mardi 25 juin 2024

Après la plus grande crise de son histoire, début de la grande remise en question pour l’OL

À lire

Le départ de Juninho, les incidents au Parc OL, l’exclusion sans gloire de la Coupe de France, un JMA perdu, Lyon a vécu une première partie de saison difficile. Englués à la 13ème place du classement, dans l’incertitude dans son organisation du quotidien, Lyon vit sans doute un tournant dans son projet et les ressorts sont déjà-là.

Le mois de décembre de l’Olympique Lyonnais est un long chemin de croix. Après la première détonation de Juninho dans l’émission Rothen s’enflamme sur RMC mi-novembre. l’OL a descendu l’escalier de l’enfer les uns après les autres.

De plus, les révélation de Juninho ne cachent pas un certain malaise au sein du club. Les mots de l’ex Directeur sportif de Lyon ont débouché sur une crise sportive et institutionnelle qui s’annonce longue.

Depuis ce coup de canon, les Gones ne rugissent plus. Ils patinent en championnat. JMA, si habile a tout perdu ou presque : crédit, influence, communication ratée. En effet, le grand patron de l’OL semble au crépuscule de son règne de 35 ans à la tête de son club.

Les Supporters se réveillent et adressent une lettre à Aulas et l’OL

Un groupe Facebook de 116 000 membres réuni sous la bannière Olympique Lyonnais – Le groupe réclame des changements et rapidement à leur Président, Jean-Michel Aulas. La communauté dénonce un K-O institutionnel et sportif inédit dans leur Olympique Lyonnais. La clé, de l’ordre et un mercato ambitieux pour retrouver « les lettres de noblesses » d’un club qui semble en perte de vitesse.

Car les supporters, amoureux de leur club ont bien l’impression de ressentir ce que tout le foot français reconnaît à l’OL : la perte de contrôle sur les événements, un club dépassé de toute part. Bien entendu, les seuls hommes clés qui peuvent redresser la barre sont nombreux à commencer par Jean-Michel Aulas. En tout cas, les supporters ont tiré une balle à blanc pour réveiller les vieux Lions de l’institution.

L’OL en crise, un virage à 180°

Au bord du précipice, les Gones ont déjà engagé u virage à 180°. Exit Juninho, retour de Bruno Cheyrou au coeur du projet Olympique Lyonnais. Mis de côté après des relations tendus avec la légende de l’OL, Bruno Cheyrou devrait apporter son expérience et son réseau au club lyonnais.

« Je suis directeur du recrutement chez les garçons et chez les filles. Ainsi que conseiller technique auprès de la Direction du football. Je suis à la disposition du staff et de Peter Bosz pour pouvoir être force de proposition, l’aider au maximum dans sa volonté de faire progresser l’effectif. Les choses sont très claires en interne, je ne suis pas le nouveau directeur sportif. Les prérogatives sont toutes autres. » (Source OLTV)

Il ne sera pas le seul à embarquer dans l’avion de la sortie de crise. En effet, Alain Caveglia, ancien Directeur Sportif de Caen, sera chargé du recrutement après le départ de Patrice Girard.

L’OL a entamé sa mue en faisant appel à ses anciens grands noms et le départ de Juni devrait encore un peu plus réorganiser le club.

Peter Bosz endosse la responsabilité sportive

Si l’institution OL vacille, les responsabilités sont partagées. Sur le plan sportif, Peter Bosz a endossé la sienne sur les médias du club. Le coach néerlandais dont les rumeurs faisaient état d’un départ en aout, deux mois après son arrivé, n’a pas caché sa frustration :

« Je ne travaille pas avec des robots mais avec des humains, qui sont tous différents. On m’avait dit que c’était le problème depuis plusieurs années. Nous n’y arrive pas. On va bien analyser les choses avec mon staff. On va regarder ce qu’on ne fait pas bien mais il y a aussi des choses qu’on fait bien.

Nous avons le nombre de minutes le plus faible dans le championnat où on est menés. Cela montre qu’on perd beaucoup de points. Il faut donc trouver le problème : la concentration, les changements… Finalement, tout cela n’aboutit pas sur des bons résultats. » (Source OLTV)

Il est confirmé par JMA jusqu’à fin février pour redresser le club lyonnais. Peter Bosz reste serein dans une équipe qui croit en lui. L’ancien entraineur de l’AJAX aurait encore le soutien de tout le vestiaire.

Peter Bosz devra entamer une série avec son équipe pour se rapprocher du podium. Les Gones n’auront pas d’excuses à la reprise du championnat contre le PSG. D’autant plus que le calendrier des Lyonnais ne sera pas facile. Le club de la capitale d’abord, puis 15 jours plus tard le derby.

Lyon peut-il se servir de la crise pour se réformer ?

C’est une grande question qui se pose après les secousses en interne. En l’espace d’un mois, Lyon a vécu la plus grave crise de son histoire. Si JMA en est le grand responsable, il y a de nombreux motifs d’espoirs.

D’abord, Lyon connaît l’art du rebond. À chaque grande secousse, le club rhodanien a su s’en sortir. Cette fois-ci, si le mal reste bien profond, les Gones ont entamé un nouveau chapitre de leur organisation. Avec le retour de Bruno Cheyrou au premier plan et Caveglia, Lyon devrait aller plus loin.

Quid du départ de Jean-Michel Aulas en fin de saison. Les questions se posent alors que le patron rhodanien a perdu le contrôle. Lui qui a pourtant un maître dans la matière de la gestion. Après 35 ans de mandat, il semble plus qu’évident que l’OL devra faire sans son homme fort dans quelques mois.

La fatigue du Président lyonnais devrait aussi déboucher sur d’autres décisions. JMA n’a pas rompu mais il pourrait être le nouveau réformateur de son club.

Lyon en a besoin pour retrouver les sommets de la Ligue 1 au plus vite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi