mercredi 29 mai 2024

David Gaudu (Groupama-FDJ) : « Nous avons une équipe tout terrain »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

C’est de nouveau avec son compagnon de route, Thibaut Pinot, et une équipe plus complète que jamais, que David Gaudu s’est lancé dans son cinquième Tour de France, avec l’idée de refaire un joli coup, trois ans après être allé chercher le maillot jaune au sommet du Tourmalet, deux ans après sa seule victoire d’étape. De retour au top après sa victoire sur le Dauphiné (3ème étape), le Breton a les moyens d’entrer dans le Top 10 pour la première fois. Cinquième, à 11 secondes du podium (meilleur français), il a bien commencé.

Par rapport aux années précédentes, dans quelle forme avez-vous abordé ce Tour ?

Même si j’ai eu la chance de lever les bras dans le Tour de l’Algrave dans une arrivée au sommet (et lors de la 3ème étape du Dauphiné, Ndlr), je l’ai abordé avec moins de certitudes car le début de saison a été difficile, avec des chutes, une fracture (apophyse épineuse de la cinquième vertèbre dorsale, Ndlr), la Covid, une bronchite… tout ça n’est pas terrible.

En même temps, cela peut aussi s’avérer être une bonne chose parce que j’ai moins couru et que ça peut, au final, me permettre d’avoir davantage de fraîcheur mentale. Je relativise. Il faudra voir si ça passe, mais j’espère fortement que j’y arriverai. J’ai de l’orgueil et pas mal de frustration emmagasinée donc je suis arrivé très motivé.

« Au bout de cinq jours, certains leaders seront déjà écartés du général »

Avec Pinot, Madouas, Storer, Küng, l’ossature de l’équipe est-elle de nature à vous rendre plus ambitieux que jamais ?

On aligne une équipe tout terrain, que ce soit avec Stefan (Küng) pour le premier chrono ou en protection sur le plat pour le classement général, avec Thibaut (Pinot) ou Michael (Storer) en montagne et Valentin (Madouas) en passe partout.

En début de saison, Marc Madiot avait annoncé cinq noms prévus d’office pour le Tour et il s’avère que Valentin et Stefan ont fait un podium dans un Monument (Tour des Flandres et Paris-Roubaix, Ndlr), que Michael a deux victoires d’étape dans la Vuelta 2021, que Thibaut, qu’on ne présente plus, revient fort. C’est prometteur.

Que pensez-vous du parcours de cette 109ème édition ?

Ce Tour s’annonce très piégeux… d’entrée de jeu. Et par la suite, il peut y avoir de gros écarts en montagne pour la course au maillot jaune avec les principaux favoris et les gros leaders aux avant-postes.

David Gaudu a le même statut que Thibaut Pinot

Dans quel domaine pensez-vous avoir le plus progressé depuis votre premier Tour en 2018 ?

Mes principaux progrès ont été effectués dans le domaine de la régularité ainsi que sur les contre-la-montre.

Quels sont vos meilleurs souvenirs de spectateur et d’acteur du Tour ?

Je n’ai pas assisté souvent au Tour au bord des routes. Une des rares fois où j’y suis allé, en vrai, c’était dans le Tourmalet. Ironie du sort, mon meilleur souvenir d’acteur est aussi dans le Tourmalet quand Thibaut s’y impose et prend le maillot jaune en 2019.

L’avis de Laurent Jalabert

« C’est difficile à dire. Quel est l’objectif ? Pinot est un garçon qui a toutes les qualités pour briller sur un Tour, mais il a une histoire difficile avec la course. Est-ce qu’il sera du rendez-vous ? Quand ça passe à la Planche des Belles-Filles, ça lui réussit, sauf la dernière fois où il a fini difficilement sur le chrono (2020). C’est surprenant de ne pas viser le général. S’ils se focalisent sur les étapes, ils ont les talents pour avec Küng sur un chrono ou Gaudu, Madouas, Storer et Pinot en montagne. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi