jeudi 25 avril 2024

Après sa grave blessure, Gabriel Nyembo (Dunkerque) se prépare pour revenir en force… à Toulouse

À lire

Après quatre saisons à Dunkerque, Gabriel Nyembo (26 ans le 16 juin) va quitter le club dans quelques semaines pour rejoindre Toulouse avec qui il s’est engagé jusqu’en 2025. Le pivot nous parle de son choix.

Dunkerque est en milieu de tableau. Quel est l’objectif de cette fin de saison ?

Nous avons une équipe à fort potentiel. Notre ambition est de finir dans le Top 8, d’être européen. Pour l’instant, ce n’est pas le cas. Mais rien n’est joué car la bataille est aussi serrée que pour le Top 3. C’est un championnat qui est très serré à tous les niveaux en haut comme en bas. Sur un plan personnel, je pense que c’est ma saison la plus aboutie depuis mon arrivée à Dunkerque l’année du Covid qui avait provoqué l’arrêt du championnat. Je suis plus constant.

Vous vivez vos derniers matches sous le maillot de Dunkerque avant de rejoindre Toulouse. Pourquoi avez-vous pris la décision de rejoindre le Fenix ?

J’ai senti que c’était le moment pour moi de découvrir autre chose. Toulouse est une équipe régulière dans la première partie de classement, elle se qualifie régulièrement en Coupe d’Europe. Le Fenix s’est installé au fil des années comme l’un des meilleurs clubs français. En D1, je n’ai connu que Dunkerque, j’avais envie de voir comment ça se passait dans d’autres clubs de l’élite, découvrir d’autres méthodes de travail. Le projet de Toulouse me plait bien, leur jeu aussi.

Quel regard portez-vous sur votre carrière ? Quels sont vos axes de progression ?

Je suis un joueur à maturité tardive, mais je pense que je suis sur le bon chemin ; Je suis de nature très positive, cela m’aide beaucoup à traverser les périodes plus compliquées. Je commence à atteindre un certain niveau défensif, il faut que je progresse au niveau offensif. J’ai aussi évolué au niveau de mon poste. A la base, j’étais arrière puis mon entraîneur au Pôle Espoirs me voyait plus un avenir en tant que pivot. Au début, j’ai eu du mal à accepter et assimiler ce changement de poste puis, au fur et à mesure que je franchissais les étapes vers le professionnalisme, je me suis dit qu’il avait peut-être raison. Le pivot dépend beaucoup des autres, l’arrière a plus de liberté, c’est ce qui me plaisait bien.

« En D1, je n’ai connu que Dunkerque, j’avais envie de voir comment ça se passait dans d’autres clubs de l’élite »

En 2022, vous avez été victime de votre première grosse blessure avec une rupture des ligaments croisés du genou droit. Avez-vous le sentiment d’être revenu à votre meilleur niveau ?

Sur le coup, je n’ai pas pris la mesure de la gravité de la blessure, je me suis relevé, je n’avais pas trop mal, je me suis dit « ça va ». Mais les jours suivants, les examens ont été sans appel. Il fallait se faire opérer. Cette période n’a pas été globalement très difficile à vivre car je n’avais qu’un objectif : revenir sur les terrains. Mais il y a des périodes compliquées, notamment juste après l’opération, quand vous êtes immobilisé ou que vous essayez de contracter votre cuisse sans y arriver. Au bout de six mois, je sentais bien mon genou, on se dit que l’on est prêt, mais en fait il reste encore deux mois car il ne faut pas brûler les étapes pour éviter la rechute. Vous vous sentez bien, mais il faut respecter le protocole, c’est hyper frustrant et difficile d’attendre. Il faut alors essayer de s’aérer l’esprit, de penser à autre chose. Je pense retrouver mes sensations oui.

Comment vous êtes-vous aéré l’esprit ?

J’ai un emploi du temps assez chargé depuis plusieurs années, je n’ai pas le temps de m’ennuyer car, parallèlement à ma carrière, je fais un Master de physique fondamentale, en production énergétique à Lille. J’aimerais devenir chercheur dans le nucléaire, astrophysicien. Je vais pouvoir poursuivre mes études à Toulouse même si ce n’est pas évident de faire les deux, le sport et les études, en plus on n’est pas spécialement aidé. Mais je suis motivé et j’irai donc au bout.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi