mardi 27 février 2024

Un ancien coéquipier de Mbappé se lâche : “Pas de jeu de tête, un pied gauche moyen : il misait tout sur sa vitesse”

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Entre 2014 et 2017, l’actuel joueur de N3 à Dinan Léhon a partagé le quotidien de Kylian, au coeur d’une généaration qui a gagné la Gambardella, atteint les 8èmes de finale de la Youth League… et regardé leur pote s’envoler dans une autre dimension.

Comment était Kylian à 16 ans ?

Il était sympa, très souriant, il aimait chambrer ! On le sentait très à l’écoute et en même temps assez hautain dans ses attitudes parfois, ce qui lui a valu des problèmes avec certains coachs, notamment celui des U17 (Bruno Irles). Avec lui, ça ne s’est pas bien passé du tout. Il lui reprochait de ne pas défendre, de ne pas faire les efforts nécessaires. Du coup, on ne l’a pas vu pendant plusieurs mois à l’entraînement. A ce moment-là, Kylian a eu un gros coup de chance car il a été accepté par le coach des U19 (Frédéric Barilaro).

Etait-il en position de se faire exclure du centre ?

Non, parce que dès son arrivée on savait qu’il était destiné à faire carrière. Il avait déjà été approché par le Real, Chelsea… le club avait fait l’effort de loger gratuitement sa famille dans une maison il était le seul dans ce cas là -, de lui accorder une grosse prime à la signature (500 000 euros, Ndlr), on se doutait bien qu’il n’allait pas l’exclure !

« Mbappé était tellement persuadé qu’il allait y arriver… »

Pouviez-vous imaginer qu’il allait devenir l’un des meilleurs joueurs du monde ?

Absolument pas. A ce moment-là, il n’était pas le meilleur des attaquants. Sans jeu de tête, avec un pied gauche moyen, il misait tout sur sa vitesse et sa technique en mouvement, mais dans un registre limité et très individualiste.

Qu’est-ce qui explique alors son parcours ?

Son état d’esprit ! Il avait vraiment une grande confiance en lui, c’est d’ailleurs ce qui pouvait poser problème avec certains coachs, car ça passait pour de l’arrogance. En fait, il était tellement persuadé qu’il allait y arriver qu’à partir du moment où il a été mis sur orbite, avec les U19, puis la CFA, il a explosé. Il allait deux fois plus vite que les autres, ça aide (rires) ! Depuis, il s’est aguerri physiquement, il a dû prendre 5-6 kilos de muscles, car il était frêle et ne résistait pas aux duels, et a progressé tactiquement pour devenir moins individualiste. Il a appris à jouer avec les autres.

A quel moment avez-vous compris que vous ne le reverriez plus ?

Dès ses premiers matches avec les U19, il a mis plusieurs doublés. Ce fut son déclic. Car derrière, il a fait pareil en CFA avec la réserve et a tout de suite enchaîné avec les pros. La première année, comme il ne jouait pas beaucoup, son père a commencé à mettre la pression sur le club et Jardim a été plus ou moins obligé de l’aligner. On connait la suite…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi