lundi 24 juin 2024

A Lyon, on a confiance en Tanguy Ndombélé !

À lire

Tanguy Ndombélé suscite une petite admiration au Groupama Stadium. À tel point que les grands acteurs du club lyonnais témoigne sur le n°28 de l’OL.

Jean-Michel Aulas : « L’Olympique Lyonnais a un passé et une histoire positive avec Tanguy Ndombele. On était persuadé que ce serait une histoire formidable s’il pouvait revenir. »

Bruno Cheyrou : « Quand on a pensé à lui au Mercato, on s’est dit que c’était improbable. Il y avait le Paris Saint-Germain dans la course. Finalement, si on a réussi à le rapatrier c’est aussi grâce à lui. Tanguy Ndombele a fait la différence en manifestant une réelle envie de nous rejoindre avec des efforts financiers à souligner. Par rapport au départ de Bruno Guimarães, on avait besoin d’un joueur capable de suppléer Thiago Mendes ou Maxence Caqueret.

Après son expérience en Angleterre, on considère qu’il est encore meilleur qu’avant et qu’il va nous apporter tout ce qu’il sait faire de mieux. Dans des zones très dangereuses, c’est l’un des meilleurs joueurs du championnat de France avec Marco Verratti. »

Vincent Ponsot : « ll y avait des intérêts convergents qui ont permis son retour. Mais il faut souligner qu’il il a été déterminant dans les discussions financières car il fait normalement partie des joueurs qui ne sont économiquement pas accessibles pour nous. »

Ndombélé, seulement le sixième retour !

Sans prendre en compte les retours de prêts, rares sont dans l’histoire de l’Olympique Lyonnais les joueurs à être revenus porter le maillot des Gones après leur départ. L’exemple le plus récent nous ramène à Steed Malbranque, de retour en 2012 onze ans (!) après son départ. A l’époque, il avait magnifiquement encadré la jeune équipe de Rémi Garde avant de peu à peu laisser la place à la jeune génération et de partir finir sa carrière à Caen en 2016. Autre retour notable, celui de Patrick Müller.

Champion de France avec l’OL de 2002 à 2004, il était revenu comme si de rien n’était en janvier 2006 pour jouer les doublures de la paire Cris-Squillaci, ce qui lui avait permis de gagner deux titres supplémentaires même s’il n’avait pratiquement pas joué lors de la saison 2007/2008 à cause d’une blessure au genou.

Avant eux, le gardien Yves Chauveau dans les années 80, le défenseur Marcel Nowak dans les années 60 et le milieu de terrain Daniel Ravier dans les années 70 avaient également effectué des retours plus ou moins réussis à l’Olympique Lyonnais.

Un premier passage réussi

Quand Florian Maurice, à l’époque patron du recrutement de l’OL, était allé le chercher à Amiens en août 2017, Tanguy Ndombele n’a que 20 ans et trois matches de Ligue 1 dans les jambes. Deux ans plus tard, lorsqu’il quitte l’OL pour Tottenham, il est devenu un joueur de Ligue des Champions et un international français affichant sept sélections.

En dépit d’une irrégularité parfois agaçante, il a marqué les esprits entre Rhône et Saône par ses qualités box to box et sa capacité à réussir des contrôles sous pression en se retournant à toute vitesse pour éliminer son adversaire direct.

Auteur de 16 passes décisives toutes compétitions confondues en deux saisons avec l’OL, il a prouvé qu’il pouvait être décisif même si, malgré une grosse frappe de balle, il avait attendu son ultime match à Nîmes (2-3) au printemps 2019 pour inscrire son premier but en Ligue 1. En Ligue des Champions, en revanche, il avait réussi à faire trembler à l’aller comme au retour contre Hoffenheim (3-3 et 2-2) en 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi