samedi 13 avril 2024

L’incroyable ascension de Maxence Caqueret (OL)

Monaco - Lyon (21h)

À lire

Avec Peter Bosz, Maxence Caqueret a gagné ses galons de titulaire alors que Rudi Garcia le cantonnait à un rôle de doublure. Récit d’une confirmation lyonnaise dans le brouillard du Groupama Stadium.

Avec Rudi Garcia, Maxence Caqueret trouvait le temps long. Malgré des apparitions sur les grands matchs, le natif de Chaponnay a attendu son heure pour se montrer. Car il y a une valeur non négociable chez le milieu de terrain, le travail. Le Gone a patienté pour revenir dans un onze titulaire où il devient difficile de le déloger. Il n’y a pas mieux à son poste que lui à Lyon.

Pourtant, il a disparu de la circulation après le final 8. il fut précieux dans la récupération de balles et ses passes toujours vers l’avant. Le milieu axial a pourtant prouvé sa valeur aux côtés de tous les axiaux lyonnais. Chez Maxence Caqueret, l’adaptation devient une qualité permanente. Le Gone a toujours eu cette science du jeu portée vers l’offensive. il a tout de même des défauts. Son jeu offensif.

Manque de frappes et de buts, le n°25 de l’OL a besoin de progresser

Sur le plan défensif, Maxence Caqueret a modifié son positionnement et son pressing. Désormais plus intelligent et technique, il presse au bon moment. Dans sa zone, Caqueret chasse le moindre joueur ayant le ballon. grâce à un pressing très intense sur quelques secondes, il parvient à faire reculer son adversaire. Au mieux, il récupère le ballon ou écarte le danger.

Le Gone l’a démontré contre le PSG. À plusieurs reprises il a pris la main sur le milieu de terrain. À lui tout seul, il a sécurisé la zone des 30 mètres de l’OL. Laissant à Guimaraes le soin de se projeter vers l’avant. Ce que Caqueret ne manque pas de faire par moment. Cependant, il reste toujours en retrait en limitant le dépassement de fonction.

C’est justement la part d’ombre dans la palette de jeu du milieu lyonnais. Trop altruiste et pas assez égoiste, Maxence Caqueret tente peu, cherchant la dernière passe. En effet, contre Troyes, Saint-Étienne ou Marseille, il n’a frappé qu’une ou deux fois au but. Pour devenir un milieu très complet et monter d’un cran, il a besoin d’étoffer son jeu.

Pour le moment, Caqueret a performé sur la fonction défensive de son poste. La doublette avec Ndombélé permettra de renforcer cet aspect du jeu lyonnais.

Désormais avec Peter Bosz, il est la base de lat transition entre l’attaque et la défense. Son match contre l’OM, le PSG et Saint-Étienne sont de très bons exemples. Précieux dans sa zone, la récupération du ballon et le pressing, il a éjecté de la performance les milieux adverses.

Bosz et Caqueret, une philosophie de jeu commune

Et si le PSG s’intéresse plus à Paqueta, peu de clubs à Caqueret, le joueur a toutes les qualités pour évoluer plus haut. Avec Peter Bosz, le joueur s’éclate dans un système de jeu qui lui convient. De plus, le technicien des Gones a gardé toute sa confiance au jeune joueur. À tel point que Caqueret a disputé le plus grand nombre de minutes avec son club.

Il le doit à son entraineur, Peter Bosz. Les deux hommes ont tout de suite accroché dans la philosophie de jeu. Le Hollandais ne s’est pas trompé sur Caqueret. Il en fait un homme de base de son jeu qu’il souhaite pour Lyon.

En disputant un très grand nombre de minutes, il devient un cadre à part entière du vestiaire. Très à l’aise sur le terrain, Maxence Caqueret a mis en lumière toutes ses qualités. Avec Peter Bosz, c’est une évidence.

Le match contre l’OM a démontré toute la place que tient le Lyonnais dans le dispositif de Peter Bosz. Tellement nécessaire que Caqueret a, avec Dembélé brillé dans la partition lyonnaise. Il a éteint Kamara et apporté sa science de la passe pour guider Lyon vers le succès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi