samedi 26 novembre 2022

France-Australie : 12,53 millions, les Français ignorent le boycott à la télé

À lire

L’audience de France-Australie est quasi similaire au premier match des bleus de 2018. Un engouement particulier autour de l’Équipe de France. Alors que les appels à boycotter La Coupe du Monde ont été nombreux. La France du foot est bien présente pour soutenir les Bleus.

France-Australie 2018 égale France-Australie 2022. Même si ce remake est en légère baisse par rapport à il y a 4 ans. Cela reste une très belle performance pour TF1. Sans compter Bein Sport qui diffusait également le match des champions du monde.

Cette audience est une première indication sur la passion des Français pour cette compétition qui reste à part. Les Champions du Monde en titre savent que l’excitation de tout un pays va progressivement grimper. En effet, les Bleus devront l’emporter contre le Danemark pour se retrouver en 8ème de finale.

TF1 bat son record de l’année avec France-Australie

Le grand gagnant de la première rencontre des hommes de Didier Deschamps est TF1. La chaine française a profité pleinement de son retour sur toutes les plateformes pour se hisser en tête des audiences. En outre, TF1 a fait son retour sur CANAL+ après une bisbille sur les contrats de distribution.

Pour la chaîne du groupe Bouygues, les feux sont au vert. D’autant plus que c’est la meilleure performance de l’année. Signe que la Coupe du Monde au Qatar attire toujours autant de curieux. Le match positionné à 20h a également aidé à cette audience.

Il faut ajouter que les 12,53 millions de téléspectateurs ne prennent pas en compte les restaurants et les bars, mais aussi tous ceux qui regardent le match sur des tablettes et smartphones. Ce qui pourrait gonfler l’audience que l’on ne peut comptabiliser. En tout cas, les bars et les restaurants comme TF1 se sont régalés. Les Français aussi.

spot_img

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi