samedi 28 janvier 2023

Affaire Le Graët : la FFF au bord de l’implosion

À lire

12 ans après Knysna, la FFF revit un scandale de grande ampleur porté cette fois-ci par son Président, en poste depuis 2012. Noël Le Graet vit quelques jours sombres et logiques au regard d’une fonction qu’il ne maîtrise plus.

Cette fois-ci ce n’est pas la grève des joueurs qui fait trembler les murs de la FFF. La plus grande instance du sport français sur le plan des licenciés vit quelques jours agités. Mais en fait, cela fait plus de 6 mois que le système mis en place par le Breton s’écroule au fil des jours qui passe.

Depuis l’enquête So Foot publié début septembre, suivies des révélations du journaliste d’investigation, Romain Molina, c’est tout un système qui est pointé du doigt par les médias. Les déclarations fracassante du Président de la FFF sur Zidane, ont soufflé comme un ouragan sur les cendres d’un feu loin d’être éteint.

En touchant à l’emblème des Bleus, Le patron de la 3F a dégoupillé. Il a fait une sortie de route spectaculaire. Son manque de lucidité témoigne aussi d’une grande déconnexion avec le monde du football.

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. C’est aussi tout un mode de fonctionnement vieillissant qui prend la poussière. D’ailleurs, la pression politique sur la 3F n’a jamais été aussi forte. A l’image de la déclaration de la Ministre des Sports, sans équivoque : « Nos grands joueurs méritent mieux » a froidement lâché Amélie Oudéa-Castréa, hier dans une conférence de presse improvisée. En même temps, le changement, ou le coup de balai, que vont réclamer bon nombres de clubs amateurs semble imminent.

L’AFFA (Association Française du Football Amateur) a réclamé la tête de Noël Le Graet.

Face à toutes les accusations dont il fait preuve l’association qui représente le « football d’en bas » a demandé publiquement la fin du règne du Breton en poste depuis 2011.

Surtout, l’association rappelle une page sombre du bilan de Le Graet à travers un chiffre : 5 000. C’est le nombre de clubs qui ont disparu depuis que Noël Le Graët est à la tête de la FFF. Un chiffre en partie imputable au breton de 81 ans, à cause d’une politique fédérale qui pousse à la création de « clubs usines ». Cette situation laisse les petits clubs dans un choix difficile et très cornélien.

En effet, la disparition du football de campagne, des derbys de clubs à deux kilomètres sont devenus rares. Ainsi, plusieurs petits clubs décident de se regrouper pour n’en faire qu’un seul.

Un choix assumé par la FFF, à l’image du GOAL FC, plus grand club de football en France avec 7 villages réunis et plus de 1800 pratiquants ! Un exemple parmi d’autres.

En outre, de nombreux présidents de clubs amateurs se sentent abandonnés par la FFF. Des témoignages encor plus vrais devant les propos du Président de la 3F. À tel point que ce fait d’actualité pourrait creuser encore plus ce lien de confiance entre le foot amateur et Paris.

Une organisation de la FFF à revoir

Sous l’impulsion de cette polémique inutile de la part du Président de la FFF, c’est tout un système qui est prêt à s’écrouler. D’ailleurs, le patron de la fédé et sa directrice générale seront cuisinés par les inspecteurs ce mardi après-midi.

Un audit délicat qui porte sur le fonctionnement de la FFF dans son ensemble. Elle ne prend pas en compte les dernières années de gestion financière de l’instance. C’est toute une institution qui doit rendre des comptes sur cette gestion, qui depuis des années reste très opaque.

Totalement « hors sol » (les propos sont de la Ministre), Noël Le Graet a réussi à se mettre à dos certains membres du COMEX. Aujourd’hui, une profonde réforme de l’instance fédérale doit avoir lieu pour redonner confiance. C’est en tout cas le souhait de plusieurs membres du foot amateur.

Dans ce contexte, le vote du Président de la FFF par les licenciés est l’idée qui revient le plus. Même les clubs professionnels y ouvrent la voie. Sur l’antenne de RMC, Mathieu Bodmer a été un des premiers à défendre l’idée. D’autres ont embrayé le pas.

Le COMEX peut-il se retourner contre Le Graet ?

Après les dernières révélations, certains membres du COMEX de la 3F ont déjà pris les devants. Selon France Info, Jean-Michel Aulas et Philippe Diallo, respectivement Président de l’OL et Vice-Président de la FFF, ont enclenché les manœuvres. L’objectif des deux dirigeants : laisser NLG démissionner et partir au plus vite de l’instance fédérale.

Si la première décision revient au départ d’un homme. Il en faudra beaucoup plus pour ressouder le lien avec toutes les composantes de la 3F. Car une deuxième personne est aujourd’hui au coeur de toutes les attentions. Florence Hardouin devrait aussi être une « victime collatérale » du système Le Graët. Même si les deux acteurs les plus puissants de la FFF sont en guerre ouverte.

Quid du rôle du COMEX ? Les élus du Comité Exécutif ont à la fois les mains liées mais aussi un devoir de remettre la maison Bleu dans le bon ordre. Un homme extérieur à tout cela pourrait être le candidat idéal.

Platini à la rescousse du foot français ? La FIFA grimace déjà…

C’est le nom qui revient en première ligne, le seul peut-être à remettre la maison à sa place. Michel Platini a connu l’honneur et le déshonneur dans le football. Le patron de l’UEFA dans les années 2010 aurait été le Président de la FIFA s’il n’avait pas été victime d’une bavure judiciaire et d’une trahison sordide.

L’ancien numéro 10 des Bleus a été approché par l’Elysée pour essayer de trouver une issue à la situation de crise. En clair, Platini pourrait revenir contre vent et marrées un acteur majeur du foot français. La 3F en a besoin pour faire le ménage et remettre le football au coeur de la FFF.

À 67 ans, Platini avait déjà déclaré qu’il n’irait pas de son plein gré. Il faudrait le venir le chercher comme un certain Général en 1958. Une posture qui le protège aussi de toute interférence. Une phrase politique aussi pour créer une nouvelle énergie autour de lui.

L’ancien patron de la FIFA connaît le chantier qui l’attend à la tête de la Fédération aux deux millions de licenciés. Platini n’a pas que des amis mais au moins la France serait crédible à plus d’un titre. Sauf que la FIFA ne serait pas de cet avis. Platini de retour au premier plan, ce serait une gêne pour l’instance internationale.

Qu’importe, Platini a besoin d’une dernière danse footballistique pour remettre le foot français sous le soleil ; et éviter des orages qui le précipiterait dans sa chute.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi