jeudi 20 juin 2024

Antoine Kombouaré est-il encore l’homme de la situation, pour sauver le FC Nantes ?

À lire

Pascal Auchet
Pascal Auchet
Journaliste

Comme on pouvait s’y attendre, Antoine Kombouaré a placé la fin de saison du FC Nantes sur le thème du combat. Mais n’était-ce pas déjà trop tard ?

Déjà en grosse difficulté, le FC Nantes a plongé dans le cauchemar avec sa défaite à Brest hier soir. Une défaite sans conteste possible, qui place les Canaris dans la zone rouge, à 5 journées de la fin, et qui met en grand danger Antoine Kombouaré, pas certain de finir la saison sur le banc nantais.

A LIRE AUSSI : l’humiliation en finale de la Coupe de France va-t-elle pousser Nantes en Ligue 2 ?

Conscient de la situation, l’entraîneur des Canaris est passé à l’attaque, dès hier soir. « Pendant longtemps, on a fait les cons. On avait de l’avance mais on avait la tête à la Coupe de France et on a laissé des points en route », estime l’entraîneur, sans préciser s’il se met dans le lot.

Antoine Kombouaré : « On a fait les kakous ».

« On a fait les kakous et c’est maintenant qu’on est dans la zone de relégation qu’il faut qu’on soit costaud mentalement. Parce qu’il n’est plus question de technique à ce moment-là ».  

Pour espérer sauver le club de la relégation, Antoine Kombouaré a clairement choisi de mettre le débat dans le domaine qu’il maitrise le mieux (le seul ?) : celui du combat. Avec un commentaire qui acte son départ, au plus tard fin juin, à la fin de son contrat avec le FC Nantes. « Moi, je suis là jusqu’au 4 juin. On est dans un mini-championnat. Il reste cinq matchs et 15 points en jeu (…) Je suis convaincu qu’on va se maintenir. Le 4 juin, on sera devant ».

Peut-être un peu trop sûr de lui, le coach Kanak ? Depuis le 12 février, et un succès sur Lorient pour le compte de la 23ème journée (1-0), Nantes a pris 4 points en 11 matchs. Il faudra sans doute en prendre le double en 5 matchs pour rester en Ligue 1.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi