mardi 4 octobre 2022

Chambéry : passer un cap pour devenir un prétendant au titre

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Au sortir dʼune saison relativement solide (5ème), Chambéry doit encore progresser pour passer un nouveau cap.

En poste à Chambéry depuis juillet 2018, Erick Mathé sait qu’un entraîneur doit sans cesse se réinventer :

« Cela va être ma cinquième année au club. Il reste encore un gros noyau de joueurs. On essaie sans cesse de se renouveler, de toujours rester en mouvement. Cela a été le mot d’ordre de ce début de préparation. A l’intérieur du staff, quelques membres ont même changé (dont l’arrivée de Raphael Planchet en tant qu’adjoint, en provenance d’Annecy, Ndlr). Cela permet donc aussi de changer la dynamique générale ».

Erick Mathé a noté toutefois du mieux lors de l’exercice précédent : « Notre groupe est devenu plus mature. On l’avait peu modifi é à l’intersaison. On avait un groupe de qualité, mais relativement jeune. On a pourtant fait mieux que l’année d’avant (7ème en 2020/2021, Ndlr).

On avait à l’époque perdu pas mal de matches sur la plus petite des marges ou contre des équipes dites de bas de tableau. Pour un malheureux point, cela nous avait coûté une place européenne aux dépens de Toulouse. Contre des équipes plutôt de bas de tableau, on a par contre l’exercice précédent perdu que contre Limoges (33-36). Cette stabilité nous a permis d’accrocher cette 5ème place ».

L’option du deux en un avec Pecina

Le prochain défi pour le finaliste de la Coupe de la Ligue est clair : « On a toujours cette ambition de finir en permanence européens, quel qu’en soit le chemin, en gagnant une Coupe ou en se plaçant parmi les cinq premiers du championnat. Au-delà de cette ambition, il faudra chercher aussi à atteindre les phases de poules au niveau européen (les Savoyards rencontreront l’équipe roumaine de Constanta au 1er tour préliminaire de la Ligue européenne, Ndlr). «

« Ce ne sera pas simple. Car au lieu d’avoir un tour, il y en a deux. Avec le staff, on a vraiment le souhait de faire progresser cette équipe. En l’espace de deux ans, on l’a fait sur le plan de la maturité. On doit maintenant gagner en efficacité. En en ayant davantage, on aurait probablement pu espérer ramener des victoires la saison passée de Saint-Raphaël (29-30), Aix (26 partout), Nîmes (28-33) ».

Pour parvenir à ses fins, le club savoyard a opté pour un recrutement très ciblé : « L’avantage est qu’on a acté nos départs très tôt. On a donc pu prendre le temps pour faire nos recherches. Outre Nikola Portner, on a également enregistré les départs de Lars Mousing et Gerdas Babarskas. Mousing avait très peu de temps de jeu ».

« Babarskas était pour nous un gros défenseur. Plutôt que de les remplacer poste pour poste avec les mêmes qualités et carences, j’ai préféré faire un deux en un sur la base arrière en recrutant Inaki Pecina. C’est un très bon défenseur et un pivot qui pourrait être davantage utilisé que Lars Mousing. On va faire aussi confiance à nos jeunes issus du centre de formation. Ils devront être aussi de bons compléments pour nos joueurs pros. A la lecture de notre groupe, il me semble qu’on ne perde pas qualitativement. Il y a deux ans, on a pu stigmatiser notre jeunesse. De fait eux-mêmes vieillissent également. Ils devront mettre leur expérience grandissante à profit ».

5ème attaque de StarLigue (909 buts marqués) et 3ème défense (855 buts concédés), Chambéry sait où se situe le point d’équilibre pour continuer à gravir les échelons. Pour leur retour après deux saisons sans Europe, la Team Chambé va devoir monter en puissance pour se garantir une saison conforme à ses souhaits.

La recrue : Ivic Portner

Le gardien international croate de 30 ans Filip Ivic s’est engagé pour deux ans. Avec le départ de Nikola Portner à Magdebourg en Allemagne, sa venue est un excellent coup. Il est passé par Zagreb, Kielce, Gummersbach ou Celje. Médaillé de bronze lors du Mondial de 2013, le quadruple champion de Croatie devrait être une belle plus-value :

« Il a beaucoup de points qui ressemblent à ceux de Nikola Portner, estime Erick Mathé. Ils ont tous les deux plus ou moins le même gabarit et les mêmes qualités techniques. Ivic a eu du mal à prendre à un moment donné la mesure de son club comme Portner avait eu du mal à prendre celle de Montpellier. En fin de saison actant son départ, Ivic n’a pas trop été mis en avant par son entraîneur. De même Portner lors de sa dernière saison dans l’Hérault avait très peu joué. Tous les deux ont donc des parcours de frustration et de potentiel assez identiques. On espère avoir les bons effets avec Ivic ».

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi