mardi 5 mars 2024

Formule 1 : les nouveautés de 2023 qui peuvent tout changer

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Après une saison rythmée par les changements et la cadence infernale, la Formule 1 repart pour une année 2023 avec l’ambition de continuer à bousculer la hiérarchie. Voici les nouveautés pour cette nouvelle édition.

Les nouveautés du calendrier

La saison dernière, on promettait aux fans un calendrier avec 23 courses. Pour cette nouvelle saison, Stefano Domenicali avait promis 24 dates, mais le désistement en décembre dernier du Grand Prix de Chine avait, dans un premier temps, contraint Liberty Média à revoir ses plans avec un Grand Prix de remplacement. Mais, finalement, la saison de F1 ne comptera que 23 Grands Prix. Du 5 mars au 26 novembre, le championnat du monde comptera donc 23 étapes pour consacrer son meilleur pilote.

Le 5 mars, le Grand Prix de Bahreïn donnera le coup d’envoi de la saison après avoir accueilli les essais hivernaux entre le 23 et le 25 février. Pas de Barcelone cette année qui était aussi un rendez-vous traditionnel des débuts de saisons et des présentations des voitures.

Concernant les changements, on note, avec regrets, l’absence du Grand Prix de France dont le contrat arrivait à échéance en 2022. Spa-Francorchamps se déroulera cette année le 30 juillet, alors qu’il était d’habitude placé à la fin du mois d’août, après la trêve estivale. Un temps menacé, la Belgique et Monaco seront toujours au programme. Les nouveautés étant le retour du Grand Prix du Qatar en octobre prochain, à Losail, mais surtout la principale curiosité sera le Grand Prix de Las Vegas, le 18 novembre.

Sur un tracé urbain, au cœur de la ville, elle sera l’avant-dernière épreuve avant l’épilogue de la saison à Abou Dhabi et Yas Marina. A souligner que cette saison verra le 1100ème Grand Prix de l’histoire se dérouler. Ce sera le 5 novembre à São Paulo, au Brésil.

Les nouveautés techniques

Comme chaque saison, la Formule 1 s’offre quelques modifications au niveau technique pour permettre des améliorations. Et rapidement, le marsouinage (ou porpoising) a été un problème visible de tous. Les voitures rebondissant sur la piste confirmaient le besoin d’un nouveau règlement. C’est pour cela que les bords du plancher des monoplaces ont été surélevés de 15 millimètres, tout comme la gorge du diffuseur. Et ce phénomène sera très suivi pour éventuellement connaître encore des changements en cours de saison.

La FIA a également rendu obligatoire le fait que les arceaux de sécurité des monoplaces soient arrondis. Pour éviter qu’ils s’enfoncent dans le sol en cas d’accident comme cela avait été le cas pour Guanyu Zhou lors du dernier Grand Prix de Grande-Bretagne. Il sera également interdit cette saison d’utiliser des séparateurs d’espaces sur les ailes avant comme cela avait été le cas par Mercedes l’an passé.

Cela a été un avantage aérodynamique confirmé par la FIA. Un autre élément visible changera. C’est le cas des rétroviseurs des monoplaces qui passeront de 150 mm x 50 mm à 200 mm x 60 mm. Au niveau du poids, pas de changements pour les voitures, du fait du poids des pneus Pirelli, par contre, les blocs moteurs passeront de 150 à 151 kg. Une autre modification de règlement importante et pas anodine, l’abaissement de la température autorisée en dehors de la voiture pour les carburants. Auparavant, on acceptait qu’elle soit de 20 °C, maintenant elle ne devra pas dépasser les 10 °C pour évidemment protéger les gens travaillant dans les stands et les garages.

Les nouveautés du réglement

Au niveau sportif, les écuries devront déjà composer avec seulement 3 jours de travail sur les monoplaces à l’occasion des essais hivernaux. Auparavant, il y avait aussi trois jours à Barcelone qui permettaient de connaître trois jours d’essais de pré-saison. Ce qui était forcément un luxe. Avec des budgets plafonnés à 135 millions de dollars, les équipes devront jouer sur les économies. Il y aura cette saison 6 courses au format Sprint contre 3 l’an passé. Elles se dérouleront en Azerbaïdjan, en Autriche, en Belgique, au Qatar, aux Etats-Unis et à São Paulo. Il y aura aussi un assouplissement des protocoles Covid.

Les nouvelles têtes de la grille

Si Honda fait son retour grâce à Red Bull Powertrains en continuant à motoriser l’écurie championne du monde, Red Bull Racing, et sa petite sœur, la Scuderia AlphaTauri, les autres écuries ne devraient pas connaître de changements. Au niveau des pilotes, pas de changements pour Oracle Red Bull Racing, la Scuderia Ferrari, Mercedes-AMG Petronas Formule One Team et Alfa Romeo F1 Team Stake.

Chez BWT Alpine F1 Team, Pierre Gasly arrive pour épauler Esteban Ocon. McLaren F1 Team n’a pas prolongé Daniel Ricciardo, devenu 3ème pilote chez Red Bull, pour lancer Oscar Piastri qui débutera en F1 cette saison. Tout comme Logan Sargeant chez Williams Racing. Chez Aston Martin Aramco Cognizant F1 Team, Fernando Alonso remplacera Sebastian Vettel qui prend sa retraite.

Nico Hülkenberg fera son retour en F1 chez MoneyGram Haas F1 Team à la place de Mick Schumacher qui devient réserviste chez Mercedes et Williams. De son côté, Nyck de Vries récupère le volant de Gasly chez AlphaTauri. A noter que Théo Pourchaire sera le pilote réserve chez Alfa Romeo cette saison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi