lundi 17 juin 2024

Antibes entame sa reconstruction pour revenir en Jeep Elite

À lire

Triple champion de France (1970, 1991 et 1995), Antibes est aujourd’hui tombé en Pro B. Son président Freddy Tacheny nous parle de la reconstruction d’un des clubs les plus mythiques du basket français qui se bat pour sauver sa place en Pro B.

Comment avez-vous traversé cette crise sanitaire ?

C’est catastrophique pour le basket encore plus que pour d’autres sports. Le public est proche du terrain. Dans un match, il y a beaucoup de points marqués, au foot ou au rugby il y en a moins. En basket, toutes les minutes il y a des points, les joueurs sont portés en permanence par le public. Et puis nous disposons de droits télé bien inférieurs aux autres sports.

On vit principalement de la billetterie et des sponsors. Cette crise sanitaire nous a poussés à innover, nous avons réagi pour garder le lien avec nos fans en développant le secteur du digital. Nous avons notamment investi dans une télé, l’achat de caméras, mis en place un studio télé. Cela permet de compenser un peu le manque.

Antibes peut-il retrouver son niveau des années 90 ?

Nous travaillons afin qu’il retrouve l’élite. Mais nous voulons construire sans brûler les étapes. Monter pour descendre immédiatement ça ne m’intéresse pas. A notre arrivée au club, on a épongé les dettes, aujourd’hui les comptes sont équilibrés. Nous voulons grandir de manière réaliste.

Combien d’années vous donnez-vous pour retrouver l’élite ?

Dans les trois ans à venir, on ambitionne de jouer la montée. Antibes est une ville très sportive où le basket a toujours eu une grande place. Nous possédons de belles installations avec notamment l’Arena qui est une magnifique salle.

« La montée dans les trois ans »

Quels sont vos axes de travail pour atteindre cet objectif ?

Nous misons beaucoup sur la formation. Il y a aussi au niveau local et régional un potentiel jeunes à exploiter. Nous accordons une grande importance à la formation car c’est le baromètre de la santé d’un club.

Monaco pourrait délocaliser ses matches européens. Seriez-vous prêt à les accueillir ?

Je ne suis pas contre l’idée de les aider. Pour l’instant, personne ne nous en a parlé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi