vendredi 19 août 2022

Basket 3X3 : les Bleues, championnes du monde, les Français, 3èmes !

À lire

Grosses perfs des Françaises et des Français à Anvers lors de la Coupe du Monde de Basket 3X3. Le Quotidien Du Sport y était !

L’équipe féminine de France de basket 3×3 (Myriam Djékoundade, Laëtitia Guapo, Hortense Limouzin et Marie-Eve Paget) a été sacrée championne du monde, à Anvers, en Belgique, en battant le Canada 16-13. Les hommes (Antoine Eito, Léopold Cavalière, Franck Séguéla et Alex Vialaret) ont eux remporté la médaille de bronze contre la Belgique (18-17 après prolongation). Historique !

Myriam Djkeoundade : « C’est le cœur qui a fait la différence »

En quart (15-14 contre l’Espagne), en demi (17-16 contre la Chine) ou en finale (16-13 contre le Canada), vous avez réussi à gagner vos matches qui étaient accrochés, dans les derniers instants, qu’est-ce qui a fait la différence ? 

Myriam Djékoundade : C’est beaucoup le cœur ! On était très soudées et on a eu la tête froide dans les moments les plus difficiles. Avant la compétition, on avait beaucoup d’émotionnels, donc tout cela ne ment pas.

En voyant l’équipe de France changer tous les ans, comment fait-on pour créer une vraie cohésion d’équipe en si peu de temps ?

C’est assez facile ! Les quatre, qui sont présentes sur la compétition changent, mais le groupe n’est pas énormément remanié. On parle de nous, mais d’autres joueuses en coulisses sont aussi là et sont prêtes. Nous toutes, on a l’habitude de jouer ensemble.

 Alex Vialaret : « On ne voulait pas finir 4èmes ! »

Comment fait-on pour rebondir après cette déception en demi-finale (défaite contre la Lituanie, 17-18 a.p) pour ensuite enchainer et obtenir la médaille de bronze ?

Alex Vialaret : On était frustrés pendant plusieurs minutes après le match. Avec la blessure d’Antoine (Eito, il s’est blessé contre la Lituanie en demi-finale, Ndlr), on n’avait pas le choix de rebondir. Il fallait vite se remobiliser car on n’avait qu’une heure pour se préparer. Par la suite, l’équipe s’est mise à l’écart, pour discuter, pour se dire les choses, comme cela a été accompli depuis le début de la compétition. Des mots ont été dits, et cette franchise nous a permis d’obtenir cette médaille de bronze. Mais, surtout, on ne voulait pas finir quatrièmes, donc la remobilisation s’est effectuée de manière naturelle.

Franck Séguéla : « On a fait marcher l’expérience »

Vous faîtes tous une saison en jouant au basket à 5, comment se passe la transition pour être aussi performant en 3×3 ? Et comment se créent les automatismes par rapport à d’autres équipes qui jouent en 3×3 toute la saison ?

Franck Séguéla : On essaie de faire marcher l’expérience. On sait tous quand a lieu l’alternance, donc c’est aussi une préparation en amont, pour se déconnecter du 5×5 et se formater au 3×3. Pour cela, il faut optimiser le temps en travaillant en groupe à l’entraînement, en regardant des vidéos, puis en parlant avec les coachs et préparateurs physiques pour être performants dès le début du stage de préparation.

Vous avez obtenu la médaille de bronze contre la Belgique et vous êtes monté en Pro B avec le Stade Rochelais, c’est une magnifique année pour vous ?

Franck Séguéla : (rires) C’est plutôt bien. En l’espace de deux semaines, j’ai pu faire deux fois la fête, avec une montée en Pro B et enchainer sur la Coupe du monde. Après, on fait tout pour performer afin d’arriver à ces résultats. Je ne m’en contente pas. Beaucoup de choses vont arriver, donc il faudra recommencer ces mêmes performances. Pour l’instant, on a le sourire et heureux d’avoir ramené une médaille avec les garçons. Cela montre que l’équipe masculine a aussi des résultats.

Propos recueillis par Kevin Thube

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi