mardi 5 mars 2024

Caleb Ewan (Jayco AlUla) annonce la couleur pour son retour “à la maison”

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Après 5 ans chez Lotto, le sprinteur australien Caleb Ewan, après cinq ans chez Lotto, retourne dans sa famille avec un appétit de victoires décuplé.

Etre Australien comme vous et retourner chez Jayco AlUla, qu’est-ce que cela représente ?

Je suis très fier. En tant qu’Australien, c’est super de retrouver une culture australienne et un environnement anglophone. Etre Australien et courir pour une équipe australienne est quelque chose de très spécial. Dans cette formation, il y a pas mal de coureurs et de membres du staff avec lesquels j’ai collaboré par le passé. Pas mal de mes anciens coéquipiers sont même encore là. Cela va être génial de travailler avec eux à nouveau. La transition devrait se faire en douceur.

Si vous deviez définir en quelques mots la culture et l’atmosphère au sein de la Team Jayco AlUla, que diriez-vous ?

C’est d’abord l’endroit où j’ai commencé ma carrière (en 2013, Ndlr). Je ne garde que de bons souvenirs chez GreenEdge lors de mes premières années. Dans cette équipe, l’environnement est très professionnel. Mais, en même temps, on peut partager beaucoup de moments de joie. C’est comme une famille.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du vélo dans votre mag

« C’est comme si je retournais à la maison »

Pourquoi était-il si important de retrouver cette équipe à ce moment précis de votre carrière ?

La chose la plus importante à mes yeux est de gagner à nouveau de manière constante (1 seule victoire en 2023, Ndlr). J’espère apporter beaucoup de succès à mon équipe. J’ai appris beaucoup de choses ces dernières années. Je retrouve mon équipe en étant plus vieux (il a 29 ans) et plus sage. J’ai aussi beaucoup plus d’expérience. C’est comme si je retournais à la maison au bon moment.

Qu’attendez-vous de la saison à venir ?

Je veux continuer à performer et gagner pour l’équipe. Je suis convaincu que j’ai le bon groupe autour de moi pour y parvenir. Tant que je suis en mesure et en position lors des fins de courses, et que j’ai cette opportunité de pouvoir sprinter, dans ce cas je peux donner le meilleur de moi-même.

Avec quels objectifs précis pour 2024 ?

Je suis toujours obnubilé par un désir de progression. Donc tant que je vais gagner des courses la saison prochaine, j’aurai réussi ma mission et rempli mes objectifs.

Quel rêve vous anime encore ?

Le titre de champion du monde est celui que tout coureur désire remporter. Mais, au-delà, me concernant, tout dépendra du style de course en question. J’aimerais beaucoup m’imposer encore dans des étapes de grands Tours. Le réaliser sur le Tour de France est toujours quelque chose de très spécial et très fort (l’Australien en a déjà gagné 5, Ndlr).

Vous avez passé cinq saisons chez Lotto. Qu’avez-vous retiré de cette expérience ?

Ces cinq dernières saisons, j’ai appris énormément de choses sur moi-même, mais aussi de nouvelles choses sur la manière de sprinter, sur l’adversité et sur la manière de se relever et de récupérer après des chutes. Tout ce vécu m’a rendu plus mature. Comme coureur je suis certain que cette expérience va m’aider pour continuer à gagner en ayant une longue carrière.

À LIRE AUSSI : les vérités de Simon Yates

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi