mercredi 29 mai 2024

Formule 1 : pourquoi Haas est condamné à un rôle de figurant

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Désormais sous la dénomination de MoneyGram Haas F1 Team et l’appui financier qui s’accompagne, cette structure américaine peut espérer rouler dans le bon sens suite aux quelques signes encourageants entrevus en 2022.

Les hostilités n’avaient pas encore commencé. Mais chez Haas on n’a pas perdu de temps. Cette écurie a été la première à dévoiler ses couleurs. La VF-23 sera donc conduite par le duo Kevin Magnussen et le vétéran Nico Hülkenberg.

A l’instant T, on ne connaît évidemment pas le potentiel de cette monoplace. Mais plusieurs indices peuvent pousser à l’optimisme pour cette saison 2023. L’aspect financier non négligeable en est déjà un et de taille. Car pendant très longtemps cette structure américaine a pâti d’un grand soutien extérieur. Cette période est révolue. Dorénavant un grand groupe financier américain, MoneyGram (une société de paiements et de transferts numériques), pousse derrière :

« J’ai été très heureux d’accueillir MoneyGram comme partenaire-titre pour la saison 2023 et au-delà, a déclaré avec joie le président Gene Haas sur le site officiel de l’écurie. C’est très excitant de voir notre première livrée dévoilée ensemble en tant que MoneyGram Haas F1 Team. Nous nous dirigeons vers une nouvelle saison soutenue par de solides performances d’équipe et un retour dans les points. L’objectif de la saison 2023 est naturellement de le faire de manière encore plus constante avec Kevin Magnussen et Nico Hülkenberg. Je crois fermement que nous avons un duo de pilotes expérimentés, capables de marquer des points le dimanche ».

Jarno Trulli, ancien pilote Toyota (11 podiums en F1) reconverti dans le vignoble avec son vin Podere Castorani, est curieux de savoir si cette écurie américaine va être en mesure de répéter certains bons moments entrevus en 2022 : « On a vu que cette équipe a pas trop mal démarré sa saison passée. J’étais même un peu étonné par leur mise en route. »

« Un retour dans les points »

« Par la suite, il leur a manqué un peu de développement. Je n’arrive pas à clairement définir si la raison était plutôt d’ordre financière ou de faiblesse technologique. Cela a généré pour eux une deuxième partie de saison bien plus compliquée. Reste à savoir maintenant quel type de stratégie ils vont employer en 2023 et ce qu’ils garderont de 2022. Il y a en F1 trois, quatre équipes dites officielles bien connues ».

« Derrière, des équipes privées doivent faire en fonction d’un budget et de toute cette partie économique non négligeable. En début de saison dernière, ils étaient chez Haas parvenus à monter une belle voiture. S’ils réitèrent cela cette année en commençant aussi bien, cette équipe peut constituer une belle révélation cette saison. Au niveau des pilotes, ils ont conservé Magnussen et ils ont pris Hülkenberg. Ils sont pas mal. S’ils arrivent à mettre au point une voiture bien née, les résultats peuvent arriver. L’an dernier, avec Mick Schumacher, ils n’ont pas inscrit une grande quantité de points (12). Surtout en première partie de saison quand la voiture fonctionnait plutôt pas mal ».

Pour toutes ces raisons, la MoneyGram Haas F1 Team va être intéressante à suivre cette saison à bien des égards.

A quand des pilotes américains ?

Que Nico Hülkenberg avec l’expérience qu’il a puisse conduire une F1 Haas est tout à fait audible. Ce qui peut paraître par contre bien plus surprenant est qu’aucun Américain n’ait eu encore la possibilité de conduire une voiture de cette structure US. La F1 est un sport qui plaît de plus en plus outre-Atlantique.

Au calendrier cette saison, il y aura trois courses à Miami le 7 mai, à Austinle 22 octobre, mais aussi et surtout à Las Vegas, le 18 novembre. Logan Sargeant va devenir le 151ème représentant de la bannière étoilée à démarrer un Grand Prix puisque Williams l’a choisi pour remplacer Nicholas Latifi. Sargeant est le premier Américain à rejoindre le plateau depuis Alexander Rossi en 2015. Mais alors à quand un pilote américain au volant d’une Haas ? A comprendre Gunther Steiner, ce n’est pas pour demain…

« Nous avons eu deux rookies en 2021 (Mick Schumacher et Nikita Mazepin, Ndlr) et un pilote inexpérimenté, a expliqué ce dernier sur la chaîne de télévision texane KVUE dont les propos sont relayés sur le site motorsport.com. En tant qu’équipe nous sommes encore très jeunes. Nous sommes encore l’équipe la plus jeune de la F1. Pour nous, en ce moment, il y a plus de performance à gagner pour améliorer et rendre l’équipe prête. Pour le moment, il n’y a pas de pilote expérimenté américain en F1. Il y en a un qui va arriver et il a besoin de tout le soutien possible. Je ne pense pas que ce soit le cas pour l’instant. J’espère que cela viendra ».

L’avis de Franck Montagny

« Ils ont 10 M€ de budget alors que les autres ont 140 M€. On ne verra pas de surprise en début d’année. Ils risquent de souffrir encore cette saison. Ils auront d’abord l’envie de donner une belle image tout au long de la saison pour ensuite vendre leur place en F1. Je ne les vois pas investir et injecter des millions d’euros pour être ambitieux maintenant. Ils vont être présents, mais pas de surprises. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi