mardi 16 juillet 2024

Daniel Felipe Martinez (Ineos Grenadiers) : « Le Tour, c’est mon objectif principal »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

A 27 ans, Daniel Felipe Martinez sera le leader de la formation INEOS Grenadiers. Le Colombien a déjà démontré tout son talent sur les courses d’une semaine en remportant le Critérium du Dauphiné en 2020 ou encore le Tour du Pays basque en 2022. Vainqueur du Tour de l’Algarve cette saison, c’est désormais sur le Tour qu’il veut briller et s’inviter parmi les meilleurs.

Comment vous sentez-vous après ce début de saison ?

Je me sens bien. Content. J’ai pu faire de belles courses grâce à l’aide d’une belle équipe. On est toujours ambitieux. A chaque fois que l’on commence une course, c’est avec l’idée de la gagner. On vient toujours avec l’ambition de répondre aux exigences et d’atteindre les objectifs de l’équipe.

« Pogacar et Vingegaard sont les références »

Votre victoire sur le Tour de l’Algarve vous a permis de bien démarrer la saison avec INEOS Grenadiers…

C’était une surprise pour moi de gagner le Tour de l’Algarve. Beaucoup de gens pensaient avant de commencer l’étape que Filippo Ganna était le favori pour le classement général. J’étais venu sans être à 100%, mais chaque jour je me sentais mieux et j’avais de très bonnes jambes dans le contre-lamontre. Donc je n’ai rien lâché et j’ai réussi une belle épreuve. Je suis heureux d’avoir pu lancer ma saison de la plus belle des façons. C’était une surprise de gagner cette course. D’autant plus que je suis le premier Colombien à le faire.

Cela vous a-t-il donné de la confiance pour la suite de votre saison ?

Je me suis dit d’y aller étape par étape. Pour le moment, tout va bien. J’ai pu savourer cette belle victoire du début de  saison,  puis je me suis préparé pour le Tour de France, qui est mon objectif principal pour la saison, mais avant le Tour, il y avait des courses importantes comme Paris-Nice, le Tour du Pays basque et les Classiques des Ardennes qu’il ne fallait pas négliger. On a pu se préparer tranquillement pour monter en puissance cette année.

Etait-ce important de se jauger face aux meilleurs avant le Tour de France ?

C’était important car Pogacar et Vingegaard sont les références du peloton cette saison. Il fallait vraiment être avec eux pour pouvoir se mesurer à eux. On a connu des courses nerveuses depuis le début de saison. Il ne fallait ne pas se manquer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi