samedi 2 mars 2024

Eddy Le Huitouze (Groupama-FDJ) : le gamin est prêt à répondre aux attentes

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

A 20 ans, Eddy Le Huitouze le champion de France Espoirs du chrono va découvrir le World Tour en 2024 au sein d’une formation habituée à lancer rapidement ses jeunes dans le grand bain. Un vrai plus pour le Breton.

Quel bilan tirez-vous de votre dernière année en Conti ?

Il est bon dans l’ensemble car je pense avoir progressé à un peu tous les niveaux. Pour être meilleur, il manque un ou deux gros résultats même si j’ai la satisfaction d’avoir conservé mon titre de champion de France du chrono.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du cyclisme en ligne

Justement, votre profil n’est-il que celui d’un rouleur qui va se spécialiser sur les contre-la-montre ou ambitionnez-vous d’ajouter d’autres cordes à votre arc ?

J’ai pu faire mes premières courses en montagne cette année. Ce fut loin d’être glorieux, mais ça m’a permis d’appréhender un nouvel environnement. A terme, je sais que si je veux faire une grande carrière, il me faudra forcément être un peu plus qu’un coureur de chrono. Ça demande du travail.

En 2024, quels seront vos objectifs ?

Découvrir le vrai cyclisme de haut niveau… Je m’attends à passer à un gros cran au-dessus. J’ai envie de me tester et hâte de voir ce que ça peut donner. J’ai déjà eu la possibilité de participer à quelques courses pros l’an passé, j’ai pu sentir toute la différence ; ça va plus vite sur la route et à côté le public et les nombreux supporteurs de l’équipe, très présents, ont plus d’attentes. Et le World Tour, c’est encore autre chose !

Etes-vous attiré par des courses plus que d’autres ?

J’aime bien les Classiques flandriennes, notamment Paris-Roubaix et les pavés que j’ai déjà appréhendés en juniors et en espoirs (10ème et 7ème, Ndlr) et où ça s’était plutôt bien passé. Mais là encore je sais que chez les pros, ça ne va pas être la même histoire.

« Romain (Grégoire) et Lenny (Martinez) sont des cas à part dans le vélo français »

Serez-vous au départ de Paris-Roubaix en 2024 ?

Franchement, ça m’étonnerait… Mais ce serait sympa (rires) !

Vous faites partie d’une équipe Groupama-FDJ qui fait confiance aux jeunes. Etes-vous conscient de cette chance ?

Oui, bien sûr. Je vais retrouver en World Tour en 2024, 9 coureurs avec qui j’étais en Conti en 2023. Ça crée forcément une dynamique dans un effectif qui est par ailleurs très jeune.

Pensez-vous pouvoir jouer un rôle important dès votre première saison ?

Je pense que ce sera quand même un peu compliqué, mais s’il y a moyen d’être acteur en étant un bon équipier, ça suffira à mon bonheur.

Partagez-vous l’ambition de vos jeunes coéquipiers Grégoire ou Martinez qui n’ont pas attendu longtemps avant de faire parler d’eux sur le World Tour ?

Sortir des juniors pour faire des places en World Tour n’est pas donné à tout le monde. Romain et Lenny sont des cas à part dans le vélo français. Je ne m’inscrits pas dans leur lignée, chacun a sa propre trajectoire et évolue à son rythme en fonction de sa maturité.

Que représente ce passage en World Tour pour vous ; une consécration, une continuité, une surprise ?

Lorsque j’étais minime ou cadet, c’était un rêve. Mais après mes années junior et Conti, cela s’inscrit plutôt dans une forme de continuité. A moi de continuer à bien travailler pour continuer ma progression et ne pas m’arrêter là.

À LIRE AUSSI : Cosnefroy, l’ex espoir du cyclisme français

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi