dimanche 26 mai 2024

Fédérale 1 : ces joueurs qui rêvent d’un destin à la Villière

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Dans un relatif anonymat, certains joueurs multiplient les prouesses, rêvant d’un destin à la Gabin Villière passé en une saison de la fédérale 1 au top 14 et aux bleus.

Clément Hébert affole les statistiques avec Evreux. En Fédérale 3, cet ailier de 23 ans a marqué en 9 matches 18 essais. Cet atout offensif est actuellement toujours loin devant les autres avec 24 essais. Comme ce joueur est également très habile au pied, il a inscrit la bagatelle de 37 points dans un seul match à CouronneElbeuf ! Il n’est pas loin non plus de la meilleure gâchette au pied, Lucas Artigues (plus de 250 points), le métronome de Biscarrosse.

Le poursuivant de Hébert, Thomas Tourniaire (COS Villers), avec déjà 21 essais au compteur, est un pilier qui plante énormément. En Fédérale 1, quelques joueurs dominent actuellement les débats. L’ouvreur de Nuits-Saint-Georges, Romain Lombard, a déjà empilé près de 250 points entre les perches. Florian Aguer, l’ancien demi de mêlée de Pau, Biarritz, Mont-de-Marsan, reste également un buteur très fiable avec Mauléon.

Au niveau des essais, deux joueurs se partagent actuellement la 1ère place avec 8 réussites, Lucas Heinrich, l’ailier international suisse du Servette Genève et Lukas Grimaud, le centre de Bagnères. Julien Larroudé, lui, l’ailier de Mauléon en avait mis 6 en seulement huit journées, tout comme Thomas Mendy le 3ème ligne de Langon.

« Deux, trois clubs me regardent… » (Bouscasse)

En Fédérale 2, il y a également de sérieux perforateurs. Un nom revient toutefois sur toutes les lèvres. Il s’agit de Gabriel Bouscasse (en photo). Cet arrière de Castillon-la-Bataille est de loin le meilleur réalisateur de la division avec déjà plus de 300 points marqués.

En 11 matches, il en avait déjà inscrit 213, soit une moyenne de 19,4 points par match. Comme si cela ne suffisait pas, il a inscrit 12 essais en 12 matches. Il est actuellement au coude à coude dans ce classement avec Fernand Grossen l’ailier de Pontarlier et Elian Conduche, le centre de Rieumes, 15 essais chacun :

« Tout va très bien avec Castillon, nous confie Bouscasse. On est en ce moment premiers. On se bat chaque journée pour gagner. Notre travail se reflète au classement. Le groupe vit bien. On vient juste de monter. S’il y a une nouvelle montée, cela se fera naturellement ».

Appelé à évoquer son rendement personnel, Bouscasse reste dans la discrétion et le sens du partage : « Mon rôle est de concrétiser tous les efforts faits par les équipiers, les gros et les 3⁄4. Je dois marquer les points qu’il faut pour récompenser le travail de mes partenaires. C’est mon travail ». Quid de son avenir ? On l’imagine forcément bien plus haut qu’à Castillon-la-Bataille.

« Je ne peux pas en dire plus, mais deux, trois clubs me regardent de près. J’étudierai cela en fin de saison. A l’instant T, je veux finir ma saison sans réfléchir à tout cela. Le moment sera venu de penser ensuite à ce qui est proposé. A Castillon, nous n’avons pas de primes de match. Cela nous rapproche encore davantage. Je ne vis pas du rugby. Je suis étudiant à côté en STAPS à Bordeaux ».

En Nationale 2, Yann Caillat l’ouvreur de Périgueux a dépassé la barre des 200 points tandis que l’arrière Mathieu Vignes (8 essais) essaie de faire retrouver la lumière à Auch. En Nationale, l’ailier international portugais Rodrigo de Bivar fait prévaloir son statut avec déjà 10 essais inscrits. Bouscasse à l’image de beaucoup d’autres joueurs, méritent d’être connus. A ce rythme, ils ne devraient pas restés anonymes bien longtemps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi