mardi 23 juillet 2024

Alexey Lutsenko (Astana Qazaqstan) : « Je me concentre sur les victoires d’étape »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Vainqueur du Tour de Sicile cette année, le Kazakh Alexey Lutsenko fixe ses objectifs et ses chances dans le Tour de France (son 8ème) où il reste sur une 7ème et une 8ème place en 2021 et 2022.

Comment qualifiez-vous votre première partie de saison 2023 ?

J’aurais aimé faire encore mieux, mais j’ai obtenu quelques bons résultats. J’ai en particulier décroché deux victoires sur le Tour de Sicile (la 4ème étape et le général, Ndlr). J’ai bien couru aussi sur l’Amstel Gold Race où je n’ai pas fini loin du podium (5ème, Ndlr). Cela a été un bon bloc de courses. J’ai voulu démontrer ce bon état de forme sur le Tour de Romandie. Mais je n’ai pas pu finir Liège-Bastogne-Liège. J’avais pourtant bien préparé cette course. Mais j’ai attrapé un virus qui a changé mes plans.

Quels sont vos objectifs pour cette deuxième partie de saison ?

Au moment où on se parle, je suis à Tenerife pour préparer la course la plus importante de la saison, à savoir le Tour de France. C’est le plus gros objectif de l’année. J’aimerais aussi bien figurer dans les classiques italiennes de fin d’année.

Vous aurez 31 ans en septembre. Avez-vous le sentiment que le temps presse désormais ?

Le temps passe effectivement vite. Cela fait dix ans que je suis professionnel. Sans les chutes, sans les maladies, probablement que les choses auraient été différentes. Ce qui est certain es que je me donne à 100% chaque saison.

Si vous pouviez atteindre votre Graal sportif, quel serait-il ?

Ce serait de remporter les une très grande classique comme Liège-Bastogne-Liège, l’Amstel Gold race ou un Tour des Flandres.

« Pogacar a appris de certaines erreurs »

Vous avez fini 7ème du Tour en 2021, votre meilleure place. Que vous manque-t-il pour être sur le podium ?

Cette année-là, j’ai décidé pour la première fois de disputer cette course en tant que leader dans l’optique du général. Finir 7ème au milieu des meilleurs coureurs mondiaux qui préparent méticuleusement la course la plus relevée au monde reste un bon résultat. Bien entendu vous cherchez toujours à faire mieux. Mais avant de faire un podium, il y a beaucoup de travail à fournir. Et peut-être changer une certaine approche aussi en matière d’entraînement.

Pensez-vous monter sur la boîte cette année ?

Cette année, je ne pense ni me battre pour un podium ni pour une place dans le top 10. Je me concentrerai davantage sur les victoires d’étapes.

Que peut viser Astana sur ce Tour ?

Si nous avons Mark Cavendish dans l’équipe, nous travaillerons pour lui sur les courses au sprint. Sinon sur d’autres étapes j’essaierai de m’imposer ou d’autres équipiers.

Comment voyez-vous la lutte pour le maillot jaune ?

A mon avis, Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard vont se livrer une farouche bataille. Cependant c’est une course de 3 semaines où tout peut se passer. Sur le Giro, on a vu que beaucoup de favoris ont abanndonné pour cause de chutes, de maladie ou pour d’autres problèmes. Donc il faut toujours être très prudent en matière de pronostics.

Mais, dans l’absolu, on pense à Vingegaard et Pogacar. Je pense que Pogacar a appris de certaines erreurs. Donc je suppose qu’il aura une approche de la course différente. Selon moi, il a toutes les chances pour remporter le Tour cette année.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi