mercredi 22 mai 2024

Jusqu’où peut aller Jonathan Clauss ?

Lens - Nice (17h05)

À lire

Révélé la saison passée, après un parcours plus qu’atypique, le latéral droit du RC Lens Jonathan Clauss ne se fixe désormais aucune limite, surtout pas celle de se mêler à la lutte pour une place en équipe de France.

Les défenseurs latéraux ont beau être désormais considérés comme de vrais attaquants, ils ne sont pas si nombreux en France à pouvoir se vanter d’avoir des stats aussi significatives.

En 2020/2021, pour sa découverte de la L1, Jonathan Clauss a en effet marqué 3 buts et délivré 7 passes décisives, une efficacité plus que confirmée cette saison, encore accentuée, avec 4 buts et 9 passes décisives au soir de la 28ème journée.

En championnat, pour ce qui est des caviars offerts, seuls Messi et Mbappé faisaient mieux (10 chacun). C’est dire l’impact sans cesse grandissant de l’Alsacien (il est né à Strasbourg et a été formé au Racing) sur les performances d’un club qu’il n’a rejoint qu’en juin 2020.

Clauss concurrent de Pavard

Comme une consécration tardive après des années de doutes à batailler au niveau amateur, en France (aux Pierrots Vauban de Strasbourg en CFA2), en Allemagne (au SV Linx en 5ème division), avant une parenthèse de cinq saisons à Raon-l’Etape, Avranches et Quevilly-Rouen où il participe à la montée en L2, signe son premier contrat pro, à 24 ans.

Clauss parvient à se faire remarquer pour rejoindre l’Arminia Bielefeld en D2 allemande, être un des principaux artisans de la montée en Bundesliga (5 buts et 10 passes décisives) et revenir par la grande porte au RC Lens où il est incontournable.

Sa fraîcheur mentale, sa tonicité, sa capacité à délivrer des centres en continu, à porter le danger à la moindre opportunité le rendent très attractif. Très à l’aise techniquement, il ajoute à sa panoplie une VMA largement au-dessus de la moyenne. Son coéquipier, le gardien Jean-Louis Leca, ne tarit pas d’éloges sur lui : « Physiquement, c’est un monstre, et techniquement il sait tout faire des deux pieds ! »

En piston, il n’a pas beaucoup d’équivalents en France où le poste de latéral droit n’est pas le plus richement doté, jusqu’en équipe de France où Deschamps a souvent été obligé d’utiliser des joueurs à contre-emploi à l’instar de Pavard, Sissoko ou Koundé, avec des réussites très relatives.

Haise : « Il a franchi beaucoup d’étapes sans savoir encore où sont ses limites »  

Forcément, même si Jonathan manque cruellement d’expérience internationale, sans aucun match européen à son actif, ni aucune sélection de jeunes, le voir avec le coq sur la poitrine en 2022 n’a rien de scandaleux. Il a d’ailleurs été appelé pour les matches amicaux des 25 et 29 mars contre la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud et compte désormais deux sélections. Son coach est son premier supporteur :

« Jo a franchi beaucoup d’étapes et peut en franchir encore énormément sans savoir où sont ses limites. Il a beaucoup progressé défensivement, dans ses déplacements et son positionnement. Il est capable de marquer ou de faire marquer beaucoup de buts à son équipe. »  

A sa décharge, le niveau international demande un mental hors norme que ses récents états d’âme, forcément liés à son nouveau statut et à la nécessité de digérer sa nouvelle notoriété, sont venus fragiliser.

Mais sa capacité de réaction et de résilience après une passage à vide, symbolisée par un doublé face au SCO Angers, illustrent un vrai tempérament, authentique et attachant. En plus d’être un super joueur, « Jo »  est un mec sensible et déterminé à cueillir les fruits d’un parcours où rien ne lui aura été épargné.

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi