lundi 26 février 2024

Bernard Lama : « Je n’ai pas compris le sens de certaines défaites du PSG… »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

L’international parisien Bernard Lama (1992-1997, 1998-2000), vainqueur de la C2 en 1996, attend davantage de Pochettino et lui laisse le bénéfice du doute après une demi-saison qu’il juge “en dentsde-scie”.

Comment qualifieriez-vous cette saison du PSG ?

Ce fut une saison très particulière qui a été abordée sans vraie préparation. Avec la multiplication des compétitions, je pense que le PSG en a pâti et aurait été plus compétitif en conditions normales. Le changement d’entraîneur n’a fait qu’accentuer leur irrégularité car même si on peut toujours attendre une remise en question des joueurs, ce fut le cas pour certains, le temps d’adaptation nécessaire à tous est potentiellement un problème. Donc, au final, cette saison a été en dents-de-scie…

Pour Bernard Lama, le PSG a misé sur la Ligue des Champions

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris chez ce PSG-là : sa capacité à gagner à Barcelone ou celle de perdre à Lorient ?

Finalement, les deux… Il est clair que je n’ai toujours pas compris le sens de certaines défaites à domicile notamment, ou à Lorient alors qu’ils menaient au score. Ce sont ces points perdus qui ont offert le titre à Lille. A certains moments, on a l’impression qu’ils étaient plus concentrés sur la Ligue des Champions que sur la Ligue 1, comme s’ils se disaient : en championnat, on finira bien par récupérer le coup.

Après tout, le passé parlait pour eux car ils avaient toujours réussi à le faire lors des trois saisons précédentes. Manque de chance, cette fois, ils sont tombés sur un Lille qui a mérité son titre d’abord en raison de sa régularité. Ils ont été les seuls à l’être autant, bien davantage que le PSG, Lyon, Monaco, l’OM ou Rennes… ceux qui étaient sensés jouer le titre.

En Ligue des Champions, comment jugez-vous leur parcours ?

En enchaînant finale et demi-finale, on peut dire qu’ils ont franchi un cap. Mais, davantage dans le regard des adversaires, la manière avec laquelle le PSG, désormais perçu en Europe, que dans le jeu lui-même car ça manquait quand même pas mal de maîtrise collective, surtout à domicile quand il s’est agi de faire le jeu face aux grosses équipes. Pour aller plus haut et espérer gagner, il va falloir resserrer les vis et être plus constant dans l’effort.

Retrouvez la version longue de cet entretien dans Le Foot Paris, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi