dimanche 28 février 2021

Froome and co, ils nous doivent une revanche en 2021 !

À lire

Movistar, un retour au premier plan pour Valverde et ses coéquipiers ?

Avec très peu de victoires au compteur en 2020, l'équipe espagnole Movistar va devoir impérativement redresser la barre. Quand on...

Ivan Garcia Cortina : « Je vais vivre des moments forts avec Movistar »

Après quatre saisons chez Bahrain, l’Espagnol Ivan Garcia Cortina, vainqueur de la 3ème étape de Paris-Nice en 2020, s’est...

Qhubeka Assos : Fabio Aru, fer de lance d’une équipe en plein renouveau

L'ex-équipe NTT Pro Cycling désomais Qhubeka Assos a pu, in extremis, sauver sa place. Si cette formation a fortement...
Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Pas mal de coureurs à l’image de Froome ont souffert en 2020, une année blanche pour certains favoris et un nouveau départ forcément attendu.

En cette année 2020 si particulière liée à la crise sanitaire, certains coureurs ont accusé plus le coup que d’autres. C’est le cas en particulier d’Elia Viviani (voir encadré). Mais pas que. Du côté des Français, on espérait ainsi beaucoup mieux de Thibaut Pinot, Romain Bardet ou encore Warren Barguil.

Le Tour de France 2020 devait être le sommet de la saison du premier nommé, après son immense désillusion l’année d’avant (abandon 19ème étape). Mais chutant à Nice (problème de dos), le Franc-Comtois ne sera jamais dans le rythme. Pinot n’a plus connu la victoire depuis son coup de maître au Tourmalet sur le Tour le 20 juillet 2019. Romain Bardet aura à cœur de se racheter après une année sportive très délicate, symbolisée par sa lourde chute et son abandon dans le Tour suite à une commotion cérébrale.

Sa signature chez DSM doit marquer un nouveau départ. On pensait Warren Barguil totalement requinqué après son titre de champion de France sur route en 2019 (sa dernière victoire). Le coureur d’Arkéa Samsic n’a certes pas fait un mauvais Tour de France (14ème), mais il n’a pas encore retrouvé sa forme de 2017 (vainqueur de deux étapes sur le Tour et du classement de meilleur grimpeur).

Du côté des étrangers, Nairo Quintana n’a pas vraiment rassuré. Entre ses récentes opérations des genoux et une suspicion de dopage, le Colombien s’est liquéfié au fil des mois. Pourtant, son début de saison avec cinq victoires laissait beaucoup d’espoirs. Plus les années passent et plus ses chances de remporter le Tour s’amenuisent.

Le mystère Froome

La plus grande curiosité en 2021 vise sans aucun doute Chris Froome. Le quadruple vainqueur du Tour (2013, 2015, 2016, 2017) est à la recherche d’une cinquième couronne avec sa nouvelle équipe Israel Start-Up Nation. Mais son année passée n’a pas renvoyé d’indicateurs spécialement positifs. Le Britannique reste une énigme, un mystère. En 2020, Peter Sagan a perdu en vitesse et en confiance.

Le Slovaque n’a gagné qu’une étape sur le Giro. Mais son fléchissement a surtout été notoire quand il a été battu successivement pour le classement par points sur le Tour (par Bennett, une première depuis 2012 sauf en 2017 quand il a été exclu) et sur le Giro (par Arnaud Démare).

L’Australien Michael Matthews va tenter de retrouver de la sérénité en revenant dans le cocon d’une équipe qu’il connaît bien, BikeExchange (anciennement Orica-GreenEdge). Le natif de Canberra n’a gagné que la Bretagne Classic en 2020, sa 37ème victoire en pro. Boasson-Hagen, 81 victoires au compteur, va essayer de retrouver un second souffle chez Total Direct Energie. Car la saison précédente, le Norvégien a fait choux blancs.

Yates, Valverde, de nombreux favoris ont la victoire comme objectif

Quand reverra-t-on le vrai Fernando Gaviria ? Le Colombien semblait pourtant sur le chemin du renouveau. Mais il a été freiné par la Covid qui l’a frappé en fin de saison. Greg Van Avermaet et Philippe Gilbert nous doivent également une revanche. Le premier s’est engagé chez AG2R Citroën pour effacer une saison vierge de succès. Le second, passé chez Lotto-Soudal, a vu son compteur rester bloqué à 78 victoires après sa dernière victoire sur une étape de la Vuelta en 2019. Fabio Aru a lui quasiment disparu des radars.

Le Transalpin est une grosse déception depuis 2017, année de sa dernière victoire (sur l’étape de la Planche des Belles Filles sur le Tour). En s’engageant chez Qhubeka Assos, le vainqueur de la Vuelta 2015 voit là une ultime chance de prouver qu’il n’est pas un champion du passé. Vincenzo Nibali (36 ans) n’a pas été le Requin de Messine si vorace des années précédentes, surtout sur son Giro où le Transalpin n’a pas fait la passe de trois (vainqueur en 2013 et 2016).

Il a fini par admettre la supériorité des plus jeunes. Comment peut-on en vouloir à Alejandro Valverde de ne plus avoir ses jambes de 20 ans ? A 40 ans bien sonnés (41 le 25 avril prochain) la mission s’annonce de plus en plus compliquée. Mais le natif de Murcie nous a habitués à tant gagner (127 victoires avant de débuter la saison) qu’il ne lâchera rien.

Dumoulin, Yates, Landa, rebond comme Froome ?

S’il est un peu rentré dans le rang chez Jumbo-Visma, Tom Dumoulin a les moyens de mieux faire. Désormais sans son frère Adam, qui n’aura pas les coudées franches chez INEOS Grenadiers, Simon Yates devra redevenir le grand coureur de grand Tour, vainqueur de la Vuelta en 2018. Quant à Mikel Landa, on le présentait comme un possible vainqueur du Tour en 2020 (finalement 4ème).

Comme cela lui est déjà arrivé, et souffrant d’une certaine inconstance chronique, le Basque a coincé dans les moments fatidiques. En 2021, ces coureurs seraient bien inspirés de ne pas traîner en route. Car la jeune garde, elle, n’attendra pas !

Retrouvez toute l’actualité du Cyclisme dans la magazine Le Sport Vélo, en vente ici ou chez votre marchand de journaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

À lire aussi

sit neque. sed mattis at leo. justo