lundi 4 mars 2024

Cyclisme : comment la Jayco Alula s’est donnée les moyens de faire beaucoup mieux en 2024

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Après une saison 2023 assez terne, l’équipe australienne Jayco Alula s’est focalisée sur certains renforts pour rectifier le tir en 2024.

12 équipe du plateau, la Team Jayco AlUla a accumulé 17 succès la saison passée. La moisson avait été de 22 en 2022. Les chiffres ne mentent pas. L’équipe australienne n’a pas été assez performante sur l’ensemble de la saison. Matthew White, directeur de la performance, nous livre son ressenti :

« Nous avons globalement connu une saison relativement régulière, mais lors de la deuxième partie, nous avons eu beaucoup de mal à transformer nos podiums en victoires. Ce qui en est aussi ressorti, c’est notre Vuelta : un vrai désastre ! Nous n’avons vraiment pas pris un bon départ dès le premier jour sur le chrono (Barcelone-Barcelone, Ndlr). Toute l’équipe a chuté. La poisse a perduré avec les abandons de nos deux leaders dont Zana (5 étape, Ndlr), sur qui nous comptions beaucoup pour une belle place au général et de bons résultats d’étapes ». Pour 2024, l’équipe a tiré certaines leçons et changement de décor.

À LIRE AUSSI : toute l’actu vélo dans votre mag

« Le retour de Caleb Ewan nous donnera beaucoup plus d’occasions de gagner »

Les renforts de Ewan et Max Walscheid prou-vent à eux seuls que la priorité sera donnée aux sprints : « Il est important d’avoir le bon groupe support en ayant deux des meilleurs sprinteurs du monde avec Caleb et Dylan (Groenewegen, Ndlr), a expliqué le manager général Brent CopeLes renforts de Ewan et Max Walscheid prou-vent à eux seuls que la priorité sera donnée aux sprints :

« Il est important d’avoir le bon groupe support en ayant deux des meilleurs sprinteurs du monde avec Caleb et Dylan (Groenewegen, Ndlr), a expliqué le manager général Brent Copeland dans un communiqué. En fonction de la cohésion que nos coureurs présents ont démontré cette année, nous disposerons d’un des meilleurs groupes sprint du peloton World Tour en 2024 ». Caleb Ewan, recrue phare, tient le même discours.

Jayco Alula veut peser dans le peloton

« L’équipe va miser sur un train très performant pour le sprint. Il y a également dans cette équipe des coureurs dotés d’une belle expérience, mais aussi des jeunes, puissants, qui ont été très bien formés sur la piste. Ce bon mélange m’a beaucoup séduit et m’a incité à revenir ». Les signatures d’éléments très prometteurs comme Luke Plapp, Mauro Schmid, Anders Foldager, Davide de Pretto, sont aussi la preuve que Team Jayco AlUla veut également placer le curseur sur le développement de nouvelles pépites au niveau World Tour :

« Avec ces nouvelles signatures, notre effectif masculin est l’un des plus forts que nous avons vu ces dernières années » va même jusqu’à affirmer Copeland. Matthew White résume finalement la situation à venir au sein de la Jayco AlUla :

« Le retour de Caleb Ewan nous donnera encore beaucoup plus d’occasions de gagner tout au long de la saison. Je crois beaucoup en son association avec Dylan. Ensuite, nous avons considérablement renforcé notre recrutement de jeunes talents flamboyants, avec deux néo-pros de première classe, à savoir De Pretto et Foldager. Schmid et Plapp, eux, vont nous apporter leur expérience passionnante du World Tour, avec beaucoup de place laissée également à leur développement personnel ». Il ne sera vraiment pas bon de se frotter à la Team Jayco AlUla la saison prochaine !

Les mouvements

Arrivées : De Pretto (Zalf Euromobil), Ewan (Lotto Dstny), Foldager (Biesse), Plapp (INEOS Grenadiers), Schmid (Soudal-Quick Step), Walscheid (Cofidis)

Départs : Balmer, Colleoni (IntermarchéCircus Wanty), Sobrero (BORA-hansgrohe), Stybar (retraite), Grmay, Postlberger

La recrue : Walscheid, Max la menace ?

L’équipe Jayco-AlUla a annoncé la signature de l’Allemand Maximilian Walscheid (30 ans). Non retenu pour le dernier Tour de France et globalement assez décevant ces derniers mois, il a quitté Cofidis et rejoint pour deux ans l’équipe australienne. L’ancien coureur de Sunweb (DSM) reste un bon sprinteur, capable aussi de briller sur les classiques comme il l’a démontré lors du dernier Paris-Roubaix (8ème).

Les plus

  • L’effectif va être riche, composé de nombreux coureurs avec des aptitudes bien différentes sur divers types de terrain.
  • Les tauliers tels que Simon Yates, Michael Matthews et Dylan Groenewegen sont restés. Ils constituent de belles garanties.
  • Le retour au bercail de Caleb Ewan n’est pas anodin. C’est un coureur de stature internationale qui connaît très bien la maison.

Les moins

  • On attendait mieux de cette formation. Elle devra être plus présente aux avantspostes en 2024.
  • Matteo Sobrero a quitté les rangs de l’é-quipe pour rejoindre une structure concurrente, BORA-hansgrohe. C’est une perte importante en raison de son rendement.
  • En fonction de la configuration de l’équipe, gagner au sprint sera surtout la visée l’année prochaine. Restera aux coureurs d’étapes de tirer leur épingle du jeu.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité de l’équipe australienne en ligne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi