vendredi 19 août 2022

Alexander Kristoff (Intermarché-Wanty-Gobert) : « Les étapes danoises seront très piégeuses »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le sprinteur norvégien, Alexander Kristoff, qui fêtera ses 35 ans pendant le Tour (le 5 juillet), retrouve un état de forme plus que convenable. De quoi espérer encore gonfler son quota de victoires d’étapes (2 en 2014, 1 en 2018 et 1 en 2020).

Pourquoi avoir quitté UAE Team Emirates pour Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux à l’intersaison ?

Cette équipe est en train de gravir des échelons. Quand on évolue dans une formation qui est dans la performance, habituellement l’atmosphère va avec. Nous sommes en train d’atteindre nos objectifs. Peut-être même encore mieux que nous l’espérions. Nous formons un bon groupe de coureurs et nous avons un bon staff.

Est-ce plus compliqué d’être un coureur de classe mondiale chez UAE Team Emirates ou chez Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux ?

Ce n’est pas plus compliqué ici. Cette équipe se focalise beaucoup sur les classiques. A mon image. Je suis secondé par une équipe solide de coureurs de classiques. Je cours mieux cette année que je ne le faisais l’an dernier. Bien entendu le budget était bien plus conséquent chez UAE. Là-bas, il y avait beaucoup de coureurs prestigieux. Cependant, au final, les attentes sont plus hautes et la pression est bien plus importante. Donc, j’ai ce ressenti d’être plus à mon aise chez Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux.

Au point d’être revenu à votre meilleur niveau ?

Je ne peux pas dire cela non plus. Mais je suis bien plus performant que l’an dernier. J’ai remporté notamment deux courses (Clasica de Almeria et Scheldeprijs, Ndlr). J’ai également accumulé les podiums. Je m’attendais sincèrement à atteindre ce degré de performance. Mais pour les gens qui ne connaissent pas toute l’histoire, ils oublient sans doute que j’ai été malade à un moment donné. Cela a impacté mon degré de performance. Donc, pour eux me voir performer comme cela cette année doit les surprendre.

« Ce serait un rêve de porter le maillot jaune au Danemark »

Qu’attendez-vous de votre neuvième Tour de France ?

J’ai déjà remporté quatre étapes sur le Tour. J’en vise une cinquième. Lors de ma dernière participation (en 2020, Ndlr), j’ai même porté le maillot jaune (pendant un jour après avoir remporté la 1ère étape, Ndlr). Ce serait un rêve de répéter cela au Danemark. Ce ne sera pas chose facile évidemment. On verra bien ce qui se passera. Beaucoup d’opportunités se présenteront pour les sprinteurs durant la première semaine. Je pense en particulier à cette étape de Roubaix. J’espère qu’on gagnera une étape avec l’équipe.

En fonction de votre potentiel, trouvez-vous que vous auriez pu gagner plus que quatre étapes dans le Tour ?

Chaque année, je suis arrivé sur le Tour bien préparé. Le niveau est très élevé. C’est très dur de gagner une étape. Mais si vous en gagnez une, votre carrière devient une grande réussite. J’en ai gagné quatre en huit participations. C’est pas mal…

Alexander Kristoff en outsider du maillot vert

Les favoris pour gagner le Tour peuvent-ils déjà le perdre dès les étapes danoises ?

Je ne pense pas car, en cas de temps perdu, il reste encore beaucoup de temps pour se rattraper. Mais effectivement ces étapes danoises seront très piégeuses. Il y aura matière à perdre du temps. Au Danemark, c’est souvent très venteux. Beaucoup de choses dépendront à ce moment-là des conditions climatiques, s’il pleut ou non.

Le maillot vert à Paris vous y croyez ?

Ce maillot vert n’a jamais été un but pour moi. Toutefois, j’ai fini deux fois derrière Sagan (en 2014 et 2018, Ndlr). L’objectif majeur est de viser une victoire d’étape. Après, si je suis performant, il sera temps d’y réfléchir.

Quel est le grand favori dans cette quête du maillot vert ?

Je crois que Van Aert a dit qu’il le visait. Il a les jambes pour cela s’il s’y emploie.

Et en équipe que peut ambitionner Intermarché-Wanty-Gobert ?

L’objectif principal reste comme je l’ai dit la victoire d’étape. Nous aurons un bon train de sprinteurs. Mais notre équipe pourra aussi montrer de belles choses dans les cols. Nous avons des coureurs qui peuvent s’y illustrer. Espérons que Louis Meintjes puisse finir dans le top 10 au général.


L’avis de Laurent Jalabert sur Intermarché-Wanty-Gobert

« Cette équipe a pris du coffre. Ça marche bien. Partout où ils passent, ils marquent les esprits. Ils remportent des victoires. Sur le Giro, ils ont gagné des étapes et sur le Tour ils seront ambitieux. C’est une équipe qui va animer la course et qui est capable d’aller chercher des succès. »

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi