mercredi 28 février 2024

Cyclisme : l’improbable destin de ces coureurs sans équipe…

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

En fin de contrat à l’issue de l’année 2022, ils sont nombreux à prétendre revenir dans le peloton en 2024. Sans équipe en 2023, certains, à l’image de Nairo Quintana, ont décidé de continuer quand même.

Comme chaque saison, le peloton ne manque pas de voir partir un grand nombre de coureurs. Si certains le choisissent, d’autres le subissent. Et forcément le cas des coureurs de la formation B&B Hotels a défrayé la chronique avec des fortunes diverses pour ses anciens représentants.

Si certains comme Franck Bonnamour (AG2R Citroën), Luca Mozzato (Team Arkéa) ou Victor Koretzky (BORA-hansgrohe) ont retrouvé une équipe en World Tour, d’autres ont décidé de prendre leurs retraites comme Pierre Rolland, Cyril Gautier et Cyril Lemoine pour ne pas se retrouver sans équipe.

Il y a aussi le cas de coureurs qui ont dû redescendre d’un niveau pour se relancer comme Quentin Jauregui (Dunkerque), Axel Laurance (Alpecin-Deceuninck Development Team), Maxime Chevalier (Mayenne V and B Monbana) et Alain Boileau, ainsi qu’Alexis Gougeard (VC Rouen 76).

« Je continuerai à me battre pour courir » (Nairo Quintana)

A 30 ans, ce dernier a préféré rester en activité dans une équipe amateur en pensant à la suite de sa carrière. « Je pense que j’ai encore quelques années à faire chez pros. J’ai envie d’y retourner et je me donne cette chance, je donne tout ce que je peux et si ça ne marche pas au moins j’aurai essayé. »

Certains coureurs auraient pu être dans cette situation, mais ont réussi à retrouver in extremis une équipe comme Mark Cavendish initialement annoncé chez B&B Hotels ou Cees Bol qui ont signé chez Astana, ou encore Domenico Pozzovivo chez Israel-Premier Tech. Mais le cas le plus médiatique reste celui de Nairo Quintana.

Le Colombien, renvoyé du Team Arkéa-Samsic, après des soupçons de dopage, a surpris son monde en Colombie en annonçant son ambition de retrouver une équipe dans les prochains mois.

« Il a surpris son monde au pays, explique Ana Maria Ospina, correspondante pour Claro en France et spécialiste vélo. Au moment de faire sa conférence de presse, toute la presse pensait qu’il allait annoncer sa retraite mais, finalement, il a fait le choix de se donner encore une chance, tout comme Miguel Angel Lopez. Pour Sebastian Henao, c’est différent, ce sont des problèmes de santé qui l’ont obligé à se mettre en retrait du cyclisme. »

Nairo Quintana veut quitter le cyclisme par la grande porte et non par la petite. C’est pour cela qu’il l’a affirmé lors de sa conférence de presse en février.

De nombreux cyclistes sans équipe

« Je n’abandonne pas, je continue. J’ai toujours été un coureur honnête. Je continuerai à me battre pour courir, pour rester sur le vélo aussi longtemps que mon corps et ma tête me le permettront ; Je veux continuer à courir, à mettre un dossard et à me mettre au service d’une équipe. Je vais voyager en Europe dans les prochaines semaines puisque j’ai encore des contacts avec plusieurs équipes. J’ai l’ambition de ne pas m’arrêter là. »

Seulement depuis, c’est le statut quo. Nairo Quintana s’entraîne dans l’attente de la bonne option et de la proposition souhaitée. « Pour le moment, il n’y a rien de certain quant à son avenir, expliquait son agent Guiseppe Acquadro, dans la presse espagnole. Je peux dire que nous y travaillons et que nous y croyons. Quelque chose va se passer dans les prochains mois. »

A l’image de Nairo Quintana, ils sont encore nombreux à y croire comme les anciens d’Alpecin-Deceuninck, le Belge Julien Vermote et l’Américain Edward Anderson, l’Italien d’UAE Team Emirates, Oliviero Troia ou encore celui d’Astana, Michele Gazzoli. Egalement l’Australien Lachlan Morton (EF Education-EasyPost), vainqueur du Tour de l’Utah en 2016.

En ProTour aussi, ils sont quelques-uns à croire à la possibilité d’un retour comme le jeune Portugais de 21 ans du Burgos-BH, André Domingues ou son ainé espagnol de 31 ans, Diego Rubio. Le Suisse de 23 ans, Ruben Eggenberg, du Tudor Pro Cycling Team ou encore le sprinteur français de 28 ans, Mehdi Benhamouda qui n’avait pas été conservé par le Team Novo Nordisk après sept ans de loyaux services.

A eux maintenant de tout faire pour croire encore en leur destin dans le cyclisme et ne pas faire comme de jeunes coureurs comme Anthony Jullien (AG2R Citroën, 25 ans) ou Loris Trastour (Tudor Pro Cycling Team, 21 ans) voire certains expérimentés, fatigués de devoir trouver un employeur, comme Carlos Barbero (Lotto-Dstny) qui ont finalement décidé de changer de direction, en refermant définitivement le livre de leurs carrières professionnelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi