dimanche 14 juillet 2024

Bayonne va vibrer pour la Champions cup

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Dans le sport, le plus dur est de confirmer. C’est la mission à laquelle le club basque va s’atteler après un retour en top 14 (8ème) marqué par une qualification en champions cup.

Au début de la saison 2022/2023, peu auraient misé sur une 8ème place finale de Bayonne. Promus dans l’élite, on imaginait davantage les Basques se battre pour le maintien. A l’heure de tirer le bilan, le président Philippe Tayeb pouvait avoir le sourire :

« On devait relever un double pari, à savoir le maintien et l’intégration de 20 nouveaux joueurs et un nouveau staff. Il y a aussi une équipe administrative qui se construit. Voilà une entreprise qui a dépassé les 100 salariés. On va en recruter encore une quinzaine en faisant venir notamment un chef reconnu sur la place bayonnaise. Le bilan financier est également positif. Nous avions un budget prévisionnel de 21,3 M€ et on a fait 22,6 M€. »

« On dispose aussi de produits liés à une belle délocalisation. Nous avons également fait 13 guichets fermés à Jean-Dauger, mais aussi d’autres à l’extérieur. Cela prouve que Bayonne grandit. Aujourd’hui, l’Aviron est vu comme un club qui veut progresser dans la division. C’est un club qui se structure et qui avance. Il y a eu tellement de projets dans notre club qui n’ont jamais abouti avec pas mal d’instabilité… Mais tout cela est derrière nous. On regarde devant. On a encore des leviers de développement : notre merchandising, des infrastructures à améliorer. »

Objectif 2027 avec 30 millions d’euros de budget

« Nous devons chercher également à nous développer au niveau commercial. La campagne d’abonnements va être dense et intense. Cette saison, il y a eu 8000 abonnés avec les partenaires. On vise les 10 000. J’ai également proposé aux partenaires le projet « Envol 2027 ». On veut essayer dans quatre ans d’avoir un budget de 30 millions d’euros. Si on y parvient, on aura beaucoup grandi et on se verra confronté régulièrement aux phases qualificatives, ce que le club n’a jamais connues. C’est la dernière année que les huit premiers vont jouer la Champions Cup. On va en faire partie. C’est quelque chose à vivre. Cependant, on ne va pas se mentir, cela va être très dur ».

« On regarde devant »

Le président Ciel et Blanc a trop d’expérience pour se dire que la saison de la confirmation en 2023/2024 va couler de source. « On a bien rebondi après notre descente en 2021. Désormais, notre belle saison ne doit pas être un feu de paille. On nous a joués comme un promu (sic). On sait maintenant qu’on va être attendus et pris au sérieux. Stabiliser un club en Top 14 pendant des années, ce n’est pas chose facile. On a un bon exemple, c’est La Rochelle qui nous ressemble beaucoup ».

Au moment de fixer les objectifs pour la saison à venir, le président bayonnais associe ambition et raison :

« On veut continuer à être bien installé en Top 14. Quand on voit que le vice-champion de France l’an dernier (Castres, Ndlr) finit 10ème (9ème, Ndlr), cela démontre bien les difficultés auxquelles il faut s’attendre. On s’était dit qu’on voulait grappiller une place chaque année. Mais comme on a tapé haut, 8ème… (sourire). Ce serait fabuleux d’être encore dans les huit. Sinon, on doit viser le maintien tout en étant ambitieux. On a recruté 14 nouveaux joueurs dont 12 de Top 14 et 2 de Pro D2. Ce n’était pas du tout le cas l’an dernier quand on a pris 4 joueurs de Top 14 pour une quinzaine de Pro D2. On grandit aussi dans notre recrutement et on devient attractif ».

Si le club basque a changé de statut, le plus dur commence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi