samedi 2 mars 2024

Bernard Hinault analyse la faiblesse des Français : « On a trop d’équipes et pas de vraie concurrence »

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

A 69 ans, le Breton, Bernard Hinault (5 fois vainqueur du Tour de France), n’a rien perdu de son franc-parler. Aura-t-il un successeur en 2024 lui qui est le dernier vainqueur tricolore sur la Grande Boucle ? Sa réponse est franche comme ses attaques quand il était coureur ! Entretien pour Cyclisme Magazine et Le Quotidien Du Sport.

Chaque année, au moment du Tour de France, on reparle de vous parce que vous êtes le dernier vainqueur français (en 1985)…

Malheureusement ! C’est désolant qu’un pays de cyclisme comme le nôtre, on n’ait pas gagné au moins une fois le Tour de France depuis 30 ans. Je suis malheureux qu’un jeune n’ait pas pris cette place-là. Il leur manque le petit truc qui fait qu’on se retrouve devant. On a eu Voeckler, Virenque, Jalabert, Alaphilippe, mais il leur manquait le petit truc pour être au-dessus. Le physique. Il faut un gros moteur.

Les Français ne travaillent-ils pas assez ?

Notre souci, c’est qu’on a trop d’équipes. Il n’y a donc pas une vraie concurrence. S’il n’y avait que deux équipes, tout le monde se battrait pour être à la 1ère place au lieu de la 2ème. C’est ce qu’on retrouve un peu en Belgique où il n’y a que deux équipes. En Allemagne, il n’y en a qu’une, en Espagne pareil. En Italie, il n’y en a même pas. Il y a une équipe australienne, une équipe anglaise… En France, dès qu’un coureur fait un résultat, on lui propose un meilleur salaire.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du cyclisme dans votre mag

Hinault perplexe sur le nombre d’équipes françaises

N’avez-vous jamais songé à être directeur sportif ?

Je pense que j’aurais été trop dur. Les managers français ne le sont pas assez. Pourquoi les coureurs français qui sont à l’étranger marchent ? Parce que tout simplement il y a des objectifs et s’ils ne sont pas performants ils sont dégagés.

Des petits jeunes arrivent à l’image de Lenny Martinez, Romain Grégoire ou Axel Laurance. N’y a-t-il pas un futur vainqueur du Tour parmi ceux-là ?

Non ! Ce ne sont pas des coureurs pour aller gagner le Tour, mais pour gagner des étapes ou des Classiques. Ce sont des petits puncheurs. Si moi je suis directeur sportif, je ne joue jamais le classement général. Je joue des étapes et à l’occasion un coureur comme Gaudu peut gagner le Grand Prix de la Montagne, mais il ne faut pas qu’il soit à 3 ou 5 minutes des premiers, mais à 20-25 minutes. Virenque a gagné 7 fois le Grand Prix de la Montagne. Mais, à chaque fois, dans la plaine, il perdait 20 à 25 minutes.

Ce qui intéresse le public, c’est de gagner le Tour, pas le Grand Prix de la Montagne !

Oui, mais on n’a pas le coureur avec les moyens physiques qui permettent de faire ça. On n’a pas d’Evenepoel, de Pogacar sinon ils seraient déjà dans les tous premiers. Pogacar, à 18 ans, il gagne le Tour de l’Avenir. A 19 ans, il gagne le Tour. A 20 ans, il gagne le Tour deux fois de suite. En Espagne, Rodriguez, 23 ans, Ayuso, 21 ans, sont déjà dans les tout premiers. Evenepoel a gagné déjà une fois le Tour d’Espagne. Cette année, il s’est fait avoir et a pris 20 minutes au lieu de rester à 7 minutes car il savait que sinon il n’aurait pas pu gagner une autre étape parce que tout le monde lui aurait sauté dessus. A l’arrivée, il en a gagné deux de plus !

« Gaudu, un bon coureur pas pour gagner le Tour »

Quand on voit Gaudu 4ème, on se prend à rêver…

Oui, mais l’année d’après, il est où ? Il faut regarder pourquoi il a fait 4ème. C’est un bon coureur, mais il n’est pas fait pour gagner le Tour, mais pour gagner des étapes et le Grand Prix de la Montagne. Contre-la-montre, il est battu et, sur de grandes étapes de plat, il n’a pas la puissance physique pour faire la différence et il n’a pas la puissance physique en haute montagne pour prendre assez de temps pour pouvoir compenser la perte qu’il aura sur un contre-la-montre.

Pourquoi vous et d’autres Français l’avaient et plus aujourd’hui ?

La concurrence a augmenté. D’autres pays sont arrivés. L’année dernière, au Tour de l’Avenir, c’est Del Toro un Mexicain qui l’a emporté. Le dernier, c’était Alcala il y a 30 ans. Peutêtre qu’on va voir un Français sortir, mais aujourd’hui je ne l’ai pas vu.

« Peut-être qu’on va voir un français sortir, mais aujourd’hui je ne l’ai pas vu »

Peut-être Lenny Martinez ?

Il a fait le Tour de l’avenir, mais il n’a pas gagné. Si ça avait été des tout bons, des Français auraient gagné le Tour de l’Avenir (le dernier Français vainqueur est Gaudu en 2016, Ndlr). Depuis un certain temps, tous ceux qui gagnent le Tour de l’Avenir sont quand même présents au Tour.

Auriez-vous aimé courir aujourd’hui avec les oreillettes, les watts, etc ?

L’oreillette peut être un super outil de travail, mais si c’est pour te demander si tu as fait pipi, ce n’est pas la peine ! Je n’aurais pas aimé qu’on me braille dans les oreilles, il faut faire ceci, il faut faire cela. Qu’ils s’occupent de leur volant et moi de la course ! C’est aussi aux coureurs de prendre des initiatives. Ce sont eux qui ont les sensations, qui voient si leurs adversaires sont bien ou pas bien.

Il y a beaucoup de chutes parce qu’on dit aux coureurs en même temps, attention, dans 1 km c’est dangereux, ça va tourner à droite ou à gauche. Ça frotte et ça chute ! On a des championnats du monde, des championnats de France, des championnats d’Europe sans oreillettes et on a de beaux champions ! J’ai toujours été contre les oreillettes.

Concernant Julian Alaphilippe, le meilleur est-il derrière lui ?

Il a encore deux ou trois bonnes années…

… Lefevere est dur avec lui !

Il n’a jamais été gentil avec un coureur. Tu es là pour gagner et, si tu gagnes, tu es dans ses petits papiers, mais si tu ne gagnes pas il va te foutre dehors. Il ne fait pas de cadeaux.

Bernard Hinault confiant pour Alaphilippe

Les stars qui ont signé en France, Greipel, Viviani, Sagan, etc, ça n’a été un grand succès…

Il faut prendre des jeunes au lieu de prendre des vieux chevaux, mais à l’étranger. Il vaut mieux prendre Del Toro que Sagan parce qu’au moins vous avez une chance qu’il soit un des tout bons de demain surtout quand on voit comment il a gagné le Tour de l’Avenir. Les quatre derniers jours, il était tout seul et c’est lui qui a fait la course et qui a mis le bordel dans tous les sens.

Faut-il s’inquiéter de la domination de la Visma qui a gagné les trois derniers grands Tours ?

Ils ont connu une superbe année, mais INEOS a aussi eu des périodes où ils ont dominé le cyclisme. Rien ne dit que Visma va refaire la même année. Déjà, Roglic n’est plus là.

Certains se plaignent d’une inflation des salaires. Etes-vous de cet avis ?

Toute peine mérite salaire. Quand tu gagnes, tu n’as pas de prix, quand tu ne gagnes pas, c’est toujours trop cher. Quand tu gagnes, c’est le prix qu’on veut bien mettre sur toi. Dans le football, quand on veut un joueur, on fait de la surenchère. Dans le vélo, c’est la même chose. C’est aussi aux équipes de mettre le hola et de ne pas aller dans le toujours plus.

C’est du donnant-donnant. Julian a un salaire et des primes à la victoire. C’est peut-être ça aussi qui motive ! Pour certains, il faut aller le chercher. Pour d’autres qui sont équipiers ils sont payés pour ça. C’est pour ça que je ne peux pas être directeur sportif. Aucun ne va signer avec moi. Quand il va me demander de l’argent, je vais lui demander ce qu’il me donne en échange !

Le Tour de France 2024 va se terminer par un contre-la-montre. Est-ce une initiative à renouveler plus souvent ?

De temps en temps, il faut varier et ne pas toujours faire la même chose. Depuis un certain temps, on n’a pas de contre-la-montre par équipes, un jour, ça va revenir. Là, on a un contre-la-montre le dernier jour qui va être magnifique. Est-ce que ça va se jouer là ? Est-ce que ce sera joué avant ?

« Evenepoel a la puissance de Pogacar et Vingegaard »

Un Tour de France qu’Evenepoel va disputer pour la première fois…

C’est un coureur de tempérament. Il n’a pas peur d’y aller. En plus, il a la puissance comme Pogacar et Vingegaard.

Les Français manquent-ils de caractère à l’image d’un Guillaume Martin, régulier, mais qui ne gagne pas ou peu ?

C’est un petit moteur, un 750 face à des 1000 ! C’est son choix de viser un Top 10 sur le Tour plutôt que les étapes. Mais, dans cinq ans, on ne saura même pas qu’il a existé ! Alors que s’il gagne le 14 juillet, c’est marqué à vie ! Si je vous demande qui a fait 3ème du Tour de France l’an dernier ? Vous devez réfléchir. Alors 4ème ou 5ème… Un an après, on ne sait même pas que vous avez existé dans le Tour ! Victor Lafay a lui gagné une étape, la manière dont il l’a gagnée, on va en reparler tous les ans !

Du caractère, Thibaut Pinot en avait !

Il a été mal exploité. Moi je ne l’aurais jamais mis avec dans l’idée de gagner le Tour. Je l’aurais mis pour gagner des étapes, pour s’amuser, se faire plaisir. A l’occasion, il aurait pu gagner le Grand Prix de la Montagne, mais il fallait qu’il perde beaucoup de temps.

En fait, les Français font une erreur en voulant gagner le Tour…

… Alors que ce n’est pas possible. Il faut être logique. Ce n’est pas le petit Martinez ou Grégoire qui vont le gagner. On sait que, contre-la montre, ils ne sont pas bons et ils ne dominent pas dans la montagne. Des tout bons arrivent, mais ce ne sont pas des Français.

Un dernier mot, peut-on avoir des doutes sur les performances d’un Vingegaard ?

A partir du moment où ils sont contrôlés, je ne vois pas pourquoi on se poserait des questions. Sans arrêt, on met la suspicion. On n’a pas de preuves. Il y a des contrôles. Et le dopage mécanique, tous les vélos sont contrôlés. Mais si un se fait prendre, il ne faut pas virer que le coureur, mais toute l’équipe ! Deux ans sans possibilité de revenir dans le vélo étant donné que vous avez terni l’image du vélo. Ça donnerait à réfléchir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi