dimanche 28 février 2021

Et si la Deceuninck visait (enfin) le général d’un grand Tour ?

À lire

Movistar, un retour au premier plan pour Valverde et ses coéquipiers ?

Avec très peu de victoires au compteur en 2020, l'équipe espagnole Movistar va devoir impérativement redresser la barre. Quand on...

Ivan Garcia Cortina : « Je vais vivre des moments forts avec Movistar »

Après quatre saisons chez Bahrain, l’Espagnol Ivan Garcia Cortina, vainqueur de la 3ème étape de Paris-Nice en 2020, s’est...

Qhubeka Assos : Fabio Aru, fer de lance d’une équipe en plein renouveau

L'ex-équipe NTT Pro Cycling désomais Qhubeka Assos a pu, in extremis, sauver sa place. Si cette formation a fortement...

La Deceuninck-Quick Step est l’une des meilleures équipes du monde depuis de longues années maintenant.Celle qui remporte le plus de victoires chaque année (numéro 1 depuis 2012 !). Mais elle est surtout performante sur les Classiques. L’équipe belge peut-elle se diversifier ? Gagner sur d’autres terrains et viser, notamment, les grands Tours ? Après la 4ème place sur le Giro de João Almeida et la montée en puissance de Remco Evenepoel ?

Cent quarante-deux points seulement séparaient la Jumbo-Visma et la Deceuninck-Quick Step au classement par équipes en fin de saison. En termes de points, elles sont très proches. Mais, sur le terrain, la Jumbo-Visma est beaucoup plus complète. Elle est compétitive aussi bien sur les Classiques que dans les grands Tours.

L’équipe belge est, elle, surtout performante sur les Classiques. Les choses pourraient bien changer. Avec la présence dans ses rangs d’un coureur capable de venir concurrencer les Jumbo-Visma ou les INEOS Grenadiers sur leur terrain privilégié : les courses à étapes. « Le coureur belge a le profil pour gagner un grand Tour est incontestablement Remco Evenepoel ».

Tim Wellens place ses espoirs sur Evenepoel (Deceuninck)

Comme beaucoup de ses compatriotes et même la plupart des observateurs du cyclisme, Tim Wellens croit beaucoup au jeune leader de la Deceuninck-Quick Step. Et ce, pour prendre la succession d’Eddy Merxck dans les grands Tours. Au sein même de l’équipe belge, tout est mis en œuvre pour le mettre dans les meilleures conditions. En outre, le petit prodige a un bel avenir devant lui. Comme l’explique Rodrigo Beenkens, commentateur sur la RTBF et grand connaisseur de cyclisme :

« Tout est planifié pour que Remco soit parfaitement entouré sur les grands Tours. Quand ils ont obtenu sa prolongation de contrat, ils ont acheté des coureurs capables de l’entourer en montagne. Il en manquait car, à la base, c’est une équipe de Classiques. Un coureur comme Almeida a réalisé un super Giro. Mais il sera plus un coéquipier de Remco qu’un leader dans les Tours. Masnada a aussi été acheté dans cette optique.

La perte d’Enric Mas (parti chez Movistar en 2020 Ndlr) est préjudiciable (2ème et 5ème de la Vuelta en 2018 et en 2020, Ndlr). Il aurait été l’un des meilleurs coéquipiers de Remco en montagne. En 2021, Remco devrait faire le Giro. Il n’a pas pu le faire en 2020 en raison de sa blessure. Puis il se lancera sur le Tour de France en 2022 je pense. Il veut se tester sur le Giro d’abord et je pense qu’il a raison. »

« Almeida a réalisé un super Giro, mais il sera plus un coéquipier de Remco qu’un leader »

Le Giro a souri à la Deceuninck-Quick Step en 2020 avec la belle 4ème place d’Almeida qui a porté le maillot rose pendant quinze jours. Cette édition a été particulière avec un départ à l’automne, certains des meilleurs coureurs étaient absents, mais le jeune portugais (22 ans) a montré de belles dispositions pour supporter la pression, ses coéquipiers se sont battus pour l’aider à garder le maillot.

L’une des grandes forces de cette équipe est de posséder des coureurs à l’état d’esprit irréprochable, qui dépassent leurs fonctions, leurs limites pour aider leur leader. Un état d’esprit précieux quand il faut jouer le général. Remco Evenepoel a plus de potentiel sur les grands Tours que Julian Alaphilippe. En montagne, il peut suivre les meilleurs grimpeurs.

Il n’a pas froid aux yeux, il est endurant, c’est un coureur com-plet qui ressemble à Primoz Roglic. Après une saison 2020 arrêtée prématurément suite à une grave chute, Remco Evenepoel sera très motivé pour faire une grosse année 2021. Il a beaucoup travaillé pour revenir à son meilleur niveau même s’il ressent encore une douleur dans la zone de ses fractures :

« Elle ne le perturbera pas pour la suite de sa carrière et n’altèrera pas ses performances en grands Tours. Remco est un gros bosseur, dès qu’il a pu il a fait la rééducation. Malgré sa médiatisation, il reste focus sur ses courses, son entraînement, c’est un jeune garçon qui est parfaitement entouré, c’est pour cela que je ne doute pas de sa réussite. Il est programmé pour réussir. Le cyclisme belge possède une véritable pépite avec lui » ajoute Rodrigo Beenkens.

Un équilibre à trouver entre les classiques et les grands tours

Avec un coureur du talent d’Evenepoel, la Deceuninck-Quick Step ne peut plus faire l’impasse sur le classement général, mais à l’image de la Jumbo-Visma elle sera également toujours une grande équipe de Classiques. Il faudra que les entraîneurs trouvent le bon dosage entre les Classiques et les grands Tours comme sait si bien le faire l’équipe néerlandaise.

2021 pourrait bien être une année historique pour une équipe belge créée en 2003 et qui n’a jamais remporté le général d’un grand Tour. Le meilleur résultat d’un coureur de l’équipe étant une 2ème place avec Rigoberto Uran sur le Tour d’Italie 2014 et Enric Mas sur le Tour d’Espagne 2018, et une 5ème place en 2019 sur le Tour de France avec Julian Alaphilippe.

Toute l’actualité de la Deceuninck-Quick-Step dans le nouveau numéro Le Sport Vélo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

À lire aussi

felis Phasellus felis at Aliquam libero Donec fringilla ut odio libero nunc