jeudi 29 septembre 2022

Fleury Di Nallo : « Je rêve de voir Benzema revenir à Lyon »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Redevenu international cinq ans après sa 81ème sélection, Karim Benzema fait de nouveau l’unanimité. Ses dix saisons au Real Madrid parlent pour lui. Ceux qui l’apprécient et le connaissent bien parlent de lui.

Maxime Gonalons : « Karim, c’est la classe ! »

« Je n’ai jamais compris comment on pouvait douter de ses qualités d’attaquant sinon à considérer que l’affaire qu’il a eue avec Valbuena avait terni son image. A partir de là, on ne parlait plus du joueur qu’il était avec objectivité. En fait, les gens ont pris conscience de son talent, du joueur exceptionnel qu’il est lorsque Cristiano Ronaldo est parti du Real. Pourtant, avant, Karim était le même et, sans lui, CR7 n’aurait pas été aussi efficace, c’est une certitude.

Car Benzema fluidifie le jeu, on le voit depuis qu’il est revenu en équipe de France, le jeu des Bleus n’est plus le même. Parce qu’il sait tout faire, marquer, passer, organiser… c’est un joueur complet qui n’est ni un n°9, ni un n°10. Je n’ai jamais eu la chance de jouer avec lui en pro à Lyon, seulement quelques matches en CFA et ensuite en équipe de France. Lorsque je commençais, il était déjà parti.

Depuis, il s’est bonifié et il fait tout aujourd’hui pour rattraper le temps perdu. Parce que physiquement, c’est devenu une vraie machine. Il n’est quasiment jamais blessé et sans lui le Real n’aurait pas fait une telle saison. Karim, c’est la classe.

Avec le temps et tout ce qu’il a vécu, il a acquis une telle maturité que je le vois encore très haut pendant plusieurs années parce que mentalement il est super costaud. C’est devenu un des meilleurs attaquants du monde. En France, il est l’équivalent d’un Thierry Henry et il mériterait de décrocher un titre avec l’équipe de France pour laisser une trace dans l’histoire ailleurs qu’au Real. »

*Milieu international de Grenade, ancien coéquipier de Benzema à l’OL (entre 2000 et 2009)

Tahar Ounnas : « Benzema était très souvent seul avec son ballon »

« Depuis qu’il est parti au Real, on ne le côtoie plus, mais on voit de temps en temps ses parents avec qui on discute… rarement de football d’ailleurs. Karim, j’ai gardé le souvenir d’un enfant qui aimait le foot par-dessus tout. Il était tout le temps au club et n’avait besoin de personne pour s’amuser avec un ballon. Enfant, très souvent, on l’apercevait, seul avec son ballon, à jongler, à taper contre un mur…

C’était son truc. Quand il n’était pas seul, il venait avec son père. Ensuite, ado, je ne l’ai jamais vu fréquenter une bande par exemple. Comme en plus il était d’un tempérament très calme et respectueux, j’ai été très surpris du portrait qu’on a fait de lui au moment de toutes ces affaires qui lui sont tombées dessus.

Benzema, un fou de foot

Ce n’était pas le Karim que je connaissais. Lorsque je coachais les seniors du club, il avait déjà intégré le centre de formation de l’OL, où il était toute la journée. Lorsqu’il rentrait le soir, il nous demandait tout le temps s’il pouvait s’entraîner avec nous.

Il insistait tellement qu’on l’acceptait en faisant attention à lui; Il n’avait que 14 ou 15 ans et on sentait déjà qu’il était largement au dessus. Plus que le club, où il n’a finalement pas joué longtemps, c’est le quartier qu’il représente dans son parcours, c’est le quartier qui est fier de lui et qui a toujours été derrière lui même quand il a traversé des moments difficiles. Nous, on n’a jamais douté. Et on est tous devenus des supporteurs du Real Madrid (rires) !

Désormais, je lui souhaite de finir en apothéose comme a pu le faire Zidane… qui lui ressemble d’ailleurs pas mal sur bien des aspects, son caractère et sa carrière. Revenir à Lyon ne serait pas forcément une bonne chose, ni pour lui, ni pour le club ou alors dans le cadre d’un rôle d’ambassadeur. »

Fleury Di Nallo : « Je rêve de voir Benzema revenir à Lyon »

« Quoi qu’il advienne de cet Euro, où Karim avait quand même pas mal la pression et beaucoup plus à perdre qu’à gagner, rien ne pourra effacer son immense carrière, son talent hors norme. On ne reste pas aussi longtemps l’avant-centre titulaire du Real Madrid par hasard ! Le tournant de sa carrière a été lorsqu’il lui a fallu choisir un club à son départ de Lyon.

Même s’il était en pleine bourre, il n’était pas évident de signer au Real Madrid, le plus grand club du monde. Et bien, en faisant preuve de patience, d’humilité, à force de travail, il y est arrivé. Beaucoup auraient pu prendre ombrage de la présence à ses côtés de Cristiano Ronaldo… Lui a préféré attendre son heure, se mettre d’abord à son service, l’aider à marquer le plus de buts possibles, se rendre indispensable au collectif, avant de prendre les rênes de l’équipe au départ de CR7.

Di Nallo élogieux sur Benzema

C’est un signe d’intelligence qui lui permet aujourd’hui de revenir en équipe de France et d’être en position de force en club. Sa fidélité au Real a été récompensée. Son intelligence de jeu est sa principale qualité.

Ses déplacements, ses appels dans le dos des défenseurs, qui ne savent jamais où il est, lui permettent d’exprimer ensuite ses qualités techniques; Il est super complet, bon des deux pieds, de la tête, adroit dans le jeu court, comme dans le jeu long… Je ne lui vois pas beaucoup de défauts sinon… son âge aujourd’hui.

A 33 ans, il est certain qu’il ne progressera plus beaucoup, mais il a déjà assez de talent pour exister encore deux ou trois ans au plus haut niveau. Je rêverais de le voir revenir à Lyon, mais il ne faut pas trop rêver non plus. Sans Ligue des Champions, Lyon n’est plus aussi attractif.

C’est trop tard pour l’OL, pas trop tard pour lui qui a encore beaucoup de buts à marquer et à faire marquer. Je l’aime beaucoup, mais il n’est pas le meilleur attaquant français du moment. Mbappé lui est supérieur, capable de faire des différences énormes balle aux pieds et beaucoup plus rapide et incisif sur les premiers appuis.

Chacun a ses qualités, il est juste dommage que les deux n’aient pas eu l’occasion de mieux se connaitre et de jouer davantage ensemble car ils sont très complémentaires. J’espère qu’ils vont vite rattraper le temps perdu. Quand vous avez le talent, il n’est jamais trop tard. »

*Ancien attaquant international de l’OL, meilleur buteur de l’histoire du club (222 buts)

Raynald Denoueix : « Un super joueur qui comprend tout et sait tout faire »

« Je n’étais plus à la Real Sociedad quand il est arrivé au Real, mais j’ai eu la chance de le voir souvent lorsque je commentais des matches pour Canal +. Je me souviens que beaucoup de commentateurs, la presse espagnole notamment, étaient sceptiques et assez critiques, et n’hésitaient pas à remettre en cause son talent dès qu’il traversait des périodes sans marquer de buts.

Ce n’était soi-disant pas un avant-centre ! Ce fut aussi le cas en équipe de France. Cette approche est restée la même jusqu’à deux ou trois ans… et le départ de Cristiano Ronaldo à la Juventus. Je pense pourtant que Benzema est un super joueur de football moins parce qu’il marque des buts que parce qu’il comprend tout, et sait tout faire : marquer, faire marquer, jouer des deux pieds, de la tête, se déplacer intelligemment, défendre.

On ne reste pas par hasard avant-centre d’une équipe comme le Real Madrid. Au-delà des critiques de la presse ou des supporteurs, s’il n’avait pas été un super joueur, les premiers à le rejeter auraient été les joueurs eux-mêmes, ses coéquipiers. C’est comme ça que ça se passe. Si Ronaldo n’avait pas estimé qu’il avait un super coéquipier à ses côtés, il y a longtemps qu’il ne serait plus à Madrid. Or, il a toujours été incontestable en interne et incontesté.

Pour Denoueix, le Real plus fort avec Benzema

Car, non seulement il a individuellement le niveau, mais en plus il améliore celui de l’équipe, quels que soient les joueurs avec lesquels il joue. Donc que vous lui mettiez Ronaldo, Mbappé, Griezmann ou un autre à ses côtés, son intelligence de jeu lui permet de s’intégrer dans l’animation… à condition de trouver par ailleurs un équilibre collectif. Parce qu’il joue juste 9 fois sur 10 et apporte à l’équipe bien davantage que des buts.

Le problème, dans le football d’aujourd’hui, c’est qu’on ne reconnait un entraîneur que lorsqu’il gagne et, de la même manière, un attaquant que lorsqu’il marque des buts. Or, si même quand il ne marquait pas beaucoup de buts, son équipe, le Real, en marquait, c’était aussi parce qu’il participait à l’animation offensive, en étant souvent à l’origine des actions, à la construction des occasions.

Même défensivement, comme il perd très peu de ballons, il n’est jamais un danger pour son équipe. Benzema est un super joueur de football qui doit beaucoup à son club, l’Olympique Lyonnais, un super club formateur depuis des décennies qui parvient à former des joueurs intelligents et talentueux. Benzema en est une parfaite illustration. »

*Ancien entraîneur de Nantes et Real Sociedad, champion de France 2001, vainqueur de la Coupe de France 1999 et 2000

Vahid Halilhodzic : « Benzema, meilleur joueur aujourd’hui qu’hier et moins bon que demain »

« Karim Benzema revient en équipe de France au bon moment parce qu’il est un meilleur joueur aujourd’hui qu’hier. Dix ans au Real Madrid, ça se respecte et son bilan est impressionnant car il a réussi à s’imposer à un poste où généralement il y a beaucoup de concurrence. Cela prouve sa capacité à se remettre en cause.

En ça, il est un super joueur, un grand compétiteur et un grand buteur. Deschamps connait trop le haut niveau pour se passer d’un tel profil, complémentaire de Mbappé et de Griezmann. Forcément, sa présence rend la France plus forte parce que mentalement Benzema est prêt à faire beaucoup d’efforts pour le collectif.

Au Real Madrid, avec toutes les stars, Cristiano Ronaldo et compagnie, il a déjà prouvé qu’il savait se mettre au service de l’équipe, être toujours utile pour le jeu. Un grand joueur, ce n’est pas un joueur qui ne pense qu’à ses statistiques ou à ses buts.

Pour moi, un grand joueur, c’est quelqu’un qui accepte de se sacrifier parfois pour l’équipe et de mouiller le maillot même quand la réussite n’est pas au rendez-vous. Benzema a traversé beaucoup de périodes difficiles mais, s’il est toujours là, c’est que mentalement il est costaud. Et cette force va rejaillir sur l’équipe de France.

S’il parvient à s’intégrer dans l’animation offensive, à faire du Benzema avec les Bleus comme il le fait avec le Real, on le retrouvera à la Coupe du monde l’année prochaine… meilleur demain qu’aujourd’hui ! »

*Ancien attaquant international yougoslave, entraîneur de Lille, Rennes, PSG, Nantes, Côte d’Ivoire, Japon, Algérie, Maroc

Le foot magazine - top mercato

Karim Benzema, dans le nouveau numéro du Foot Mag après son bel Euro.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi