mardi 16 juillet 2024

Auradou, Barré… les nouvelles pépites du rugby français

À lire

Il fut un temps où les jeunes joueurs devaient attendre les doublons pour avoir leur chance. entre l’instauration du salary cap, les pertes dues au Covid, les clubs leur font plus confiance.
Revue d’effectif des nouvelles pépites du rugby français à l’image d’Auradou.

Hugo Auradou (Pau)

Hugo Auradou est le digne successeur de son père David (41 sélections avec les Bleus). Il évolue lui aussi au poste de 2ème ligne à la Section Paloise. Passé par Sarlat et Mont-deMarsan en catégorie de jeunes, il a signé dans le Béarn en 2020. Avec ses 2m pour 100 kg, il impressionne déjà ses entraîneurs par sa maturité à 18 ans seulement.

Léo Barré (Stade Français)

Le Stade Français peut voir l’avenir avec sérénité au poste d’ouvreur avec Léo Barré. Il est présenté comme un futur crack depuis plusieurs années. Régulièrement surclassé dans les sélections de jeunes, il est international U20. Arrivé en 2020, il est utilisé avec parcimonie par le staff dans l’ombre de Joris Segonds. A 19 ans, il a prolongé son contrat avec le club parisien jusqu’en 2025.

Léo Berdeu (Lyon)

Formé au RCT, Léo Berdeu (23 ans) a pris son envol au LOU cette saison. Il avait quitté Toulon pour avoir du temps de jeu, mais ses débuts à Lyon en 2016 ont été compliqués. Il est prêté à Agen en 2018 et ce prêt lui fait le plus grand bien. Comparé à Stephen Larkham, il a su saisir sa chance cette saison en parvenant à bouleverser la hiérarchie. Il a été appelé dans le groupe des 41 de l’équipe de France pendant le Tournoi.

Daniel Bibi-Biziwu (Clermont)

Le jeune pilier clermontois (20 ans) arrive d’un club, Massy, qui a sorti de nombreux professionnels. Trois-quarts centre puis 3ème ligne à ses débuts, ses entraîneurs à Massy l’ont installé au poste de pilier gauche. Il rejoint Clermont en 2017 et montre de belles qualités offensives ballon en main. Bibi casse les premiers plaquages et excelle dans les rucks. Il est supervisé par le staff des Bleus et faisait partie de la liste des 41 pour préparer le Tournoi.

Louis Bielle-Biarrey (Bordeaux-Bègles)

Auteur d’un triplé pour son premier match en pro à 18 ans en Coupe d’Europe, Louis BielleBiarrey est la nouvelle pépite de l’UBB qui a eu le nez creux en le recrutant l’été dernier à Grenoble. Athlétique, possédant de supers appuis, il doit se renforcer physiquement, mais l’international des moins de 20 ans est entre de bonnes mains avec Christophe Urios pour progresser et ne pas se croire arrivé.

Guillaume Cramont (Toulouse)

Guillaume Cramont progresse dans l’ombre de Julien Marchand et de Peato Mauvaka. Il profite des doublons pour gagner du temps de jeu et engranger de l’expérience. Timide à ses débuts, il est monté en puissance en réalisant un excellent match au Stade Français. A 21 ans, il montre déjà une grande maturité à un poste qui demande de l’expérience. Il doit encore progresser sur ses lancers, mais il est sur le bon chemin.

Nelson Epée (Toulouse)

Grand espoir du Stade Toulousain à l’aile, Nelson Epée (21 ans) brille avec l’équipe de France à 7. Il fait le spectacle avec des essais spectaculaires. Il a fait ses grands débuts en Top 14 face au Stade Français. Vitesse, dextérité, il possède déjà toutes les qualités du futur grand ailier même s’il a fait des débuts timides face aux Parisiens.

Louis Le Brun (Castres)

L’ouvreur Louis Le Brun (20 ans) est le neveu de Yann Delaigue. Il fait partie de la longue liste des joueurs formés à Toulon et qui réussissent ailleurs. Le Brun a rejoint Castres en 2020 et est polyvalent puisqu’il peut évoluer au centre, à l’ouverture ou à l’arrière. Il est capitaine des U20 français et a prolongé son contrat avec Castres jusqu’en 2026.

Nolann Le Garrec (Racing 92)

Le demi de mêlée du Racing 92 connait une saison perturbée par des blessures, mais il a déjà montré sur plusieurs matches de Top 14 qu’il avait les qualités pour évoluer au plus haut niveau. A 19 ans, il a, notamment, réalisé un gros match derrière la mêlée face au Stade Toulousain. Une pénalité lointaine, un essai plein de malice, il a fait passer une mauvaise soirée aux Toulousains. Le staff des Bleus garde un œil sur lui.

Thomas Rozière (Clermont)

Issu du centre de formation de Clermont, Thomas Rozière (21 ans) commence à apparaitre sur les feuilles de matches en Top 14. Arrière ou ailier, il a fait toutes ses classes en Auvergne puisqu’il a rejoint le club à l’âge de 7 ans. Auteur d’un doublé contre Perpignan, il apporte, sur son aile, sa fraîcheur et son insouciance à une équipe qui réalise une saison moyenne.

Votre nouveau numéro du Rugby Mag chez votre marchand de journaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi