dimanche 4 juin 2023

Euskaltel-Euskadi : « Il n’y a pas de grands noms, mais il faut laisser le temps »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Formation historique du peloton dans les années 90 et 2000, Euskaltel-Euskadi est de retour au premier plan.

Son maillot orange était connu et reconnu de tous dans le peloton. Pourtant, en 2014, c’est le coup de massue pour les fans d’Euskaltel-Euskadi qui disparait du peloton professionnel après 17 ans d’histoire. Mais c’était sans compter sur la volonté de plusieurs personnes et notamment Mikel Landa qui faisait en sorte de relancer une institution.

Car il était évident que l’absence de l’équipe basque dans le peloton s’apparentait plus à une anomalie qu’autre chose. Ancien coureur de l’équipe Euskaltel-Euskadi entre 2011 et 2012, Pierre Cazaux était très attentif à la volonté de certains de ses anciens coéquipiers comme Mikel Landa, aujourd’hui président de la Fundacion Euskadi, propriétaire de l’équipe, mais aussi de Jorge Azanza et Inaki Isasi les directeurs sportifs.

Euskaltel-Euskadi a fait sa mue dans le monde amateur

« Après la disparition de l’équipe, ils sont repartis avec une nouvelle direction. Ils sont repartis du niveau amateur pour remonter, petit à petit, au niveau Continentale, soit la 3ème division, pour aujourd’hui être en deuxième division, en ProTour, et ainsi faire le petit bout de chemin, avec la Fundacion Euskadi, avec des jeunes et un statut amateur. Mikel Landa a beaucoup contribué au début pour refaire partir l’équipe aux côtés de Jorge Azanza et Aitor Galdos. Ils sont partis de tout en bas et, à force de volonté et de persévérance, ils ont réussi à retrouver le milieu professionnel. L’équipe évolue petit à petit. Il n’y a pas de grands noms, mais il faut laisser le temps. »

De ses années chez Euskaltel-Euskadi, Pierre Cazaux n’en garde que des bons souvenirs. Proche de la direction, il est heureux de revoir son ancienne équipe renaître de ses cendres.

« C’était l’une des équipes les plus anciennes du peloton. Elle était emblématique avec ce maillot orange. Sur n’importe quelle course dans le monde, tout le monde reconnaissait les couleurs de l’équipe. On voit toujours un drapeau basque sur le bord de la route. A la disparition de l’équipe, c’était très triste, un sentiment de gâchis. A l’époque, c’était compliqué. La crise était passé par là. Il y avait des soucis en Espagne. Ce n’était pas simple. C’est difficile niveau budget. Les équipes ont beaucoup de soucis. Ce n’est pas évident, mais ils sont déjà présents sur un grand Tour comme la Vuelta. L’aboutissement sera le Tour de France. »

« L’aboutissement sera le Tour de France »

La formation basque ne sera pas présente sur le Tour de France 2023 qui part de Bilbao et qui passera plusieurs jours dans le Pays Basque. Mais nul doute que la formation orange profitera pleinement de l’évènement en espérant la revoir rapidement sur les routes du Tour de France. C’est la volonté de toute une direction et notamment Jorge Azanza qui ne s’en était pas caché, notamment au moment du retour en ProTour de l’équipe.

« C’est l’idée, vous n’avez pas besoin d’être pressé, mais vous devez être ambitieux et vouloir prendre des initiatives. Je pense que c’est la première étape et à partir de là, nous devons travailler, montrer que les choses sont bien faites, que l’équipe est compétitive. J’espère qu’il y aura le World Tour au bout. »

C’est toujours la formation des jeunes coureurs basques qui permet de voir Euskaltel-Euskadi grandir, même si l’expérience d’anciens comme Luis Angel Maté, Juan José Lobato et Mikel Bizkarra est précieuse pour les guider. En attendant le retour programmé de Mikel Landa…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi