jeudi 29 septembre 2022

Cecilie Uttrup Ludwig : « Les JO en 2021, le Tour en 2022 ! »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

9ème au classement mondial UCI, la danoise Cecilie Uttrup Ludwig de l’équipe française la mieux classée en 2020 sur les épreuves World Tour attaque 2021 avec énormément d’ambition. À 25 ans, celle qui vient de prolonger jusqu’en 2022 est la cycliste qui monte.

S’il n’y avait qu’un moment à conserver de cette année 2020 quel serait-il ?

C’est une question difficile car l’année a été riche pour l’équipe et pour moi. Même si je n’ai fini que 2ème, mon meilleur moment restera peut-être la Flèche Wallonne, ou la dernière étape du Tour d’Italie qui m’a permis de conserver le maillot de meilleure grimpeuse. Le Tour d’Emilie, que j’ai gagné, fut aussi très positif pour moi.

Des regrets ?

On peut toujours en avoir, ils servent même à chercher à progresser sans cesse. Donc la 4ème place du Giro est un regret qui doit me pousser à faire mieux la prochaine fois parce que j’en ai l’ambition et les moyens.

Et cette 9ème place au classement UCI en fin d’année, comment l’appréhendez-vous ?

Elle me rend fière de ce que j’ai réalisé, elle légitime mon changement d’équipe et prouve que j’ai progressé depuis que je suis chez FDJ. En même temps, parce que je suis jeune et que j’ai envie de continuer à avancer, elle ne me satisfait pas pleinement. Parce que je sais que j’ai envie d’aller encore plus haut et de postuler moi aussi à la 1ère place.

Cecilie Uttrup Ludwig : « J’ai progressé depuis que je suis chez FDJ »

En 2021, quels sont vos principaux objectifs ?

Toutes les Classiques du printemps sont au programme, avec l’ambition de les gagner, avant les JO qui constitueront pour moi un moment fort. L’enjeu est important. Avoir une médaille olympique est un rêve.

Retrouvez cette interview dans Cyclisme magazine, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

Vous venez de prolonger votre contrat avec FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope jusqu’en 2022, qu’est-ce que ça représente pour vous ?

Je suis super heureuse de pouvoir continuer à exercer ma passion dans une équipe aussi bien structurée et avec des coéquipières aussi sympa.

J’avais besoin de ce changement qui m’a permis de continuer ma progression. 2022, ça nous amène au Tour de France qui sera de nouveau au programme. J’attends ce rendez-vous avec impatience. Après les JO, ce sera un moment d’autant plus fort à vivre que j’aurai la chance d’être avec une équipe française.

Vous êtes professionnelle, mais encore loin des conditions salariales des hommes, comment vivez-vous ce décalage ?

Nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour espérer rejoindre les hommes, financièrement évidemment, mais déjà médiatiquement, mais j’apprécie déjà comme un fantastique privilège d’être professionnelle. C’est un rêve que me permet de réaliser mon équipe, FDJ, comme ma famille française !

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi