jeudi 29 septembre 2022

Bayern Munich : Naggelsmann a déjà posé sa patte en Bavière

À lire

L’été a été mouvementé en Bavière, coeur d’un football allemand en pleine mutation. Dans un top 5 de Bundesliga qui a vu changer tous ses entraîneurs, l’arrivée de Naggelsmann à la place de Flick est de nature à modifier profondément le style de jeu du Bayern Munich.

Après deux saisons plus que réussies (ponctuées d’un titre de champion d’Europe en 2020), et un conflit ouvert avec son directeur sportif, Dieter Flick a donc quitté ses fonctions pour reprendre la Nationnalmanschaft après le long passage de Joachim Low.

Pour le remplacer qui d’autres que le coach le plus bankable de ces trois dernières années en Bundesliga : Julian Nageslmann. Le tout jeune entraineur passé par Hoffenheim et Leipzig franchit un gros palier dans sa jeune carrière de coach.

Le Bayern Munich a humilié Barcelone au Camp Nou

Avec ces idées de jeu novatrices, tournées vers l’offensive, son défi sera de conserver ses intentions dans le club le plus prestigieux d’Allemagne, et l’un des plus titrés en Europe. Avec de nombreux joueurs en fin de cycle, il lui faut reconstruire pour donner un nouvel élan.

Dans un premier temps, pour compenser les départs de joueurs clés comme David Alaba (Real Madrid) ou Jérôme Boateng (Lyon), il s’est empressé de demander le renfort de son ancien joueur à Leipzig, le défenseur central français Dayot Upamecano, un diamant brut à polir pour en faire un titulaire en puissance au coeur de la défense bavaroise.

Et d’utiliser le même canal Red Bull en attirant à lui Marco Sabitzer, le taulier de Leipzig que la concurrence forcément plus importante du Bayern pourrait transcender.

A défaut de nombreuses recrues, c’est l’ossature que représentent les Thomas Müller, Joshua Kimmich, Robert Lewandowski, Manuel Neuer, Léon Goretzka ou les deux ailiers virevoltants Serge Gnabry et Kingsley Coman qui permet aux Munichois de rester ambitieux.

Le vestiaire du “FC Hollywood” à gérer

Et à Nagelsmann d’envisager de changer la nature profonde de l’équipe en lui demandant d’appliquer des principes tactiques plus contraignants ?

Si, à Leipzig ou à Hoffenheim, le vestiaire était composé de joueurs moins connus, plus jeunes et réceptifs, le message sera peut-être plus difficile à faire passer dans le vestiaire du “FC Hollywood” !

Il en va pourtant de la compétitivité d’une équipe qui est apparue en fin de cycle la saison dernière, éliminée en quart de finale de la Ligue des Champions par le PSG.

Mais si le Bayern réussit la transition Naggelsman, si elle adopte sa philosophie, il pourrait cumuler la puissance de frappe de son effectif à un football plus total et offensif.

Avec Barcelone, Kiev et Benfica, le groupe E semble accessible pour offrir un peu de temps à Nagelsmann et un nouvel horizon au Bayern Munich.

En fin de parcours, la génération Müller, Neuer et Lewandowski a certainement compris qu’il fallait se préparer à laisser la place à Musiala, Stanisic, Kouassi ou Davies. A défaut, on peut faire confiance à Nagelsmann pour le leur rappeler…

Thomas Berthelot

Le Bayern Munich toujours en grande forme. Décryptage dans votre mag Le Sport.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi