lundi 4 mars 2024

Cyclisme : Intermarché-Circus-Wanty s’en remet aux jeunes coureurs

À lire

Intermarché-Circus-Wanty poursuit sa montée en puissance. Dans l’ombre des grosses écuries, l’équipe belge continue de se construire. Les dirigeants espérent que le départ de leur sprinteur Rui Costa sera compensé par l’émergence de jeunes coureurs.

Avant de tirer sa révérence et de rejoindre EF Education-EasyPost, Rui Costa a offert une vingtième victoire à l’équipe. Un beau bilan pour les Belges qui ont décroché de belles victoires dans le Tour de Suisse au sprint avec Biniam Girmay ou sur le Dauphiné Libéré avec Georg Zimmermann. Des performances saluées par l’ancien cycliste Cyril Saugrin au micro de la RTBF :

« Cette équipe, c’était une petite équipe il y a quelques années, qui a construit un projet d’année en année pour grandir. Pour arriver aujourd’hui au niveau World Tour et gagner à ce niveau et surtout s’imposer sur le long terme, tout au long d’une saison sur le World Tour. » Cette nouvelle saison réussie est, en effet, dans la lignée de ces dix dernières années au cours desquelles elle est en constante progression.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du cyclisme sur votre site numéro 1

« Louis Meintjes vise toujours un grand Tour »

Mais, comme le précise l’un de ses directeurs sportifs Dimitri Claeys, certaines choses sont à améliorer pour 2024 : « On n’a pas été au top dans les Classiques. On a eu de la malchance avec Mike Teunissen qui est tombé. Louis Meintjes est aussi tombé sur le Tour de France. Ce qui lui a fait rater le Top 10. On voulait faire mieux que la 13ème place au classement mondial avec le Tour comme objectif, les classiques aussi avec Mike Teunissen qui a déjà fait podium par le passé dans les Flandres, Biniam Girmay et Loïc Vliegen. On était heureux pour notre jeune Laurenz Rex, top 10 sur Paris-Roubaix avec sa belle 9ème place. »

En 2024, l’équipe belge entame une année très importante. Des rumeurs de problèmes financiers ont émergé dans la presse belge, mais les dirigeants les ont démenties. Il n’empêche qu’ils n’ont pas eu le budget pour prendre des grands noms et ont vu partir Rui Costa, précieux sur les sprints. Les dirigeants ont perdu un coureur important, mais ils ont réussi à prolonger des éléments essentiels comme Rein Taaramae ou Boy Van Poppel, pour le développement des jeunes. Taaramae a déjà montré son potentiel dans les grands Tours. Sur la Vuelta, il pourra épauler Meintjes.

Quant à Van Poppel, il est précieux dans les sprints notamment pour lancer le talentueux Gerben Thijssen. Le problème, c’est que ces cadres sont vieillissants. Les dirigeants ont, également, décidé, une nouvelle fois, de miser sur la jeunesse. Aux côtés de Thijssen, Rex et Goossens, ils ont promu trois pépites de leur équipe de développement, Busatto, Van Sintmaartensdijk ou Faure-Prost :

« On compte aussi sur le développement de jeunes comme Hugo Page ou Mihkels. On a également réussi à prolonger un coureur d’expérience, très important pour nous, Adrien Petit jusqu’en 2025. Louis Meintjes vise toujours un grand Tour. Même si on n’est pas au niveau des plus grandes équipes, que l’on n’a pas plusieurs leaders, on peut faire des choses. Kobe Goosens est aussi le leader d’un groupe de jeunes belges qui peut se montrer. Ils ont montré leurs capacités, pas pour faire un résultat dans un grand Tour, mais peut-être pour gagner une étape. »

Malgré les difficultés financières de certaines équipes, la Belgique regorge toujours de jeunes talents et chez Intermarché-Circus-Wanty ils peuvent s’exprimer rapidement au plus haut niveau.

Les mouvements

Arrivées : Braet (Flanders-Baloise), Busatto, Faure Prost et Van Sintmaartensdijk (Circus-Re Uz-Technord), Colleoni (Jayco AlUla)

Départs : Bonifazio (Corratec-Selle Italia), Bystrom (Groupama-FDJ), Costa (EF Education-EasyPost), De Gendt (Cofidis), Huys (Arkéa-B&B Hotels), Johansen, Vliegen (Bingoal WB)

Les plus

  • Intermarché-Circus-Wanty possède un gros réservoir de jeunes coureurs talentueux. L’équipe attire de plus en plus les Espoirs qui veulent se faire une place dans le peloton.
  • L’entité est parfaitement gérée. L’équipe World Tour est l’une des équipes qui progresse le plus, ses dirigeants travaillent bien et dénichent souvent des pépites.
  • Adrien Petit a trouvé sa place dans l’équipe. Le Français est le capitaine de route de ses jeunes coéquipiers, il est très apprécié pour ses qualités humaines également.

Les moins

  • Les dirigeants ont réussi à prolonger des coureurs importants, mais pas Rui Costa. Le sprinteur portugais va faire défaut cette saison. Il était la recrue phare de la saison 2023.
  • L’équipe n’a pas des moyens financiers très importants. Dans une période où les sponsors hésitent à investir dans le cyclisme, Intermarché-Circus-Wanty est condamnée à miser sur la jeunesse.
  • L’équipe ne possède pas suffisamment de leaders. Elle a des coureurs d’expérience (Taaramae, Van Poppel, etc.), mais ce sont des leaders qui sont vieillissants. Physiquement, ils souffrent.

La recrue : Colleoni pour prendre de la hauteur

Intermarché-Circus-Wanty n’a pas de gros moyens, mais elle a des idées. L’équipe bel-ge s’est renforcée intelligemment pour la montagne avec l’arrivée pour les deux prochaines saisons de Kevin Colleoni. L’Italien de 24 ans est l’un des coureurs les plus prometteurs de sa génération. En 2020, dans la catégorie Espoirs, il a pris la 3ème place sur le Giro Next Gen luttant pour la victoire avec Tom Pidcock.

Depuis ses débuts en World Tour en 2021 chez Jayco-AlUla, il montre un caractère affirmé comme coéquipier puis leader. Perturbé par des blessures l’an dernier, il sera un soutien précieux pour Louis Meintjes dans les courses World Tour et endossera le rôle de leader dans les courses par étapes d’une semaine.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du team Intermarché cyclisme dans vos mags

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi