mardi 5 juillet 2022

Alexis Vuillermoz (Total Énergies) : « Sagan reste notre locomotive »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Vainqueur d’étape sur le Tour 2015, Alexis Vuillermoz revient avec l’envie d’animer l’épreuve et d’aider ses leaders. Sans pour autant oublier sa carte personnelle après son succès sur le Dauphiné (2ème étape.

Comment s’est passée votre préparation pour le Tour ?

On était en stage, en Sierra Nevada, en Espagne, dans de bonnes conditions. On a bien travaillé. C’est encourageant. On a bien préparé ce Tour de France. On a repris ensuite une préparation classique. On a passé trois semaines en altitude. C’était un bon format. Il y a l’aspect physique et psychologique qui est important. On a envie de réussir un grand Tour. On ne sera pas les seuls ! On est concentrés. On a la bonne humeur qui est là. C’est une période charnière de la saison. On l’aborde avec humilité, sérénité et confiance.

Avec l’expérience, apprenez-vous à l’appréhender comme une course normale une course qui ne l’est pas ?

On n’est pas dans l’inconnu total. Le Tour est particulier. En tant que coureur français, dans une équipe française, il y a forcément des attentes et un focus supplémentaire. On se donne les mêmes envies et les mêmes ambitions que le reste de la saison. On a envie de bien faire dans ce Tour de France.

« On n’a pas de complexes à avoir »

Et quand on sait que vous avez remporté une étape en 2015, est-ce avec l’idée de faire aussi bien ?

J’ai appris depuis le temps à m’exprimer dans d’autres domaines. Je suis plus polyvalent. Même si j’ai fait le pari de retrouver mes qualités de base en étant un peu plus punchy. Je sais aussi que je vais avoir aussi des étapes un peu plus montagneuses où j’espère me projeter. Je vais aussi avoir un rôle important auprès de Pierre (Latour) qui peut viser une belle place au général (victime d’une fracture du radius gauche sur la Mercan’Tour Classic, la participation de ce dernier n’était pas assurée, Ndlr). J’espère aussi prendre part au collectif pour ramener le meilleur résultat.

Sentez-vous Pierre Latour capable de faire un grand Tour cette année ?

C’est notre meilleure carte pour le général. C’est quelqu’un qui passe bien la montagne. Il aura des qualités de rouleur qui l’aide sur le contre-la-montre. Il commence aussi à avoir de l’expérience. On est un bon groupe soudé autour de lui. C’est quelqu’un de très agréable à vivre. On est heureux d’être là pour lui.

Alexis Vuillermoz séduit par Peter Sagan

L’arrivée de Peter Sagan a-t-elle tout de même apporté au sein de l’équipe TotalEnergies ?

On a eu un bon début de saison d’un point de vue collectif. On a tous été performants. J’ai quasiment réussi mon meilleur début de saison en carrière. J’ai fait 12 Top 10 en 24 courses avec 2 podiums (avant sa victoire dans la 2ème étape du Dauphiné, Ndlr).

Pourtant, il y a encore un sentiment d’inachevé. On est tous dans cet état d’esprit. On a envie de gagner. Peter Sagan est une belle locomotive. Il apporte de la sérénité et une expérience unique avec autant de victoires. Il est arrivé avec humilité alors qu’il est un géant du cyclisme. C’est quelque chose qui permet d’avoir cette dynamique.

Après, je ne suis pas le premier à pouvoir l’emmener au sprint, mais on reste tous très impliqués pour l’aider aussi à briller. L’équipe espère connaître son meilleur résultat comme chaque course. Si on prend les points UCI, on est 12ème équipe mondiale. On est à notre place dans le World Tour. On a notre place devant. On n’a pas de complexes à avoir. On a du bon matériel aussi. Ça aide. Les arrivées de Peter (Sagan) et de notre nouvel équipementier permettent de monter d’un cran. Je ne suis pas inquiet pour viser une place dans le World Tour.

La performance sera là. Le parcours du Tour vous plait-il ?

Il y a plusieurs registres. C’est plaisant pour un coureur. Le Tour sera bien rythmé. Il y a une première semaine où il faudra être attentif. Il y aura des arrivées qui vont marquer la course. Ce sont après les deuxième et troisième semaines qui se montreront décisives. Le Tour de France en lui-même est un monument. C’est toujours un plaisir d’y participer.

L’avis de Laurent Jalabert

« Sagan est l’inconnu de cette équipe. Va-t-il retrouver son niveau ? Quand je l’ai vu partir làbas, je voulais voir. Je suis convaincu que Sagan reste Sagan. C’est obligé que cette équipe joue la gagne sur une étape avec une recrue comme lui. Je continue de lui accorder de la confiance même si, cette année, on ne l’a pas vu. S’il est là et que, physiquement, il va mieux, il aura du jus et ce sera du grand Sagan. Le reste de l’équipe a pris une autre dimension avec l’arrivée de Sagan. Les coureurs sont plus ambitieux. On l’a vu sur Paris-Nice. C’est une équipe qui peut gagner une étape. Ce serait un Tour réussi. »

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi