lundi 27 mai 2024

Coupe du Monde : La Team USA a une carte à jouer

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Absent de la dernière Coupe du monde, le Team USA est de retour au Qatar avec l’ambition de surprendre grâce à une jeune génération prétrie de talent et d’ambition sous la houlette de Gregg Berhalter.

C’’est une équipe des Etats-Unis qui ne devrait pas manquer de séduire. Depuis la nomination de Gregg Berhalter, en 2018, le Team USA a retrouvé des couleurs grâce à une génération émergente de talents qui souhaitent tracer leur route et marquer eux aussi le « soccer ».

Il n’est plus rare de voir des Américains briller dans les plus grands championnats d’Europe comme Matt Turner (Arsenal), Mark McKenzie (KRC Genk), Erik Palmer-Brown (Troyes), Sergino Dest (Milan AC), Joe Scally (Borussia Mönchengladbach), Reggie Cannon (Boavista), Tyler Adams (Leeds), Weston McKennie (Juventus Turin), Luca de la Torre (Celta Vigo), Giovanni Reyna (Borussia Dortmund), Brenden Aaronson (Leeds), Malik Tillman (Glasgow Rangers), Ricardo Pepi (Groningen) ou encore Josh Sargent (Norwich) sans oublier Antonee Robinson (Fulham), Yunus Musah (Valence) ou encore Christian Pulisic (Chelsea).

Même si ce dernier semble avoir du mal à se faire une place dans l’effectif des Blues cette saison. De l’aveu même de Gregg Berhalter, il y aura des déçus au moment de la liste finale. Mais pour le sélectionneur américain, cela ira dans le sens de réussir une grande Coupe du monde. « Notre travail, notre objectif, est de terminer parmi les deux premiers. Nous pensons que c’est un bon groupe. Chaque adversaire en Coupe du monde est difficile. Avec l’Angleterre, c’est un match passionnant, l’Iran est un adversaire diversifié qui a bien réussi en qualifications. Dans l’ensemble, je suis satisfait du groupe et enthousiaste à l’idée de commencer. »

Surtout que dans leur histoire, les Etats-Unis ont réussi à prendre le meilleur sur leurs adversaires du groupe. Le premier sera le Pays de Galles qu’il a rencontré récemment en 2020 pour un match nul 0-0 du côté de Swansea.

Face à l’Angleterre, la dernière rencontre amicale s’était soldée par une défaite 3-0 mais, en 2010, en Afrique du Sud, Landon Donovan et Clint Dempsey avaient tenu en échec les Anglais lors de leur premier match de Coupe du monde. Et pour leurs retrouvailles avec l’Iran, les USA voudront prendre leur revanche sur le 2-1 du Mondial 1998 en France. Un match qui pourrait avoir un intérêt pour le classement final de la poule B.

« Terminer parmi les deux premiers »

Auparavant, il faudra réussir de grandes performances face au Pays de Galles et l’Angleterre. Mais le maître tacticien Gregg Berhalter veut bluffer plus d’une personne avec son équipe qui aura aussi pour mission de préparer au mieux les échéances de 2026 et de la Coupe du Monde organisée aux Canada, Mexique et Etats-Unis. Une motivation supplémentaire qui ne sera pas de trop pour voir toute une nation derrière leur jeune et ambitieuse Team USA qui possède de sérieux arguments sur cette Coupe du monde au Qatar.

Le calendrier des États-Unis

21 novembre : USA Pays de Galles à 20h

25 novembre : Angleterre USA à 20h

29 novembre : Iran USA à 20h

Comment les États-Unis se sont qualifiés ?

Les Etats-Unis ont terminé à la 3ème place du tour final de la zone Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes avec 25 points derrière le Canada et le Mexique.

Le chiffre  de Team USA : 28

Tout laisse à penser que Giovanni Reyna participera à sa première Coupe du monde à 19 ans. Le fils de la légende américaine, Claudio Reyna imitera son père, 28 ans après sa première participation en 1994, alors qu’il avait 21 ans. Reyna père sera aussi des Mondiaux 1998, 2002 et 2006.

Le joueur à suivre : McKennie, made in soccer

Il n’a que 6 ans quand il découvre le football. Weston McKennie profite d’un déménagement en Allemagne, du fait d’un père officier de l’US Air Force, pour se lancer dans le foot au FC Phönix Otterbach. Derrière, il fera ses classes au FC Dallas pour s’imposer comme l’un des jeunes talents américains, au point d’être repéré par Schalke 04 où il lancera sa carrière. Désormais c’est sous le maillot de la Juventus qu’il brille. Il sera l’une des curiosités de ce Mondial avec les USA.

Pronostic

Après avoir repris le leadership de la zone Concacaf, les Etats-Unis arrivent à la Coupe du monde avec des certitudes et des joueurs capables de surprendre. Si le titre ne sera pas au programme, le Team USA pourrait profiter de résultats favorables pour viser une place en 8èmes de finale et pourquoi pas en quarts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi