dimanche 2 octobre 2022

Gaëtan Barlot (Castres) : « Il y a deux ans, je ne pensais même pas au Top 14 »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

L’ancien talonneur de Colomiers, Gaëtan Barlot âgé de 24 ans a tiré son épingle du jeu cette saison. Quel a été votre parcours ?

J’ai commencé en petit club. Je suis parti ensuite à l’ASM jusqu’à mes 18 ans. J’ai ensuite connu Colomiers. J’y ai passé de merveilleuses années. D’abord en espoir puis en pro. Ma dernière saison a été très bonne au point de venir à Castres. Cette saison, je me suis épanoui au CO.

Comment avez-vous pu passer entre les mailles du filet à Clermont ?

A l’époque, en espoir, il y avait déjà quatre très bons talonneurs. Quand j’étais en Crabos à l’ASM, je n’étais pas au-dessus pour prétendre à une place de titulaire. On m’avait fait comprendre que je n’aurai pas de temps de jeu. Je fais du rugby pour jouer donc j’ai décidé de partir.

« Clermont, j’ai tourné la page, mais… »

Avez-vous envie de vous imposer un jour à Clermont malgré tout ?

Pas spécialement. Cela fait six, sept ans que je suis parti. J’ai tourné la page. Mais si je pouvais revenir je ne serais pas contre non plus. Toute ma famille est de Clermont et supporte l’ASM. Après, ce n’est pas un rêve personnel absolu non plus.

Avez-vous le sentiment d’avoir franchi un cap cette saison à Castres ?

À force de jouer (21 titularisations en 23 matches de Top 14, 4 essais, Ndlr), d’enchaîner, d’avoir la confiance des coachs, des blessures à mon poste, cela aide à trouver de la confiance. Pour progresser, il n’y a rien de mieux que de faire un match de rugby. J’ai toutefois encore des lacunes à gommer. Mais je me sens bien plus à l’aise aujourd’hui.

Si Castres a parfois connu des périodes de flottement dans la saison, vous, par contre, avez tenu la barre avec constance. Le signe d’une belle maturité, non ?

Quand j’ai vécu une saison en me battant pour le maintien avec Colomiers, cela m’a beaucoup aidé psychologiquement. J’ai beaucoup appris de cette expérience.

Gaëtan Barlot a trouvé de bons mecs à Castres

Pourquoi aviez-vous choisi Castres alors que vous étiez sollicité par beaucoup d’autres clubs de Top 14 ?

Parmi de très grands clubs qui me contactaient, il y avait beaucoup d’internationaux à mon poste. Cela me compliquait la tâche. Castres reste une valeur sûre du Top 14. C’est un club qui ne connaît pas la Pro D2, qui n’a jamais de soucis financiers. On m’a toujours dit aussi qu’il y avait de bons mecs ici.

Quel est votre plan de carrière à 24 ans?

Il y a deux ans, je ne pensais pas au Top 14. J’y suis. Je me sens bien maintenant à Castres. Si je devais partir dans quelques années pour X raisons, je ne serais pas contre non plus.

Dans votre histoire personnelle soit vous deveniez rugbyman soit vous travailliez dans le médical ?

C’est cela. Lors de mes premières années espoirs à Colomiers, le rugby était un peu secondaire. En deux ans, j’ai validé un BTS en laboratoire. J’ai travaillé pendant un an à l’hôpital de Purpan. Cela m’a libéré. J’ai ensuite fait de bonnes saisons rugbystiques.

Gaëtan Barlot raconte son histoire au CO, à découvrir dans Rugby magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi