samedi 2 mars 2024

Du rêve au cauchemar, comment le Groupama Stadium a dégoupillé

À lire

L’Olympique Lyonnais a vécu le jour le plus triste de sa saison ce jeudi soir, en quart de finale retour contre West-Ham. Incapables de briller et de se transcender, les Lyonnais ont pris en pleine tête la colère de leurs supporters, avec des incidents majeurs. La claque de West-Ham sur l’OL a mis à terre un club en grande difficulté, sur tous les plans. Récit de l’après match houleux entre Lyonnais, désormais en clans.

Il est 20h45 au Groupama Stadium, les drapeaux sont prêts, les kops aussi. Dans son habit européen, Lyon, en tout cas son public, espère renverser la table pour vivre une nouvelle 1/2 finale. Le Groupama Stadium monte en pression, comme un feu d’artifice lancé au ciel.

Tout est réuni pour une ambiance de feu, comme l’OL en a eu rarement. Mais voila que l’émotion, le virtuose, les sourires laissent place à la tristesse, la colère, la stupéfaction… d’un club qui ne rugit plus.

À force de subir, Lyon a appris a devenir banal. Pour un budget de 250 millions d’euros, c’est “honteux” comme le criaient les supporters à la fin de la rencontre.

Alors que le match démarre à 200 à l’heure pour les Gones, Toko Ekambi touche le poteau, le premier depuis la demi-finale contre le Bayern en 2020. C’est la plus grosse occasion lyonnaise. Le tournant de la rencontre pour des Gones, qui baissent de régime. De quoi inquiéter les supporters qui se rendent compte que le match tourne en faveur de West-Ham. Les anglais ont laissé passer le petit orage pour mieux piquer le Lyon de Peter Bosz.

Le match est plié en 5 minutes, entre la 37ème et la 42ème minute. 0-2, une bronca immense et logique à la mi-temps, la colère gagne les ultras. Le capo des BG 87 calme le jeu et demande à tous de pousser en seconde période. 3 petites minutes et le message part en fumé. 0-3, le score est lourd, la nervosité palpable.

Les virages pètent un câble contre les Hommes de l’Olympique Lyonnais

Alors que les minutes s’écoulent comme un TGV, les Lyonnais sont impuissants, les supporters trouvent un bouc émissaire. Il s’agit d’Houssem Aouar. Pour la première fois, le n°8 lyonnais a été conspué par les Bad Gones. Les “Houssem t’es nul” ont fusé dans le virage. Symbole d’une rupture complète entre les supporters et les joueurs.

Le virage sud y est allé de sa petite insulte en noir et blanc, auprès de tous les acteurs de l’OL. Ce n’était que le premier niveau d’une soirée tragique. Les pétards explosent dans le virage avant qu’une centaine d’ultras tentent le passage en force.

La barrière de sécurité et les stadiers résistent à la tentative d’envahissement de terrain. Cette action du Virage Nord témoigne de la colère légitime des plus fidèles de l’OL, fatigués de leurs joueurs.

Pendant de longues minutes, la confusion règne dans le virage. Les barrières tiennent le choc, les stadiers aussi. Mais les CRS se déploient des deux côtés de la pelouse. Si le virage Sud bouge moins que les Bad Gones, le calme revient peu à peu.

En évitant la confrontation avec les CRS, les ultras ont abandonné leur tentative d’intrusion, même si quelques droites sont parties entre supporters. Le Groupama stadium s’est vidé de ses fans, dans un parfum de KO et gaz lacrymogène.

La fête a viré au cauchemar, alors que l’Olympique Lyonnais reçoit Bordeaux dans un stade qui devrait sonner creux. A juste titre.

Le Groupama Stadium dans quelle ambiance contre Bordeaux ?

L’Olympique Lyonnais se réveille avec la gueule de bois. Si JMA et Ponsot ont conforté Peter Bosz dans ses fonctions, les déclarations en conférence de presse vont plus loin. À entendre les dirigeants lyonnais, le coach néerlandais devrait bien honorer sa deuxième saison.

Mais avec quel groupe verra t-on les Gones ? Quelle équipe ? Ce sera la réponse d’un club à ses supporters. En tout cas, après le boycott des supporters contre Angers, le stade n’affichera pas 50% de remplissage. Puisque de nombreuses invitations ont été distribués. Les supporters de l’Olympique Lyonnais vont bouder leur équipe, une fois de plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi