîneur parisien sont avérés, il doit dégager immédiatement !

A LIRE : ce que l’on sait exactement aujourd’hui sur les accusations portées contre Christophe Galtier

C’est justement là tout le problème. Si on était devant une cour de justice, l’avocat de Christophe Galtier n’aurait pas de mal à remporter le procès. Car finalement, à ce stade de la « non enquête », le seul et unique élément d’accusation reste un mail échangé entre deux dirigeants de l’OGC Nice, à la fin de la saison 2021/2022.

Pourquoi attendre 8 mois pour écrire ce mail si les faits sont aussi graves ?

Un long mail dans lequel le directeur du football du GYM explique au directeur des sports d’Ineos (donc son patron) qu’il a vécu une saison compliquée avec celui qui dirigeait alors l’équipe niçoise… Un mail qui parle d’une réunion du 9 août 2021, c’est à dire au tout début de la saison en question, mais adressé au patron des sports d’Ineos, plus de huit mois après les faits.

Entre-temps, qu’est ce que Julien Fournier a fait de ces informations ? Comme a-t-il géré cette discussion lunaire avec son entraîneur ? Comment un club de football professionnel de Ligue 1 a-t-il pu cacher les propos racistes, discriminatoires et, bien sûr, condamnables, de son entraîneur ?

Face à la violence des propos évoqués dans le mail (que Julien Fournier reconnaît avoir écrit mais nie avoir communiqué à la presse), mais aussi l’attitude dénoncée de Galtier par rapport au ramadan (dans le même mail), il est difficile de penser que l’omerta a régné sur l’ensemble du club pendant près d’un an.

Très difficile aussi de penser que les dirigeants niçois ont pu penser qu’un entraîneur avec une telle image de son équipe (« trop de noirs, trop de musulmans » est-il écrit dans le mail) puisse obtenir des résultats.

Alors que les relations entre Fournier et Galtier étaient extrêmement tendues lors de la deuxième moitié de saison, à la suite notamment des reproches faits par Galtier sur le recrutement du mois de janvier, Julien Fournier aurait-il volontairement « chargé » son entraîneur dans ce mail ? Au contraire, aurait-il été poussé à écrire ce mail, parce que justement les rapports avec l’entraîneur s’étaient détériorés, à tel point qu’il était impossible de voir les deux hommes continuer à travailler ensemble ?

Sans témoignages de joueurs accusant Galtier, l’affaire va vite retomber

Difficile de se positionner, dans un débat qui met mêle indiscutablement les sentiments des uns et des autres, à des faits. Sont-ils avérés, ressentis ou extrapolés ?
L’absence de réaction d’Ineos, à l’époque (comme du reste, à ce jour) peut laisser penser que l’ampleur réelle du problème était moindre. Même si on peut aussi imaginer que le départ de Fournier (malgré celui de Galtier pour le PSG) était lié à cet épisode. Car ne pas le gérer, ne pas l’avoir révélé, aurait été une faute grave que le propriétaire ne pouvait pas laisser passer. La défaite en finale de la Coupe de France pouvant d’ailleurs en être une des conséquences directes, après une longue série de résultats moyens au printemps.

Il est incontestable que le fait qu’il s’agisse de l’entraîneur du PSG pèse lourd dans le traitement médiatique de cette affaire très violente, mais pour l’instant sans fondement.

Et pendant ce temps-là, un joueur nantais est écarté pour cause de ramadan…

Si les témoignages de joueurs ou personnalités du monde du foot sortent pour soutenir Christophe Galtier, notamment en provenance de Saint-Etienne, club que le Marseillais a entraîné pendant 8 ans (sur 23 années passées sur un banc), seuls les paroles de joueurs, témoins d’actes discriminatoires et de comportement raciste peuvent réellement accuser Christophe Galtier. Viendront-ils ? C’est LA grande question.

Pendant ce temps-là, Antoine Kombouaré écarte un de ces joueurs pour cause de ramadan (un fait avéré et même validé par l’entraîneur du FC Nantes), dans l’indifférence presque générale…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi