lundi 26 février 2024

Cyclisme : ils ont changé d’équipe pour aller encore plus haut en 2024

À lire

Transfert le plus significatif de cette intersaison, le départ de Roglic de la Jumbo-Visma a entraîné d’autres mouvements majeurs à l’instar des changements d’orientation de Barguil, Martinez, Geoghegan-Hart, Cavagna, Quintana ou Landa et Sivakov. De quoi redistribuer les cartes ?

PRIMOZ ROGLIC CHEZ BORA-HANSGROHE : A son Tour de briller

Frustré de ne toujours pas avoir pu mettre le Tour de France à son palmarès, l’autre Slovène du peloton a misé sur la formation allemande pour aller chercher son Graal en 2024 ou en 2025. A 34 ans, c’est en leader unique ça va le changer -, qu’il abordera la Grande Boucle avec le soutien d’Hindley, Kamna, Uijtdebroeks, Vlasov ou Martinez et l’espoir d’effacer le douloureux souvenir de 2020 quand il avait perdu le maillot jaune lors de l’avant-dernière étape…

À LIRE AUSSI : toute la grande actu du cyclisme

DANIEL MARTINEZ CHEZ BORA-HANSGROHE : Pour aller plus haut…

Avec Roglic, la BORA-hansgrohe accueille un autre poids lourd du peloton avec un Colombien de 27 ans qui renforce le pôle grimpeurs de l’effectif aux côtés de Vlasov, Higuita, Hindley, Buchmann ou le jeune Uijtdebroeks pour tenter d’amener le maillot jaune jusqu’à… Nice ! C’est sa polyvalence, sa capacité à se mettre au service d’un leader comme d’en assumer éventuellement la charge qui a séduit une formation allemande en quête d’un nouveau souffle.

VICTOR LAFAY CHEZ DECATHLON AG2R LA MONDIALE : La coqueluche du Tour change de crémerie

Le seul vainqueur d’étape français lors du dernier Tour a refusé la prolongation de contrat de Cofidis, et la forte revalorisation salariale qui allait avec, pour s’engager avec Decathlon AG2R La Mondiale, une structure déjà visitée lors de ses années de formation sur Chambéry. Coureur atypique, Lafay a tout de même effectué une belle bascule en doublant son salaire. De quoi lui permettre de changer de braquet en 2024 ? A 28 ans, c’est le moment ou jamais.

TAO GEOGHEGAN-HART CHEZ LIDL TREK : le rêve américain

Depuis son Giro gagné en 2020, le Britannique cherche un second souffle qu’il n’a pas réussi à attraper chez INEOS Grenadiers. Son transfert vers Lidl-Trek doit confirmer un renouveau entraperçu en 2023 avec une victoire sur le Tour des Alpes, un podium sur Tirreno-Adriatico et un excellent Giro avant sa chute de la 11ème étape. A 28 ans, le Britannique a signé trois ans dans une formation américaine où son statut protégé lui permettra de jouer la gagne sur les grands Tours.

RÉMI CAVAGNA CHEZ MOVISTAR : Le TGV traverse les Pyrénées

A 28 ans, l’Auvergnat a refermé la parenthèse Soudal-Quick Step, ouverte il y a sept ans. Le spécialiste du chrono, champion de France en titre, a signé trois ans dans une formation espagnole où ses qualités de rouleur devraient lui valoir un statut un peu plus protégé. Déjà vainqueur d’une étape sur la Vuelta 2019, l’occasion d’accrocher enfin une grande victoire à son palmarès ?

NAIRO QUINTANA CHEZ MOVISTAR : El Condor repasse

Alors qu’on le pensait presque à la retraite, après une année blanche consécutive à son éviction de chez Arkéa-Samsic sur fond de contrôle positif au Tramadol, le Colombien renait de ses cendres. A 34 ans (le 4 février), le revoilà de retour chez Movistar, une équipe espagnole où il a évolué entre 2012 et 2019 avec deux grands Tours à son palmarès, le Giro en 2014 et la Vuelta en 2016. En signant uniquement une saison, El Condor s’offre peut-être un dernier tour de piste.

MIKEL LANDA CHEZ SOUDAL-QUICK STEP : Un grimpeur pour Remco

4ème du Tour en 2017 et 2020, 3ème du Giro en 2015 et 2022, 5ème de la Vuelta en 2023, le coureur espagnol de 34 ans a choisi Soudal-Quick Step pour les deux prochaines années. Dans un Wolfpack pas forcément taillé pour la montagne, ce recrutement marque peut-être un tournant. Il permettra en tout cas à Evenepoel de disposer d’un équipier de luxe pour sa conquête du Tour. Et pas que puisque le Basque a aussi quelques places de choix dans les Classiques, à l’instar de ses podiums sur la Flèche Wallonne en 2023 ou le Tour de Lombardie 2022.

GIANNI MOSCON CHEZ SOUDAL-QUICK-STEP : Un nouveau loup dans le Wolfpack

Joli coup réalisé par Patrick Lefevere avec l’arrivée de l’Italien de 29 ans passé par la Sky/INEOS (2016-2021) et Astana où il n’a pas vraiment confirmé. Ses deux Top 5 sur Paris-Roubaix en 2017 et 2021 avaient pourtant laissé espérer un premier succès sur une flandrienne, son terrain de chasse préféré. Pour replacer Sénéchal, Ballerini et Declercq, le Wolfpack offre à Moscon l’occasion de rebondir.

FLORIAN SÉNÉCHAL CHEZ ARKÉA-B&B HOTELS : Un Cht’i tour en Bretagne

Six ans chez Quick Step en ont fait un des piliers du World Tour, désireux à 30 ans de sortir de sa zone de confort pour un statut de leader unique qui l’attend sur des classiques, notamment les Flandriennes, où il espère franchir le petit palier qui le sépare encore d’une victoire. Sa puissance et son expérience seront aussi déterminantes dans le train de sprinteurs d’Arnaud Démare, dont la signature a beaucoup compté dans son choix de rejoindre pour les deux prochaines saisons la formation bretonne d’Emmanuel Hubert.

WARREN BARGUIL CHEZ DSM-FIRMENICH POSTNL : Un come-back très attendu

Cinq ans après, Warren revient dans une formation néerlandaise qui avait des accents allemands en 2018 sous l’appellation Sunweb. A 32 ans, ce choix s’explique par l’impression de stagner depuis ses victoires d’étapes vilégié, sans grand succès, les courses d’un jour.

FABIO JAKOBSEN CHEZ DSM-FIRMENICH POSTNL : Un Batave chez les Bataves

Mécontent de sa position chez Soudal-Quick-Step, où il n’était plus vraiment une priorité, le sprinteur néerlandais a fermé une parenthèse de six saisons pour en ouvrir une nouvelle chez lui, aux Pays-Bas, jusqu’en 2026. A 27 ans, l’occasion est rêvée pour ce miraculé du peloton, gravement blessé en 2020, de reprendre le cours d’une carrière déjà riche de 45 succès.

CALEB EWAN CHEZ JAYCO-ALULA : Retour aux sources pour le Wallaby

Son attitude lors du Tour de France, jugée trop peu combattive par son manager, Stéphane Heulot, ne laissait rien présager de bon sur le futur du sprinteur australien chez Lotto Dstny. A un an de la fin de son contrat, Caleb Ewan s’est engagé deux ans chez Jayco AlUla, une formation qui s’appelait alors GreenEdge lorsqu’il y avait fait ses débuts en 2014. En manque criant de résultats depuis ses deux succès d’étapes sur le Giro en 2021, le natif de Sydney espère un train plus consistant pour son retour en Australie.

PAVEL SIVAKOV CHEZ UAE TEAM EMIRATES : Au service de Pogacar

Très sollicité cet automne par une dizaine d’é-quipes, notamment AG2R Citroën chez qui il a failli s’engager, le Franco-russe révélé chez INEOS Grenadiers a choisi de rejoindre Pogacar pour en devenir l’un de ses meilleurs lieutenants sur les grands Tours ou Paris-Nice, et jouer sa carte personnelle sur quelques classiques ardennaises comme Liège-Bastogne-Liège ou l’Amstel Gold Race.

RUI COSTA CHEZ EF EDUCATION-EASYPOST : Papy fait de la résistance

Dix ans après son titre de champion du monde, le Portugais de 37 ans ne sera resté qu’une saison chez Intermarché-Circus-Wanty, le temps de prouver qu’il était loin d’avoir abdiqué. En effaçant son délicat passage chez UAE Team Emirates (deux saisons sans aucune victoire), ses cinq bouquets de 2023, dont une étape de la Vuelta et le Tour de Valence l’ont remis sur les rails du succès. Son arrivée chez EF Education EasyPost, une formation plus ambitieuse, récompense sa volonté de ne rien lâcher.

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi